Saint Georges : le test complet du DVD

São Jorge

2016. Réalisé par Marco Martins
Avec Nuno Lopes, Mariana Nunes et David Semedo

Édité par Damned Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 09/11/2017
Critique

Saint-Georges

Les temps sont durs pour Jorge à la fin de 2011. Sans emploi, il habite chez son père avec son fils Nelson, dont la mère, Susanna, vit ailleurs en attendant de retourner au Brésil. Pour tenter de joindre les deux bouts, Jorge monte régulièrement sur un ring de boxe. Mais, faute d’un entraînement suffisant, il fait surtout office de punchingball. Il se résout à entrer au service d’une société spécialisé dans le recouvrement des dettes que des particuliers ou des petites entreprises n’ont pu rembourser aux banques…

Saint-Georges (São Jorge) a pour cadre le Portugal au moment où il a été sommé par la « troïka » (la Commission Européenne, la BCE et le FMI) de réduire sa dette, au prix d’une austérité marquée, pendant trois ans, par une multiplication des faillites et une forte aggravation du chômage.

Saint-Georges est, après Alice (2005), sur la recherche par un père de sa fille disparue et How to Draw a Perfect Circle (2010), une histoire d’inceste, le troisième long métrage de fiction du Portugais Marco Martins, sorti dans nos salles en mai, et le seul à nous être arrivé en vidéo.

Saint-Georges

En suivant de très près Jorge, la caméra enregistre, une réalité sombre, poisseuse, baignée dans une lumière glauque, des immeubles délabrés, des terrains vagues, le vacarme des rocades ou des voies ferrées d’un Lisbonne à cent lieues de l’image qu’en ont gardé les touristes.

Saint-Georges fait ressentir l’enlisement inéluctable dans la mouise de tous les personnages, de Jorge, de ses proches et des victimes de la crise. Si Jorge, souvent filmé de dos, n’arrête pas de marcher à grandes enjambées, il semble tourner en rond, sans qu’on sache vraiment où il va.

Saint-Georges ne s’appesantit pas sur les personnages, juste esquissés. Même Jorge, qui est pourtant de tous les plans, reste une figure floue, talonnée par la caméra dans de longues déambulations qui s’enchaînent… Au risque de distiller l’ennui, cette répétition renforce la désespérance que souhaite certainement communiquer le film, une oeuvre austère, mais qu’il sera difficile d’oublier.

Saint-Georges

Technique - 7 / 10

Saint-Georges (111 minutes) tient sur un DVD-9 logé dans un fin digipack avec l’affiche du film en couverture et, à l’intérieur, une déclaration du réalisateur que l’impact de la crise a encouragé à « reconfigurer » son cinéma.

Le menu fixe et muet propose le film dans sa version originale, au format Dolby Digital 2.0 stéréo, avec sous-titres optionnels.

Aucun supplément.

L’image (1.78:1), nette et propre dans l’ensemble, peut, dans certaines scènes de nuit (par exemple quand Jorge recherche son fils dans un stade) être affectée par un fort bruit vidéo. Les noirs manquent de densité, particulièrement dans les scènes les plus sombres où ils ont tendance à se boucher. Il se peut que ces caractéristiques résultent du choix du réalisateur qui semble avoir privilégié les éclairages naturels.

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo profite d’une bonne dynamique et d’un spectre ouvert. La légère réverbération s’ajoutant à une bonne séparation des deux voies frontales crée une ambiance enveloppante.

Saint-Georges

Crédits images : © Filmes do Tejo, Les Films de l’Après-Midi

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 9 novembre 2017
Saint-Georges, c’est une étouffante plongée dans l’univers des laissés pour compte des années d’austérité imposées par l’Europe au Portugal. Un univers poisseux, glauque, désespérant, recréé par un film austère, dérangeant.

Lire les avis »

Multimédia
Saint Georges
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus