Alps : le test complet du DVD

Alpeis

2011. Réalisé par Giorgos Lanthimos
Avec Aggeliki Papoulia, Ariane Labed et Aris Servetalis

Édité par La Vie est Belle

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/07/2014
Critique

Alps est le nom d’une société secrète qui propose, à l’occasion d’un décès, de remplacer le disparu pendant un temps pour aider ses proches à faire leur deuil. Mont Blanc, au sommet de la hiérarchie de Alps, dicte les règles…

Alps est le quatrième long métrage du cinéaste grec Giorgos Lanthimos qu’avait révélé l’étrange Canine, plusieurs fois récompensé (notamment, à Cannes, par le prix Un certain regard) montrant trois grands adolescents confinés par leurs parents dans un monde clos où tout est différent du monde extérieur et où même le sens des mots a été changé.

Alps, prix du meilleur scénario à Venise en 2011, nous emmène, sur les pas des membres de la société secrète, jusque dans l’intimité de personnages incertains, bizarres, parfois risibles, vus le temps de quelques esquisses.

Les frontières entre le monde des vivants et celui des morts s’estompent progressivement dans une succession de plans séquences où la notion du temps se brouille, où vies fictives et vies réelles finissent par se confondre.

S’il n’a pas la force de Canine, Alps est un film mystérieux, parfois déroutant, mais envoûtant.

Technique - 7,5 / 10

Test effectué sur check disc.

L’élégant menu animé et musical propose le film uniquement en version originale, avec sous-titres français optionnels (bien placés en bas de l’image) et sous-titres pour malentendants.

En supplément, un court-métrage en couleurs de 2 minutes, Necktie, met en scène le duel au pistolet de deux fillettes en uniforme scolaire.

Puis le critique français de cinéma Jérôme Momcilovic (18’), dans son analyse du film, donne un éclairage utile sur le l’oeuvre et sur son écriture filmique originale qui, par exemple, éloigne deux personnages aux extrémités de l’image, leur visage à-demi hors cadre.

Suit un entretien de 12 minutes avec Giorgos Lanthimos et Aggeliki Papoulia, titulaire du rôle principal, celui de l’infirmière (qui jouait aussi dans Canine). Le réalisateur évoque son approche personnelle du cinéma qui consiste, notamment, à ne donner aux acteurs que très peu d’informations sur le scénario pour laisser une place suffisante à l’improvisation.

Pour finir, plusieurs bandes-annonces.

Tous ces bonus sont en version originale avec sous-titres français optionnels.

L’image au format 2.35, aux dominantes froides est, dans l’ensemble, d’une bonne qualité : nette dans les scènes bien éclairées, un peu trop douce toutefois dans les scènes en faible lumière où les noirs sont légèrement poreux.

Le son Dolby Digital 5.1, surtout concentré sur les enceintes frontales, restitue fidèlement dialogues et accompagnement musical. À quelques occasions, les enceintes surround sont cependant sollicitées (pluie, orage).

Crédits images : Haos Film

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus