Kingdom - Saison 2 - Round 2 : le test complet du DVD

Kingdom

2015. Avec Frank Grillo, Kiele Sanchez et Matt Lauria

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/09/2017
Critique

Kingdom - Saison 2 - Round 2

Les temps sont durs pour Alvey Kulina, propriétaire du gymnase de Navy Street, une salle d’entraînement au MMA (Mixed Martial Arts) qu’il a dû gérer seul pendant l’absence de sa compagne Lisa, retournée dans sa famille à San Francisco à la fin de sa grossesse. Pas facile de garder dans les rails ses trois champions, ses deux fils Jay et Nate et Ryan Wheeler, de vrais électrons libres. Il prend sous son aile une jeune combattante talentueuse, mais sans expérience, Alicia Mendez.

La saison 2 de Kingdom, série créée par le producteur et scénariste Byron Balasco (il a contribué à l’écriture de plusieurs séries dont Huff, FBI portés disparus (Without a Trace) et FlashForward), est sortie en deux éditions séparées de dix épisodes chacune, Kingdom - Saison 2 - Round 1, livrée le 21 juin et Kingdom, saison 2, round 2, livrée le 30 août.

Les deux volets de la saison 2 ont largement réussi à maintenir la tension dramatique et à creuser un peu plus encore la personnalité des protagonistes. Pas besoin d’être familiarisé avec le MMA, encore moins d’approuver sa brutalité, pour être pris par cette série : le sport n’est là, en toile de fond, qu’un prétexte au thème principal, l’observation d’un petit groupe de personnages, souvent blessés par la vie.

L’ambiance des deux volets de la saison 2 est plus sombre encore que celle de la saison 1. Aucun des personnages n’est bien dans sa peau. Et la plupart luttent contre la drogue, l’alcool, la violence. D’autres, notamment parmi les personnages secondaires, sentant le combat perdu d’avance, se laisseront dévorer par leurs vieux démons. Ce mal-être est créateur de tensions qui densifient le drame.

Kingdom - Saison 2 - Round 2

A fucking good series!

Kingdom est une série habitée par des thèmes prégnants, comme la rédemption, le remords, la différence (un des personnages cache son homosexualité), la dépendance à la drogue ou à l’alcool, la violence de la rue… Et une série crue, destinée à un public assez mature.

Le soin pris à l’écriture du scénario et des dialogues (très lestes) réussit à donner une réelle épaisseur aux personnages, et le talent des acteurs à les rendre crédibles, à faire ressentir leur souffrance qui résiste aux remèdes trop faciles, aux rasades de whisky et de tequila.

On saluera encore une fois la performance de Frank Grillo, Matt Lauria et, surtout, celle de Joanna Going (la First Lady de la saison 2 de House of Cards (Version USA)) et celle, époustouflante, de Jonathan Tucker (The Black Donnellys - L’intégrale de la série).

L’intérêt pour les deux parties de la saison 2 est, de plus, relancé par l’entrée en scène de nouveaux acteurs, Natalie Martinez (remarquée dans Under the Dome et Secrets & Lies) dans le rôle d’Alicia, et de Paul Walter Hauser, bouleversant dans son interprétation de Keith, un personnage assez peu présent dans la saison 1.

Rappelons également la qualité de la mise en scène et du montage de l’ensemble de la série et des scènes de combat auxquelles elle apporte une véritable dramatisation (particulièrement à l’épisode 8).

Kingdom reviendra pour une troisième saison de 10 épisodes dont la diffusion s’est terminée début août. Les producteurs, AT&T Audience Network et Endemol Shine Studios, ont annoncé, début avril, que la série s’arrêterait au terme de cette troisième saison.

Kingdom - Saison 2 - Round 2

Technique - 7,5 / 10

Kingdom, saison 2, round 2 (10 x 46 minutes) tient sur trois DVD-9 logés dans un boîtier de 14 mm. Le menu animé et musical propose la série dans sa version originale, avec sous-titres français optionnels, ou dans un doublage en français, les deux au format audio Dolby Digital 2.0 stéréo.

Signalons, une fois de plus, le laxisme du sous-titrage en France, avec ses fautes d’orthographe (« Tu veux qu’on se voit ? ») et, pire, son penchant à surenchérir dans la vulgarité (« seriously? » devient « sans déc’ ? »).

Comme dans le round 1, pas de supplément, juste l’Espace découverte Koba Films avec de courts extraits de quatre documentaires sur le sport, Messi, Tourist Trophy : la course de l’extrême (Closer to the Edge) (Closer to the Edge), Road et Streif : une descente d’enfer.

L’image (1.78:1), aux couleurs délicatement saturées, solidement contrastée, avec des noirs biens denses, est parfaitement lisible dans toutes les conditions d’éclairage.

Le son Dolby Digital stéréo de la version originale, avec une bonne dynamique, restitue clairement les dialogues dans un bon équilibre avec l’ambiance et l’accompagnement musical. Assez faible séparation entre les deux voies dans les deux versions. Ces appréciations valent pour le doublage en français qui manque toutefois de naturel.

Kingdom - Saison 2 - Round 2

Crédits images : © Koba Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 septembre 2017
La saison 2 de Kingdom tient les promesses de la saison 1 : elle maintient la tension dramatique et creuse un peu plus encore la personnalité des protagonistes. Le MMA, un sport de combat brutal, n’est là, en toile de fond, qu’un prétexte à l’observation d’un petit groupe de personnages blessés par la vie. Prenant !

Lire les avis »

Multimédia
Kingdom - Saison 2 - Round 2
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus