Confession d'un enfant du siècle : le test complet du DVD

Confession of a Child of the Century

2012. Réalisé par Sylvie Verheyde
Avec Charlotte Gainsbourg, Pete Doherty et August Diehl

Édité par Ad Vitam

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/02/2013
Critique

Paris 1830. Octave, trahi par sa maîtresse, tombe dans le désespoir et la débauche : le « mal du siècle ». La mort de son père l’amène à la campagne où il rencontre Brigitte, une jeune veuve, de dix ans son aînée. Pour Octave, c’est à nouveau la passion. Mais aura-t-il le courage d’y croire ?

Révélée en 1997 avec Un frère, son puissant premier long métrage qui a valu à Emma de Caunes le César du meilleur Espoir Féminin, la réalisatrice Sylvie Verheyde a depuis confirmé la singularité de son cinéma avec Princesses et Stella. Nous attendions son adaptation en anglais de l’oeuvre d’Alfred de Musset, Confession d’un enfant du siècle, mais il faut bien admettre que le film déçoit, ennuie terriblement et ne parvient jamais à intéresser. S’il n’y a rien à redire sur la forme, le fond s’enlise en raison de dialogues pompeux - pourtant respectueux de l’oeuvre originale mais à la sauce british - servis par un Pete Doherty fantomatique (et le nez poudré…) et une Charlotte Gainsbourg essoufflée, dont l’alchimie n’éclot d’ailleurs jamais. Un manque de chair, de coeur et d’âme se fait ressentir durant deux longues et pénibles heures. Dommage.

Technique - 6,25 / 10

La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le menu principal est animé, musical et élégant.

En plus de la bande-annonce, nous disposons d’un entretien de la réalisatrice Sylvie Verheyde et de Pete Doherty, d’une durée de 7 minutes. Ce n’est pas avec ce module que vous en apprendrez beaucoup sur la raison d’être de Confession d’un enfant du siècle, mais il n’y a pourtant qu’ici que vous pourrez en savoir un peu plus sur la collaboration entre la cinéaste et son comédien.

Nous sommes en présence d’une très belle édition SD. Ad Vitam a pris soin du film de Sylvie Verheyde et propose un master très élégant, parvenant à la fois à délivrer moult détails, autant sur les visages des comédiens que sur les paysages, ainsi qu’une clarté constante. Le cadre large jouit d’un beau traitement de faveur, la photo sensiblement ouatée du chef opérateur Nicolas Gaurin (Douches froides, Happy Few) qui associe habilement les teintes froides des extérieurs avec les gammes plus chatoyantes des séquences en intérieur, est respectée. Nous ne signalerons que de petites pertes de la définition ainsi qu’un manque de concision sur les scènes trop éclairées.

Les mixages anglais et français Dolby Digital 5.1 déçoivent par leur manque d’envergure. Certes, la scène frontale est habilement exploitée avec une belle balance gauche-droite et des dialogues solides, mais les latérales peinent à instaurer une spatialisation digne de ce nom et les quelques effets attendus ne parviennent jamais jusqu’aux tympans. Nous ne saurons que trop vous conseiller de cibler immédiatement la piste anglais Stéréo, d’un tout autre acabit, riche, percutante et largement suffisante pour bien profiter de l’ambiance du film. Ad Vitam propose également les sous-titres destinés au public sourd et malentendant.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
6,25 / 10
Avis

Moyenne

2,0
5
0
4
0
3
0
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 11 février 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Confession d'un enfant du siècle
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus