Les Vacances de Ducobu (2012) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Philippe de Chauveron
Avec Élie Semoun, François Viette et Joséphine de Meaux

Édité par UGC

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 29/11/2012
Critique

La cloche sonne et c’est la libération pour l’élève Ducobu : enfin les vacances, loin de Latouche et de ses dictées diaboliques ! BD, Club Mickey, glaces à gogo… Ducobu a à peine le temps de se réjouir que son père lui annonce un tout autre programme : ils partent avec la famille Gratin. Avec Léonie et sa mère, c’est plutôt réveil aux aurores, musées et révisions. Et pour couronner le tout… Ducobu tombe sur Latouche et Mademoiselle Rateau venus eux aussi en vacances au camping. Le Cauchemar ! Heureusement le hasard met sur son chemin une carte mystérieuse. Grâce à son ingéniosité, Ducobu en décode l’énigme et se lance à la recherche d’un trésor de pirates perdu. Le roi de la triche devient le roi de l’aventure et les vraies vacances peuvent commencer !

A peine un an après la sortie et le succès de L’Elève Ducobu (1,5 million d’entrées), adaptation cinématographique de la bande-dessinée créée en 1992 par Zidrou et Godi, Les Vacances de Ducobu, issu d’un scénario original, a débarqué dans les salles et aura attiré à nouveau 1 million de spectateurs. Si le premier opus profitait du succès de l’adaptation du Petit Nicolas, le deuxième propose de sortir les élèves, les parents et leurs professeurs de la salle de classe et des petits pavillons de banlieue pour la mer étincelante du Sud-Est de la France. Parce qu’il avait trop grandi, le jeune comédien Vincent Claude (Alceste dans Le Petit Nicolas) qui incarnait Ducobu dans le premier film laisse sa place au débutant François Viette, beaucoup moins charismatique, plus hésitant et dont la « performance » mécanique nuit considérablement à l’empathie des spectateurs envers le personnage.

Comme pour L’Elève Ducobu, il n’y a rien à redire concernant la direction artistique du film avec ses beaux décors naturels et sa photo bigarrée. Même si l’ensemble est moins décousu que sur le premier volet, les gags tombent quand même souvent à plat, la mise en scène est paresseuse et la narration s’embourbe parfois dans une succession de vignettes reliées entre elles par une pseudo chasse au trésor, probablement la partie la plus faible de cette séquelle. Heureusement, cette suite fait la part belle aux personnages adultes, notamment Pierre-François Martin-Laval (qui reprend le rôle précédemment interprété par Bruno Podalydès), Joséphine de Meaux, Helena Noguerra, Bruno Salomone et bien sur Elie Semoun de retour dans le rôle du professeur maniaque, psychorigide, radin, lâche, jaloux et colérique, dont l’abattage et l’énergie retiennent finalement l’attention jusqu’au bout.

Généralités - 4,0 / 5

Une musique entraînante introduit un menu animé et coloré. La navigation est aisée, les sous-menus sympathiques et l’ensemble lumineux. La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film et se voit glissée dans un boitier de couleur jaune.

Bonus - 3,0 / 5

L’interactivité débute sur un making of de 20 minutes, un module par ailleurs fort sympathique composé de nombreuses images de tournage et qui donne surtout la parole aux comédiens principaux (les adultes et les enfants) et au réalisateur Philippe de Chauveron. L’ensemble est bon enfant, tout le monde a visiblement pris beaucoup de plaisir à tourner cette suite, et le nouveau Ducobu François Viette donne ses impressions sur ses premiers pas devant la caméra.

Nous trouvons ensuite six scènes coupées réussies (6’), dont une qui montre un chassé-croisé amusant sur la route des vacances entre la famille Ducobu et Gratin avec le couple Latouche-Rateau. Cette séquence a surement été supprimée pour une question de rythme. Les autres saynètes prolongent le quotidien des vacances de nos héros.

L’interactivité se clôt sur un bêtisier communicatif.

Image - 4,5 / 5

Ce transfert HD s’avère soigné, l’univers de la BD est bien retranscrit avec une prédominance de couleurs vives et pétillantes (les teintes bleue, jaune, rose foisonnent), les contrastes sont au beau fixe et le piqué agréable. Seule une légère perte de la définition sur les séquences sombres et nocturnes viennent sensiblement ternir le tout avec un léger bruit vidéo constatable sur les arrière-plans. Ce master demeure néanmoins un bel objet, le relief est omniprésent, les séquences de plage sont magnifiques et étincelantes.

Son - 4,5 / 5

Dès la première séquence, la piste DTS-HD Master Audio 5.1 sollicite l’ensemble des enceintes et offre une spatialisation constante et soignée. Ce mixage fait la part belle au culte Sarà perché ti amo des Ricchi e Poveri ouvrant le film ainsi et surtout à la musique enfantine et légère de Marc Chouarain, (trop) présente pendant tout le film, soulignant chaque gag ou chaque haussement de sourcil destiné à faire rire les enfants. Comme pour le premier film, les hurlements d’Elie Semoun se détachent sans mal sur la centrale, le caisson de basses délivre quelques effets frappants tandis que les ambiances naturelles des scènes en bord de mer demeurent constantes surtout lors de la partie se déroulant sur l’île au trésor. La DTS-HD Master Audio 2.0 est évidemment plus « plate » mais le spectacle acoustique est tout autant assuré. L’éditeur joint également les sous-titres destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste en Audiodescription.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 10 décembre 2012
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Les Vacances de Ducobu
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus