Vampire Diaries - L'intégrale de la Saison 3 (2011) : le test complet du Blu-ray

The Vampire Diaries

Réalisé par John Behring
Avec Nina Dobrev, Paul Wesley et Ian Somerhalder

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/11/2012
Critique

Stefan, dans l’ombre de Klaus, hybride de loup-garou et de vampire, s’est laissé aller à l’assouvissement sans retenue de ses pulsions meurtrières. Elena ne sait pas s’il est mort ou vivant ; elle vit avec Damon, qui la protège des créatures maléfiques qui rôdent autour d’elle…

Nous retrouvons, pour la troisième saison de Vampire Diaries, le pandémonium de cette ambitieuse série créée par Julie Plec et Kevin Williamson (le créateur de Dawson’s Creek), une des belles réussites du genre avec sa contemporaine True Blood.

La qualité de l’écriture de la série s’est plutôt améliorée avec le temps. Le thème central de cette troisième saison est le conflit interne de Stefan, magnifié quand Klaus lui ordonne de boire le sang d’Elena, laissée sans défense à sa merci.

Un autre moment fort est le retour en arrière dans le Chicago des années 20, dans un speakeasy où coulent à flots sang et whisky. Le réalisme des décors, des costumes, de la musique de jazz et de la descente de police est tel qu’on ne serait pas surpris de voir apparaître Al Capone !

Le grand nombre de personnages secondaires, la complexité du scénario, les sauts temporels, soutiennent l’intérêt dans le temps. Un rappel des deux saisons précédentes de Vampire Diaries aurait, en raison de cette complexité, été utile, d’autant plus qu’un trou noir de 18 mois a suivi la sortie en France de la saison 1.

Une caméra mobile, mais bien contrôlée, suit les personnages dans une succession de scènes en intérieur et en extérieur, souvent filmées la nuit. La série est agrémentée par la musique de Michael Suby, également compositeur de la musique d’une autre série assez remarquable, Pretty Little Liars, récemment critiquée. Malheureusement, s’y ajoute une illustration musicale qui ne laisse aucun répit et dont le volume excessif arrive parfois à couvrir les dialogues.

Pas suffisant toutefois pour gâcher notre plaisir à suivre, malgré la présence hostile de vampires, de loups garous, de sorcières et de fantômes, le dangereux marivaudage de la belle Elena avec Stefan et Damon Salvatore.

Technique - 8 / 10

Le boîtier bleu avec les quatre disques et le leaflet est inséré dans un étui cartonné orné d’un montage, dans un décor fantastique, du trio amoureux, Stefan les mains ensanglantées, Damon tenant un poignard sanguinolent et Elena le bras ruisselant du jus d’une grenade. Beaux menus, navigation sans problèmes, sous-titres français optionnels.

Les suppléments, à part quelques scènes coupées sur le disque 2 (3’46”) et sur le disque 3’59”), sont tous logés sur le disque 4. Ils sont plutôt généreux pour une série, mais d’un intérêt variable.

Dans La descente aux enfers de Stefan, Julie Plec et les acteurs dissèquent la lutte incertaine, interne au personnage, entre le bien et le mal. Puis dans Les originaux : le commencement, Dacre Stoker, un descendant de Bram Stoker, auteur de Dracula et créateur des canons du vampirisme, fait remonter le mythe des vampires au Moyen Âge où ils sont vus comme une sorte de boucs émissaires, capables de fournir une explication tout prête à certaines morts inexpliquées ; les auteurs de la série vont plus loin en faisant remonter leur origine aux Vikings. Suit Morsure de rappel, un court bêtisier. Puis Les Notes du producteur : Pascal Verschooris, un des producteurs, nous parle de son métier d’arbitre entre l’art et la finance. Dans le dernier document, Scènes favorites, les acteurs commentent chacun de leur scène préférée.

À noter que tous les suppléments, en anglais avec sous-titres français, bénéficient d’une image en HD (audio DD 2.0).

L’image (AVC 1080p) conserve toutes les qualités de celle des deux premières saisons, avec excellente résolution des arrière-plans et une utilisation fine des couleurs. Les contrastes des scènes de nuits sont irréprochables dans les sous-bois au clair de la pleine lune, si prisé des lycanthropes.

Quant au son, il est servi par un encodage DTS-HD MA 5.1 qui manquait cruellement à la première saison. Il est à la hauteur, avec une bonne dynamique et une spatialisation cohérente qui conviennent au bon travail réalisé pour les effets sonores de la série. Malheureusement, en dépit de la mention DTS Digital surround figurant sur la jaquette, le doublage français doit se contenter du format DD 2.0, dont les faiblesses avaient déjà été épinglées pour les deux saisons précédentes. Ce qui ne laisse guère le choix entre les deux versions.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
8 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 novembre 2012
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Vampire Diaries - L'intégrale de la Saison 3
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus