ACTUALITÉ

Adieu à Mireille Darc

Par Philippe Gautreau | Publié le | Mis à jour
Adieu à Mireille Darc

La « grande sauterelle » s’en est allée le 28 août 2017. Rapide retour sur une vie bien remplie…

Mireille Darc - © LORIEUX/SIPA

Née en 1938, Mireille Aigroz passe toute sa jeunesse à Toulon qu’elle quitte pour « monter » à Paris en 1957 avec, dans la poche, le diplôme du conservatoire (avec le prix d’excellence !) et son nom de scène, Mireille Darc.

Petits boulots, cours de théâtre avec Maurice Escande avant des débuts prometteurs à la télévision en 1960 dans Du côté de l’enfer de Claude Barma puis, l’année suivante, dans Hauteclaire de Jean Prat en 1961.

Parallèlement, sa silhouette longiligne commence à attirer l’oeil sur le grand écran dans Les Distractions de Jacques Dupont, avec Jean-Paul Belmondo, et dans La Bride sur le cou de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot. Son nom monte vite sur les affiches : elle sera, en 1963, la fille de Louis de Funès dans Pouic Pouic de Jean Girault.

La Grande Sauterelle - Blu-ray

L’année suivante sera marquée par sa rencontre avec Georges Lautner qui la dirigera dans Des pissenlits par la racine et Les Barbouzes où elle sera confrontée, sans se laisser intimider, aux dialogues de Michel Audiard et à un fameux trio de mauvais garçons machos, Lino Ventura, Francis Blanche et Bernard Blier. Les deux premiers d’une série longue de douze films, parmi lesquels La Grande sauterelle, à l’origine du surnom qui lui restera attaché.

L’image gravée dans la mémoire des spectateurs sera celle de l’échancrure de la robe noire qui les a tous entraînés, avec Pierre Richard, dans une chute vertigineuse jusqu’au bas de ses reins dans Le Grand Blond avec une chaussure noire.

Elle reviendra à la télévision dans plusieurs séries, dont Les Coeurs brûlés et Terre Indigo, réalisées par Jean Sagols en 1992 et 1996, avant de retrouver son compagnon de quinze ans, Alain Delon (aux côtés duquel elle avait joué dans une douzaine de films), dans la minisérie Frank Riva - L’homme de nulle part (2003) et le téléfilm Sur la route de Madison (2007).

À partir de 2004, Mireille Darc entame une nouvelle carrière de documentariste avec une série de treize films sur des sujets sociétaux, sur des religieuses, des femmes sans abri, des actrices de porno, des escort girls, sur le troisième âge…

Mireille Darc s’est aussi beaucoup investie dans l’aide aux plus défavorisés. Elle était, depuis de nombreuses années, la marraine de La Chaîne de l’espoir qui, entre autres activités, finance les soins en France d’enfants d’Afrique ou d’autres  pays du tiers monde, notamment les opérations cardio-vasculaires.

Une belle personne s’en est allée, en prenant le soin de nous laisser un beau choix de DVD et autres Blu-ray pour qu’on ne risque pas de l’oublier.

Reportage , .
Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Plus d'infos
Les Sagas

Accès aux fiches DVDFr des sagas cités dans l'article

(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus