Crying Freeman : le test complet du DVD

Édition Spéciale

1995. Réalisé par Christophe Gans
Avec Mark Dacascos, Julie Condra et Rae Dawn Chong

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 06/03/2001
Critique

Du manga en version live-action. Christophe Gans réussit l’inimaginable dans un film produit par la vieille école européenne, qui dévoile un melting-pot d’imagerie post- mythologique, et qui rentra rapidement dans l’imaginaire des fans. Ce conte de fée d’un tueur qui verse une larme de compassion après chaque exécution, emprunte ses références à tous (John Woo..) et à personne en même temps. « Crying Freeman » est un clash de genres et cultures, qui offre à Mark Dacascos (trop souvent inexploité par le cinéma) un rôle et une présence physique exceptionnelles. Un film venu de nulle part, unique dans son genre, et pratiquement impossible à copier.

Généralités - 5,0 / 5

14 mois. C’est le temps cumulé en retard et reports techniques qui a précédé la sortie de « Crying Freeman ». Pour adoucir la frustration des spectateurs, Metropolitan devait sortir un coffret à la hauteur des attentes. Et c’est ce qu’elle a fait. On s’attendait à une édition collector, et on obtient en revanche un tour de force gladiatoresque. Si tous les suppléments ne sont pas exceptionnels, la force brute de « Crying Freeman » l’est. L’assemblage du coffret est de premier niveau, avec un soin particulier pour les détails et les éléments de base (le master HDTV, pour ne pas le citer).

Cette critique a été établie à partir des deux check-discs du coffret. Nous faisons donc abstraction du packaging et du livret de 44 pages, qui seront intégrés au texte à partir de la version gold de « Freeman ».

Le contenu et l’ergonomie sont de premier ordre. Menus 3D animés en 16/9 sur le premier disque (avec en prime le jingle relooké de Metropolitan), des discrets écrans fixes sur le deuxième (dus à une manque de place). La navigation est cohérente sur l’ensemble Vidéo, un peu moins sur la partie Rom (dommage pour les pop-up). Le tout avec des pistes 5.1 de qualité, et sans aucune imposition de sous-titres en VO. 5 sur 5 !

Bonus - 5,0 / 5

Le premier bonus se trouve dans le disque 1 du coffret : le commentaire audio de Christophe Gans (en 2.0), hélas non sous- titré. C’est le petit avant-goût pour l’avalanche du disque 2 (double-couche), rempli à ras-bord de suppléments DVD Video et Rom. Les menus animés du premier disque ont été remplacés par des écrans fixes en 4/3. Ce qui compte est le contenu.

Le disque des suppléments est architecté autour de trois sections : « Pré-production » (en 2 pages), « Tournage » et « Post- production ». L’ensemble est structuré comme un carnet de bord multimédia, qui offre une revisitation à posteriori de toutes les étapes de conception du film.

Voici un « petit » avant-goût commenté du programme :
- La Genèse (1’20” ») - mini interview (1’20”) de Christophe Gans, qui explique son premier contact avec le manga de « Crying Freeman ».
- Après le coup de foudre, le Scénario. Ces quelques pages de texte expliquent les premières adaptations avortées et les changements requis par l’indisponibilité de Jason Scott Lee, initialement pressenti pour le rôle.
- La Direction artistique - 1 Nouvelle mini-interview de Christophe Gans de 2’08” (qui date de 1994), sur le rôle de l’illustrateur Alex McDowell dans le design du film, et les premiers enjeux visuels.
- La Direction artistique - 2 Une collection d’une trentaine d’images ou illustrations sur la conceptualisation visuelle du film. Dommage que ces éléments ne soient pas disponibles en hi-res dans la partie DVD-Rom !
- Les Story-boards - 1 - Dans une autre interview d’époque (2’40”), Christophe Gans présente le travail et le choix de Thierry Ségur, devenu depuis son story-boardeur attitré.
- Les Story-boards - 2 - Un très intéressant face-à- face de 2’02” sur la séquence initiale de l’oeuvre, entre les story-boards (en bas) et le film (en haut). A ne pas rater.
- Les Story-boards - 3 - On rentre dans le vif du sujet. Cette partie offre l’intégralité des story-boards de 17 scènes-clé du film, précédées de quelques commentaires. Le défilement des images est automatique ; les touches de chapitrage de la télécommande permettent de passer aux scènes suivantes ou précédentes. En tout et pour tout, 1600 story- boards sont présents : on leur croît sur parole (nous n’avons pas eu le courage de les compter !)
- Place ensuite au tournage, introduit par un sujet de 5’30” (sous-titrable en français) pour « Le journal du cinéma ».
- Le document suivant appartient aux pièces de collection du coffret. Il s’agit d’un Promo-reel de 7’27” destiné aux « buyers » internationaux du MIFED, le marché du film de Milan. Le clip assemble des stock-shots du film (dont des scènes écartées au montage) et des interviews issues du EPK de la production.
- Les coulisses de Crying Freeman (19’40”) est une featurette qui ressemble tous les éléments du electronic press kit (dont les « soundbytes » présents dans le promo). Correct mais pas exceptionnel.
- Pour conclure la section, B-Roll est en fait un assemblage brut des coulisses du tournage, avec juste le son d’ambiance. Son atout réside dans sa longueur (38’32” !), qui donne un aperçu assez complet des conditions du tournage de quelques scènes-clé.
- La dernière section du disque, consacrée à la post- production, démarre par Le montage (8’47”). C’est l’un des documents les plus intéressants du coffret. Ici, Christophe Gans revendique son choix de David Wu, le monteur attitré de John Woo, pour imprimer à « Crying Freeman » le style qui sera le sien. Les passionnés de cinéma ne doivent pas le rater sous aucun prétexte.
- Lors du recentrage de l’oeuvre, deux scènes furent écartées du « final cut » : « Booby Trap » (1’33”) et « Tokyo Hotel » (1’11”). Scènes coupées les présente dans leur intégralité, dans une version dépourvue de mixage, le signe qu’elles étaient passées à la trappe assez rapidement.
- Le générique est l’un des morceaux de choix du coffret. Une longue succession de story-boards, entrecoupée des points de repère sur un corps humain, détaille la séquence des titres du film. Ne coupez surtout pas, car la suite du programme offre les différentes étapes de la conception du générique (tournage, incrustations, FX) ! C’est l’élément qui ressemble le plus à un bonus caché du coffret.
- Deux bandes-annonces (en 4/3, hélas) complètent la partie DVD Video de « Crying Freeman ». Si vous avez un ordinateur, le processus de découverte n’est pas fini. Il faut maintenant passer aux éléments Rom du coffret (toujours dans le disque 2).

Pour accéder à la partie DVD-Rom, il faut cliquer sur le fichier « freeman.htm » à la racine du disque. Pas d’autostart ou d’interfaces PCFriendly, et c’est tant mieux (ce sont de bons candidats aux problèmes d’incompatibilité sur les ordinateurs.
Les éléments sont regroupés autour de 8 sections : « Dossier de presse », « Genèse », « Musique », « Bande-annonce », « Extraits », « Photos », « Interviews » et « Making of ». Les fichiers (au format Quicktime) ne se comptent pas. Parmi les différents extraits ou vidéos - accessibles en pop-up - on remarque le générique du dessin animé japonais et quelques planches de mangas. 4 extraits sonores et 47 photos sont aussi disponibles. Petite astuce pour ces dernières : ouvrez-les manuellement dans leur répertoire, ceci vous permettra de les visionner en haute résolution.

En conclusion, la section suppléments de « Crying Freeman » a une tactique gladiatoresque : après ça, il n’y a que de la terre brûlée. Avouons-le, tout n’est pas intéressant. Mais la force brute de ce collage multimédia répond aux attentes des fans.

Nous avons volontairement omis de mentionner un dernier détail : un petit bonus caché (et en DD 5.1). On complétera la section dès la sortie du disque. Juste un petit conseil en attendant : regardez du coté du dragon…

Image - 5,0 / 5

Un mot : HDTV ! Voici la raison pourquoi Sony a entrepris la tâche de découvrir systématiquement à des télécinéma haute- définition de ces titres. Avec un piqué, un chroma et une richesse de tel niveau, le master de « Crying Freeman » fait jeu égal avec les meilleures sources hollywoodiennes. Point à la ligne.

Son - 5,0 / 5

Encore une fois, du 5 sur 5. La dynamique et l’ambiance virevoltante du cinéma d’action sont restitués avec précision : dans les nombreuses scènes de combat, mais aussi - et surtout - dans les petits détails et les bruits d’ambiance. Une exploitation de manuel du 5.1. Nous avouons cependant une petite préférence pour la V0. La piste française fait plus dans le bruit que dans le détail, et semble un poil plus limitée dans les graves et les aigus. La VO ajoute cette profondeur supplémentaire. Le commentaire audio de Christophe Gans (en 2.0) offre un mixage délicat de la voix du réalisateur à la bande son du film.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
Note du disque
Avis

Moyenne

4,8
5
8
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
JCL83
Le 19 juin 2011
Pas de commentaire.
Avatar
Marc
Le 3 juillet 2009
Pas de commentaire.
Avatar
ludo
Le 2 août 2005
Pas de commentaire.

Lire tous les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus