River : le test complet du DVD

2015. Réalisé par Richard Laxton
Avec Stellan Skarsgård, Nicola Walker et Lesley Manville

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 15/02/2018
Critique

River - Saison 1

John River, de la police criminelle de Londres, obtient d’excellents résultats, en dépit d’une grande fragilité psychologique : les fantômes des victimes de meurtres qu’il n’a pas élucidés et certains criminels le tourmentent sans répit. Particulièrement celui de sa coéquipière et amie Jackie Stevenson, dite « Stevie », brutalement renversée par une voiture la veille…

Le meilleur atout de la minisérie River est la qualité de son écriture par Abi Morgan, signataire ou cosignataire des scénarios de Shame (Steve McQueen, 2011), de La Dame de Fer (Phyllida Lloyd, 2011), de Birdsong (Philip Martin 2011), de The Invisible Woman (Ralph Fiennes, 2013, sur les amours secrètes de Charles Dickens, pas édité en France), aussi, et surtout, de la série The Hour qui lui valut un Primetime Emmy Award en 2012.

River se range, parmi les séries policières, dans la catégorie plaçant le policier au premier plan, les affaires en toile de fond, comme Wallander (Suède), la série originale suédoise ou son remake anglais, les deux créées par le romancier Henning Mankell, comme The Killing (Danemark) (Forbrydelsen, 2007, 3 saisons) ou encore Luther, par Neill Cross (2010, 5 saisons).

John River est un personnage tourmenté, au bord de la folie, assailli par les « manifestations » (traduites par « projections ») de victimes de meurtre ou d’assassins, sous une apparence aussi réelle que s’ils étaient encore en vie. Le scénario exploite subtilement et avec une remarquable efficacité le particularisme du personnage.

Le second atout de River est sa distribution, en tête de laquelle figure Stellan Skarsgård. Présent dans tous les plans, il crée à lui seul, avec un jeu très sobre, l’ambiance cafardeuse, pessimiste qui fait la marque de la série, couronnée au Festival de Monte Carlo en 2016. Il est solidement secondé par Nicola Walker, une habituée des rôles de représentante des forces de l’ordre outre-Manche, avec MI-5 (Spooks) et Unforgotten. On retrouve aussi dans chaque épisode, dans la « peau » d’un fantôme, Éddie Marsan.

Rarement la personnalité d’un policier aura-t-elle été autant creusée, par le recours à plusieurs procédés scénaristiques : les échanges entre River et ses « manifestations », en particulier celle de Stevie, l’unique amie qu’il ait jamais eue, et par des entretiens avec une psychiatre qui lui ont été imposés par sa hiérarchie.

Généralités - 3,5 / 5

River (6 x 57 minutes) et ses suppléments (29 minutes) tiennent sur deux DVD-9 logé dans un boîtier épais de 14 mm glissé dans un étui.

Le menu animé et musical propose la version originale, avec sous-titres optionnels, et un doublage en français, les deux au format Dolby Digital 2.0 stéréo.

Sous-titres pour malentendants.

Uniquement disponible sur DVD en France, la série a été aussi éditée sur Blu-ray au Royaume Uni.

Bonus - 2,0 / 5

En complément, repris à l’identique de l’édition Arrow en Angleterre :

Le personnage de River (5’), les « projections » de River (5’) dont l’une, le côté noir de River (I am the darkest part of you), est Thomas Neill Cream, un sinistre empoisonneur interprété par Eddie Marsan, et Making of River (10’).

Une suite d’entretiens avec producteurs, scénaristes et acteurs qui n’ajoutent rien au visionnage de la série.

Pour finir, des scènes coupées (9’).

Image - 4,5 / 5

L’image (1.78:1) est propre, bien définie et contrastée, avec des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées, dans des tonalités plutôt froides.

La lisibilité est parfaite, y compris dans les nombreuses scènes de nuit.

Son - 3,5 / 5

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo bénéficie d’une assez bonne dynamique et d’une large bande passante. Mais la faible séparation des deux voies limite l’immersion dans l’ambiance et certains dialogues de la version originale sont affectés par une légère résonnance caverneuse.

Ce défaut n’est pas relevé dans le doublage, un peu sec et, surtout, peu naturel.

Crédits images : © ARTE

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 16 février 2018
River, c’est un policier tourmenté, assailli par ses fantômes, au bord de la folie, intensément interprété par Stellan Skarsgård. Cette série insolite, cafardeuse, au scénario et aux dialogues bien écrits, fut couronnée au Festival de Monte Carlo en 2016.

Lire les avis »

Multimédia
River
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus