John Q. : le test complet du DVD

John Q

Édition Prestige

2002. Réalisé par Nick Cassavetes
Avec Denzel Washington, Robert Duvall et James Woods

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 03/04/2003
Critique

John Q. Archibald, ouvrier dans une usine, vit une vie paisible avec sa femme Denise et leur fils Mike, 9 ans.

Un grand choc à la suite d’un malaise de Mike : seule une transplantation cardiaque peut le sauver !

L’assurance maladie n’assure pas une couverture suffisante pour financer l’opération. Mais John estime que les moyens sont bons pour sauver Mike : pour exiger la transplantation, il prend en otages le personnel et les patients du service des urgences de l’hôpital où son fils a été admis…

Acteur, scénariste, producteur et réalisateur, Nick Cassavetes signe là son troisième film, après deux films touchants, Décroche les étoiles (Unhook the Stars, 1996) et (1997), tous deux disponibles en DVD.

Le troisième film, mais pas le meilleur… Si le sujet (le droit à l’accès aux soins médicaux) est digne d’intérêt, le scénario est infantile et prévisible, le récit traîne en longueur et la réalisation est très conventionnelle. On ne peut réprimer une forte envie d’en finir au plus vite… bien ou mal ! (Rappelons à ceux et celles qui l’auraient oublié, que la note attribuée s’applique aux qualités techniques du DVD et à ses bonus).

Le sujet fait immanquablement penser à Un Après-midi de chien (Dog Day Afternoon, de Sidney Lumet, 1975), à cent coudées au-dessus, malheureusement indisponible en France depuis quelque temps.

Généralités - 4,5 / 5

Une « édition prestige » particulièrement soignée, qui mérite donc son label. Les menus sont sonorisés, mais fixes, à l’exception du titre du film qui défile en surimpression sur le menu principal et de fines bandes blanches horizontales qui évoluent plaisamment sur les autres menus. La navigation est facilitée par le trait rouge qui souligne l’entrée sélectionnée.

Tous les suppléments, généreux à défaut d’être passionnants, sont en VOST (les anglophones peuvent faire disparaître les sous-titres à la volée, pour le film, pour les suppléments et pour le commentaire du réalisateur). Bravo !

On peut également passer de la version originale à la version doublée en français (toutes deux en DD 5.1) d’une simple pression sur la touche audio de la télécommande. Même chose pour les sous-titres français, qui ne sont jamais imposés, sauf pour les bandes-annonces.

L’image et le son n’appellent aucune critique. Le film est divisé en 22 chapitres, trois par page, avec titres et vignettes animées. Une initiative originale : l’indication de la durée des chapitres.

La sérigraphie du disque reprend le visage (photogénique) de Denzel Washington figurant sur la boîtier.

Bonus - 3,5 / 5

La quantité ne fait pas nécessairement la qualité.

Le commentaire du réalisateur, en anglais, est accessible directement, à partir de la télécommande, avec sous-titres français optionnels.

Tous les suppléments sont présentés en 16/9e, VOST, sous- titres non imposés.

Deux documentaires :
Se battre pour les soins (34’26”) : des patients opérés, des professionnels de la santé et des responsables politiques font le point sur le financement des soins aux USA, plus particulièrement des transplantations d’organes. Le coût d’une journée d’hospitalisation étant situé dans une fourchette de 5.000 à 10.000 $ (facile à convertir en €, par les temps qui courent !), ce type de soins est réservé, soit à ceux qui ont les moyens, ou sont bien assurés, soit aux indigents. Les autres en sont exclus, sauf à obtenir les secours d’une association de collecte de fonds. L’idée avance, paraît-il, d’une couverture universelle des soins, au niveau fédéral…
Les coulisses de John Q. (16’53”), montrent quelques scènes de tournage du film ; le réalisateur et des acteurs nous font, sur le sujet, des déclarations d’une banalité parfois affligeante…

Suivent, dans le format du film, en VOST et sous-titres optionnels, six scènes coupées :
- Les assurances HMO (3’17”)
- Mitch et John (2’46”)
- La décision de Julie (2’57”)
- Monroe prend le contrôle (1’07”)
- La solution de John (9’33”)
- La transplantation cardiaque (1’20”) ; cette dernière scène coupée (normal, sous le scalpel !), montre l’intervention d’une durée record dans les annales de la chirurgie. Ne laisserait-elle pas augurer d’une fin heureuse ?

Puis viennent les filmos de Nick Cassavetes (en tant que réalisateur, seulement) et de 9 des principaux acteurs ; les listes semblent assez complètes et indiquent, aussi, le titre original des films.

Enfin cinq bandes-annonces, avec le choix entre VF et VOST : celle du film, ainsi que de Blade II, Bones, Feu de glace et Sam je suis Sam (les critiques des trois derniers titres sont disponibles sur le site).

Image - 5,0 / 5

Image piquée, contrastée, couleurs vives et bien étalonnées. C’est clair : ça vaut la note maximale !

Son - 5,0 / 5

Idem pour le son, très clair et bien spatialisé.

Pas d’explosions, pas de courses poursuites en voiture dans les rues de Los Angeles, donc pas d’effets spectaculaires ; simplement un son de bonne qualité, dans les deux versions, juste comme on aimerait qu’il soit sur tous les DVD.

Les voix de la version originale sont un peu plus en avant et plus amples que celles de la version française, légèrement étouffées (une raison de plus, s’il en fallait, de préférer la version originale).

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic 36PG50F 16/9 82 cm
  • Philips 957
  • Panasonic 36PG50F
  • Enceintes frontales Energy XL-16B, arrières Sony SS-SR15, Caisson de graves Pioneer S-W150-S
Note du disque
Avis

Moyenne

4,5
5
1
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Réal
Le 15 juin 2008
Pas de commentaire.
Avatar
johnkebab
Le 12 décembre 2002
très bon film avec un Denzel Washington impressionnant

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus