Baron Vampire : le test complet du DVD

Orrori del castello di Norimberga, Gli

1972. Réalisé par Mario Bava
Avec Antonio Cantafora, Joseph Cotten et Massimo Girotti

Édité par One Plus One

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/02/2003
Critique

Le jeune Peter Kleist, descendant du baron Otto Van Kleist, arrive en Autriche, et débarque dans le château de cet ancêtre sanguinaire, tortionnaire avide de tortures et mort brûlé 300 ans plus tôt. A l’aide d’une incantation écrite sur un parchemin en sa possession, Peter, aidé d’une jolie étudiante rencontrée sur les lieux, va réveiller le baron et ses envies morbides…

Situé vers la fin de la carrière de Mario Bava, « Baron Vampire » (qui n’a de vampire que le titre français…) représente la somme du style du cinéaste. L’histoire - sans grande surprise - contient quantité d’éléments permettant à la mise en scène très mobile de Bava de créer une ambiance gothique et morbide à souhait : château, mort-vivant, sorcière, malédiction, etc…

Chaque parti-pris de réalisation de ses précédents films semblent se retrouver ici : les fameux zooms avant et arrière, les cadrages obliques, la caméra presque constamment en mouvement, les plongées et contre-plongées, les plans caméra à l’épaule… : la mise en scène de Mario Bava semble étonnamment moderne par sa diversité.

Les apparitions du baron mort-vivant sont particulièrement efficaces, et le film entier baigne dans une ambiance stressante et glauque, aidée par des décors très réussis, en particulier la superbe salle des tortures dans la cave du château.

Côté casting, on retrouve Elke Sommer, superbe actrice d’origine allemande également présente dans Lisa et le diable, tourné juste avant « Baron Vampire » ; Joseph Cotten (en en fin de carrière), qui débuta avec Orson Welles et Alfred Hitchcock ; et Massimo Girotti, grand acteur italien qui fit une grande carrière dans son pays. A noter les apparitions de Luciano Pigozzi, étonnant sosie transalpin de Peter Lorre.

A noter que c’est la version européenne du film qui nous est présentée, et non la version américaine tronquée.

Généralités - 2,5 / 5

Le menu d’accueil légèrement animé et musical installe l’ambiance avec quelques effets sonores bienvenus. Les vignettes du chapitrage sont animées. La sérigraphie du disque se veut stylisée, mais reste néanmoins peu attrayante.

L’intégration des sous-titres (parfois décalés par rapport à l’image et laissant de côté des phrases entières de dialogue) sur la bande noire du bas de l’image empêchera le zoom sur les téléviseurs 16/9.

Bonus - 3,0 / 5

Panoplie du baron : passage en revue des sévices exercés par le baron, avec extraits du film diffusé dans un encart. Original mais néanmoins inutile…

Affiches internationales cinéma (11) et vidéo (2) du film.

Filmographies déroulantes et sélectives (avec textes de présentation) de Mario Bava et des principaux interprètes (Joseph Cotten, Elke Sommer, Massimo Girotti).

Court-métrage (6’34”, 4/3, 1/85), filmé en un seul long plan séquence. Amusant et surprenant.

Bandes-annonces et extraits des autres films de la série « Mario Bava » de l’éditeur, et de la collection « Ciné-talents ».

Image - 1,5 / 5

Le master 4/3, le grain de la pellicule et la compression très sommaire engendrent une définition inexistante, où seuls les premiers plans sont nets.

La colorimétrie ne laisse passer que peu de nuance dans les couleurs, et le contraste basique donne des noirs sans profondeur.

Les quelques défauts de pellicule passent relativement inaperçus.

Son - 2,5 / 5

La version mono anglaise (langue parlée par les acteurs) est étouffée et sans relief.

La VF - également en mono - est nettement plus riche et plus claire, laissant passer plus de détails et offrant à la bande originale davantage d’ampleur.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Barco Ciné6, écran Oray
  • Toshiba SD-500
  • Denon AVR3700
  • Pack enceintes Solid S100 - caisson de graves Solid SB100

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus