Les Demoiselles de Rochefort (1967) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Jacques Demy
Avec Catherine Deneuve, Françoise Dorléac et George Chakiris

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 22/09/2010
Critique

Un enchantement pour l’esprit, les yeux et les oreilles ! Les paroles des chansons et les dialogues, écrits par Jacques Demy (il écrit le scénario et les dialogues de ses films), sont jubilatoires, délicats, poétiques et drôles, émaillés de jeux de mots. Jacques Demy s’est même amusé à écrire une longue scène en alexandrins !

Et puis il y a la musique jazzy de Michel Legrand, avec ses mélodies si faciles à retenir et pourtant plus sophistiquées qu’il n’y paraît. Il a composé la musique de pas moins de… 190 films, dont 9 de Jacques Demy, Lola, La Baie des anges, Les Parapluies de Cherbourg, Peau d’Âne… Les airs, enregistrés par des chanteurs, paraissent chantés par les acteurs grâce à une synchronisation qui ne laisse pas percer l’artifice.

Les yeux sont à la fête. La couleur partage avec la musique le premier rôle. Elle explose partout, dans les rues de Rochefort et sur la Place Colbert, dont les façades et les volets ont été frais repeints, en un affrontement kaléidoscopique de couleurs acidulées et de tons pastels. La couleur s’invite aussi dans les intérieurs, dans le café de Madame Yvonne, dans le studio de danse des deux jeunes filles en robe Courrèges, Solange et Delphine Garnier, « les soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux », à la recherche de « l’homme idéal, avec ou sans défauts », dans la galerie de peinture moderne de Guillaume Lancien (!) et dans le magasin de musique de Monsieur Dame, dont le patronyme avait fait fuir sa fiancée qui ne supportait pas l’idée de s’appeler un jour Madame Dame !

Toujours pour le plaisir des yeux, la géométrie de la ville, du pont transbordeur, des dessins en damier de la place Colbert, et des ballets, souvent filmés en plongée que le chorégraphe Norman Maen et des danseurs anglais ont réglé comme du papier à musique.

Enfin les acteurs, parmi lesquels Gene Kelly, qui a l’air aussi jeune que le Don de Chantons sous la pluie, Georges Chakiris, le Bernardo de West Side Story et, last but not least, aux côtés de ces Américains, le duo des soeurs Dorléac, presque jumelles, Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, qui allait être fauchée par la mort au volant de sa voiture, à seulement 25 ans, trois mois après la sortie du film. Son charme et son talent lui ont valu de jouer dans une vingtaine de films, dont La Peau douce, de François Truffaut et l’étrange et inoubliable Cul-de-sac de Roman Polanski.

Bien que chaque séquence, chaque plan, soit minutieusement préparés, tout semble couler de source, ingénument. Cette comédie musicale peut figurer dignement auprès des comédies américaines avec, un petit « je ne sais quoi », comme on dit là-bas, de l’autre côté de la mare aux canards, qui lui donne son petit goût de terroir, la « French touch », comme on dit chez nous…

Généralités - 4,0 / 5

Boîtier bleu classique dans un cartonnage. Sous quelques scènes du film en cinémascope, les fonctions du menu principal apparaissent dans un bandeau bleu et parme, annonçant la débauche de couleurs qui nous attend. On accède très rapidement au film, disponible dans sa version en français. Une version en anglais avait été tournée parallèlement, mais n’a pas encore été éditée sur DVD.

Bonus - 5,0 / 5

1. Les Demoiselles ont eu 25 ans (4/3, image SD, son DD stéréo). Ce remarquable documentaire, réalisé par Agnès Varda, l’épouse de Jacques Demy, a été filmé au cours l’été 1966, pendant le tournage des « Demoiselles », puis en 1992, 25 ans après la sortie en salles. L’occasion pour les acteurs, techniciens, revenus sur les lieux du tournage, de retrouver les figurants locaux. Tous se souviennent de l’événement qui secoua la ville de Rochefort, doucement endormie sur un glorieux passé. Ce petit film, chargé d’émotion, d’une qualité à cent coudées au-dessus des documentaires de tournage insipides qu’on nous sert trop souvent, rappelle à notre souvenir deux disparus, Jacques Demy et Françoise Dorléac, qui ont donné, en 1992, leur nom à une rue et à une place de la ville.

2. Le film vu par Olivier Ducastel et Jacques Martineau, réalisateurs, exposé très court, donc assez superficiel, sur le soin pris par Jacques Demy à la composition de chaque plan.

3. À propos du film, texte de Jean-Pierre Berthomé dit par Mathieu Demy

4. Bande-annonce

Pour ces trois derniers bonus, nous profitons de la haute définition, tant pour l’image (VC-1) que pour le son (DTS-HD stéréo). Bravo !

5. La collection Jacques Demy : teaser fait d’une suite d’extraits de films qui composent Jacques Demy - Intégrale, éditée par Arte Vidéo en novembre 2008.

Image - 4,5 / 5

On peut apprécier les résultats de la combinaison d’une méticuleuse restauration, faite en 2010, et de l’encodage VC-1. La résolution, voisine de celle du DVD, aurait toutefois pu être plus poussée. Les couleurs sont fraîches et lumineuses, le léger grain argentique a, fort heureusement, été préservé. Malgré les couleurs qui « pètent », comme l’improbable bleu électrique du col de chemise des soldats qui défilent, l’image est douce et soyeuse, ainsi que le costume de velours de Michel Piccoli, aux tons changeants sous la lumière, du bleu pastel à l’argent.

Les demoiselles n’ont plus 25 ans, mais 44 ! Par quel prodige ont-elles conservé si longtemps leur teint de jeunes filles ?

Son - 4,5 / 5

Là encore, la restauration a fait des merveilles. On le remarque dès les premières mesures jouées au piano par Michel Legrand, au début du générique : le son DTS-HD stéréo a la clarté du cristal, à peine altéré par quelques très occasionnelles saturations dans les aigus.

Et l’on ne peut qu’approuver la sagesse de l’éditeur d’avoir renoncé à courir le risque d’un hasardeux remixage 5.1. Mais on peut aussi regretter que le son 6 pistes de la diffusion en salles n’ait pas été, ou pu être, récupéré.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Panasonic DMP-BD30
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,3
5
1
4
1
3
0
2
2
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
jean-marc
Le 9 février 2011
Ben comme beaucoup, je trouve que si l'ensemble est correct (image propre), la définition (soit disant depuis un master 2K) est loin d'être à la hauteur du support. Le son est en mono...
Bon ben ARTE a merdé sur le coup. C'est bien dommage pour un tel film.
Je crois que je vais arrêter de prendre des ARTE... J'avais déjà été déçu par "La planète sauvage"...
http://www.dvdfr.com/dvd/a151663-planete-sauvage.html
Avatar
Ludo_88
Le 25 septembre 2010
Une image propre, certes, mais une définition et une chroma loin des possibilités du support. Quand à la bande son, toujours le mono de la copie 35 mm à la sonorité des pistes optiques, alors que le film à été exploité en 6 canaux 70 mm...
Bref, pas mieux que l'édition DVD. Grosse déception.
Avatar
Philippe Gautreau
Le 22 septembre 2010
Pas de commentaire.

Lire tous les avis »

Multimédia
Les Demoiselles de Rochefort
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus