Feu sans sommation : le test complet du DVD

The Quick Gun

Édition Spéciale

1964. Réalisé par Sidney Salkow
Avec Audie Murphy, Merry Anders et James Best

Édité par Sidonis Calysta

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/06/2016
Critique

Feu sans sommation

Clint Cooper, un jeune tireur habile, a quitté son foyer deux années auparavant. A l’époque, il avait abattu par légitime défense les deux fils d’un fermier. Mais le temps a passé et Clint est prêt à réintégrer le ranch familial. Il espère surtout retrouver la belle Helen Reed. Mais sur le chemin qui le ramène chez lui, il croise une bande de hors-la-loi qui s’apprête à attaquer la ville voisine, momentanément privée de ses hommes, partis escorter un troupeau de bétail. Sollicité par le shérif de la bourgade, un vieil ami à lui, Clint décide de lui prêter main-forte…

Avant d’être acteur, Audie Leon Murphy (1925-1971) fut l’un des soldats américains les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale. Bardé de toutes les médailles militaires internationales existantes, il est notamment connu pour avoir stoppé et bloqué seul pendant une heure l’assaut d’une troupe allemande en janvier 1945 dans la poche de Colmar. Ayant participé aux campagnes d’Italie et de France, sa maîtrise des armes est remarquée par quelques producteurs qui souhaitent alors surfer sur sa notoriété. Il entame alors une carrière à la télévision et au cinéma et joua dans une quarantaine de longs métrages, y compris dans l’adaptation cinématographique de son autobiographie L’Enfer des hommes, réalisé par Jesse Hibbs en 1955, dans lequel il joue son propre rôle.

Audie Murphy reste surtout connu par les amateurs de westerns, genre dans lequel il s’est ensuite principalement illustré. Citons quelques titres : La Parole est au Colt (1966), Représailles en Arizona (1965), La Fureur des Apaches (1964), La Patrouille de la violence (1964), Les Cavaliers de l’enfer (1961), Le Diable dans la peau (1960), Le Fort de la dernière chance (1957). A l’époque de Feu sans sommation, The Quick Gun, réalisé par Sidney Salkow en 1964, le western américain est en fin de vie, John Ford et Raoul Walsh viennent d’ailleurs de signer leur dernier film du genre, alors qu’en Europe, s’apprête à sortir sur les écrans Pour une poignée de dollars, mis en scène par un certain Sergio Leone.

Feu sans sommation raconte l’histoire de Clint Cooper. Sur le chemin du ranch familial qu’il a quitté des années plus tôt à la suite d’un règlement de comptes, le jeune cowboy accepte d’aider un vieil ami, shérif d’une petite ville sur le point d’être attaquée par une bande de hors-la-loi qu’il connaît fort bien. Ce petit western sans prétention demeure un sympathique divertissement. Le scénario est directement repris du film Top Gun de Ray Nazarro (1955), qui avait déjà fait l’objet d’un remake en 1960 par Edward L. Cahn avec Noose for a Gunman. Autant dire qu’il n’y a rien de bien original dans Feu sans sommation. Toutefois, le film est bien mis en scène par Sidney Salkow (Je suis une légende avec Vincent Price, Sitting Bull avec J. Carrol Naish), un véritable véhicule de star pour Audie Murphy qui assure le spectacle dans les scènes d’action, malgré un charisme toujours un peu terne.

Alors certes nous ne nous trouvons sûrement pas devant un chef-d’oeuvre du genre, le film n’a d’ailleurs aucune prétention dans ce sens, le manque de moyens se fait ressentir (surtout au niveau des costumes et des décors en studio), mais le fait est que le film fonctionne bien grâce à un casting attractif (Ted de Corsia dans le rôle du perfide Spangler est génial), une photographie soignée et un rythme soutenu. Feu sans sommation est un film simple, qui fait passer le temps agréablement et c’est bien là le principal. 


Feu sans sommation

Généralités - 3,5 / 5

Le test du DVD de Feu sans sommation a été réalisé sur un check-disc. Le menu principal est animé et musical.

Bonus - 2,0 / 5

L’indispensable Patrick Brion est seul à bord dans cette section ! Dans sa présentation (12’), notre critique de cinéma commence tout d’abord par indiquer que l’année 1964 est celle du dernier souffle du western américain, alors qu’allait naître le genre en Europe. Il en vient ensuite au film de Sidney Salkow proprement dit en indiquant tout d’abord les westerns les plus célèbres de ce réalisateur quelque peu oublié. Puis, Patrick Brion dresse le portrait et le parcours atypique du comédien Audie Murphy, qui fut avant tout un des soldats américains les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale. Souffrant du trouble de stress post-traumatique, Audie Murphy dormait avec une arme sous son oreiller et luttait ardemment pour faire reconnaître cette maladie qui n’était alors pas encore reconnue. Audie Murphy est décédé en 1971 dans un accident d’avion.

Nous trouvons également une galerie de photos.

Feu sans sommation

Image - 4,0 / 5

Chez Sidonis, même les plus petits westerns sont souvent aussi bien logés que les grands classiques et chefs-d’oeuvre incontestés ! Le master de Feu sans sommation s’avère lumineux, d’une propreté jamais démentie, stable et franchement plaisant pour les mirettes. Le cadre large 2.35 étonne par son lot de détails, le piqué est pointu, les contrastes sont fermes et les fondus enchaînés n’entraînent pas de décrochage. Seule la colorimétrie est parfois un peu délavée sur certaines séquences, mais le fait est que la copie demeure de haute tenue, surtout que le grain original est respecté et très bien géré.

Son - 4,0 / 5

Que votre choix se porte sur la version originale (avec sous-titres français imposés) ou la version française, la restauration est également fort satisfaisante. Aucun souffle constaté sur les deux pistes, l’écoute est frontale et riche, dynamique et vive. Les effets annexes sont plus conséquents sur la version originale que sur la piste française, moins précise, mais le confort acoustique est assuré sur les deux options. Le changement de langue est verrouillé à la volée.

Feu sans sommation

Crédits images : © Sidonis Calysta

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 13 juin 2016
Mis en scène par Sidney Salkow, Feu sans sommation est un véritable véhicule de star pour Audie Murphy qui assure le spectacle dans les scènes d’action, malgré un charisme toujours un peu terne. Ce western n'est certes pas un chef-d’oeuvre du genre, mais le fait est que le film fonctionne bien grâce à un casting attractif (Ted de Corsia dans le rôle du perfide Spangler est génial), une photographie soignée et un rythme soutenu. Feu sans sommation est un film simple, qui fait passer le temps agréablement et c’est bien là le principal. 


Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus