Marie-Jo et ses deux amours : le test complet du DVD

2002. Réalisé par Robert Guédiguian
Avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan

Édité par H2F

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 06/05/2003
Critique

Marie-Jo , ambulancière (Ariane Ascaride), vit avec son mari Daniel, patron d’une petite entreprise de maçonnerie (Jean- Pierre Darroussin) et leur fille Julie, qui passe son bac (Julie-Marie Parmentier).

Marie-Jo cache un secret : elle a un amant, Marco (Gérard Meylan), pilote du port de Marseille depuis qu’il a mis sac à terre, après avoir beaucoup bourlingué comme capitaine de la marine marchande.

Un jour Daniel découvrira fortuitement l’existence de l’autre homme dans la vie de Marie-Jo…

Nel mezzo del cammin di nostra vita, mi ritrovai per una selva oscura… Les premiers vers de l’enfer du Dante, cités en exergue du film, ainsi que les mesures introductives du quatuor de Schubert La jeune fille et la mort laissent présager un drame…

Voilà le douzième film de Robert Guédiguian, en comptant « L’argent ne fait pas le bonheur », destiné au petit écran. Tourné, comme tous ses autres films, avec les mêmes complices : Ariane Ascaride, sa femme, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan et Jacques Boudet, dans le rôle secondaire d’un (trop) grand amateur de bon vin, cette dernière oeuvre reste dans la lignée des autres, intimiste, nostalgique et tendre, moins dure que La Ville est tranquille, réalisée juste avant.

Encore que le réalisateur ait choisi un dénouement tragique au drame cornélien vécu par Marie-Jo, qui ne peut ni quitter Daniel, ni se contenter de ne vivre en compagnie de Marco que quelques heures par semaine. « Je l’aime. Je t’aime… Je ne m’en sors pas ! ». Cette réplique dit le déchirement qui la fait souffrir et la douleur qu’elle ressent à faire de la peine à tous ceux qu’elle aime…

Cette histoire simple est filmée à Marseille et dans ses environs. Grands espaces et scènes d’intérieur, joliment filmés par Renato Berta, rythment le récit.

Si vous aimez les histoires racontées par le cinéaste marseillais, offrez-vous le coffret paru en juin 2000, faussement intitulé « Tout Guédiguian », même s’il contient (quand même !) 8 de ses films, logés sur 4 DVD.

Généralités - 3,5 / 5

À l’exception du menu principal, les menus sont fixes avec soit de la musique, soit le chant des cigales sur fond de clapotis de la mer. Peuchère ! pour un peu, on se croirait là-bas (avé l’asseing, s’il vous plait !)…

Le film est divisé en 14 chapitres, avec titres.

Trois scènes commentées par les acteurs et trois bandes- annonces sur le premier disque.

Le second disque, sérigraphié comme l’autre, contient la « copie de travail » du film avant montage de la version définitive et une intéressante déclaration du réalisateur. Le tout est logé dans un boîtier keep-case protégé par un surétui.

La qualité du son (DD 5.1 ou 2.0) n’est, parfois, pas à la hauteur de celle de l’image.

Bonus - 3,5 / 5

Bonus du DVD 1 :

Trois scènes commentées, en format 1.77/1, respectivement par :
- Ariane Ascaride, qui nous révèle qu’elle a vraiment failli se noyer pendant le tournage, dans une eau refroidie par le mistral, de la scène de la noyade (4’42”),
- Jean-Pierre Daroussin, qui dissèque la scène du camion (4’06”), tournée en un seul plan et une autre scène, dans une salle de bains,
- Gérard Meylan qui nous confie comment il s’est préparé au tournage de la scène de la nudité dans laquelle il apparaît (comment l’avez-vous deviné ?)… mais oui, dans le plus simple appareil !

Enfin la bande-annonce du film et de deux autres films de Robert Guédiguian, A l’attaque ! (1999) et La Ville est tranquille (2001).

Bonus du DVD 2 :

Robert Guédiguian, dans un documentaire (4’42”, 1.77/1) intitulé Marie-Jo et ses deux versions, nous dit que, selon lui, il est normal que le scénario puisse être modifié, soit par des idées qui naissent pendant le tournage, soit par les coupes finales soit, encore, par la restructuration de certaines scènes au montage.

Ce qu’illustrera la seconde version du film, en réalité une « copie de travail » de 2 h 29 mn avec son mono, qui sera ensuite soumise à des coupes (25 minutes éliminées), à l’étalonnage des couleurs et à un autre montage, définitif celui-là. Judicieusement, le réalisateur nous conseille de ne visionner cette version, restée à l’état d’ébauche, qu’après la version définitive.

Image - 4,0 / 5

L’image est très propre.

Un léger grain, des couleurs fines, adoucies, mettent en valeur la belle photo du chef op’ (qui a dû se faire plaisir en filmant, en accéléré, un lever de soleil sur Notre-Dame de la Garde).

Les scènes d’intérieur sont, assez souvent, marquées par une légère dominante verte, qui ne me paraît pas du meilleur effet. Quoique, après tout, des goûts et des couleurs…

Son - 2,5 / 5

Assez correct, dans l’ensemble, avec un gain de clarté (et de profondeur, bien sûr) apporté par la version DD 5.1. Toutefois, les dialogues de certaines scènes peuvent exiger un effort d’attention, notamment là où les bruits d’ambiance sont présents.

A signaler, également, un souffle parasite « accompagnant » les voix, à 87’ ; le phénomène, assez gênant dans les deux versions, dure le temps de la scène.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic 36PG50F 16/9 82 cm
  • Philips 957
  • Panasonic 36PG50F
  • Enceintes frontales Energy XL-16B, arrières Sony SS-SR15, Caisson de graves Pioneer S-W150-S

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus