Des hommes sans loi (2012) : le test complet du Blu-ray

Lawless

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par John Hillcoat
Avec Shia LaBeouf, Tom Hardy et Jason Clarke

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/01/2013
Critique

1931. Au coeur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha… Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser… Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.

Des Hommes sans loi est l’adaptation cinématographique du roman de Matt Bondurant (Pour quelques gouttes d’alcool), inspiré de la véritable histoire de son grand-père au moment de la Prohibition.

Le cinéaste australien John Hillcoat confirme après The Proposition et La Route, sa singularité au sein de l’industrie cinématographique. Même si Des Hommes sans loi se révèle de facture plus classique par rapport à ses deux oeuvres précédentes, ce film de gangsters à la frontière du western, très violent, parfois sanglant, élégant, sensible et magistralement interprété par un casting quatre étoiles (Shia LaBeouf, Mia Wasikowska, Tom Hardy, Jessica Chastain, Jason Clarke, Gary Oldman et Guy Pearce), repose sur la fine écriture de Nick Cave, ami et collaborateur de John Hillcoat depuis son premier film (Ghosts… of the Civil Dead).

Egalement soutenu par la musique enivrante de Nick Cave, la superbe photographie de Benoît Delhomme, les magnifiques décors naturels, Des Hommes sans loi est un petit joyau du genre.

Généralités - 4,5 / 5

Fidèle à sa réputation, Metropolitan édite un bel objet, aux menus principaux élégants, animés et musicaux. Le boitier classique est glissé dans un surétui solide, la jaquette reprend quant à elle le visuel de l’affiche du film.

Bonus - 4,0 / 5

On commence par du solide avec le commentaire audio du réalisateur John Hillcoat accompagné du romancier Matt Bondurant, auteur du livre Pour quelques gouttes d’alcool. Disponible en VOST, cet excellent commentaire propose un dialogue riche et varié, opposant le récit original avec sa transposition à l’écran, tandis que Matt Bondurant revient surtout sur les recherches effectuées pour reconstituer la vie de son grand-père et de ses frères, la fiction lui ayant permis de combler les manques. Les deux hommes sont très à l’aise dans l’exercice, les propos sont denses, toujours intéressants, les partis-pris esthétiques (le choix du numérique notamment), la photographie, le casting, étant sans cesse entrecroisés avec la psychologie des personnages. Passionnant.

Dans un module intitulé L’Histoire de la famille Bondurant (13’), Matt Bondurant revient cette fois encore sur les recherches effectuées afin de réinterpréter de manière romancée et aussi fidèle que possible la vie de son grand-père Jack, interprété par Shia LaBeouf dans le film. Les archives, photographies, articles de presse qui lui ont permis d’écrire cette histoire sont ici révélés. Si quelques redondances demeurent inévitables avec certains propos entendus dans le commentaire, il serait dommage de manquer ce module excellemment illustré.

Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes en 2012, l’équipe du film (le scénariste Nick Cave et les comédiens notamment) se plie au jeu de l’interview sans tomber dans le piège de la promotion gratuite et pesante. D’une durée de 8 minutes, ce segment se révèle assez plaisant et suffisamment intéressant.

Sous le titre Le Comté le plus humide au monde (22’) se cache en réalité le making of des Hommes sans loi. Comme tout bon documentaire sur le tournage qui se respecte, les propos de l’équipe (comédiens, réalisateur, scénariste) sont croisés avec de nombreuses images des prises de vue, des répétitions, tout en réalisant un petit historique sur les faits réels racontés dans le film et un listing des thèmes explorés. De facture classique, ce making of remplit aisément et parfaitement son contrat.

Le documentaire précédent est suivi d’un autre au titre presque similaire, Le Comté de Franklin en Virginie : hier et aujourd’hui (6’). Ce module est consacré à l’organisation des contrebandiers d’alcool. Quelques spécialistes nous proposent une petite leçon d’histoire particulièrement gratinée.

S’ensuivent 8 minutes de scènes coupées, très réussies mais peut-être jugées redondantes par le réalisateur. Il est d’ailleurs dommage que rien n’indique la raison de leur éviction. Toujours est-il que ces morceaux de séquences auraient très bien pu être intégrés dans le montage final.

L’interactivité se clôt sur des liens internet, un lot de bandes-annonces et un mini-spot publicitaire vantant la participation de Willy Nelson à la bande-originale du film.

Image - 4,5 / 5

Le master HD dépasse toutes les attentes et restitue merveilleusement les magnifiques partis-pris esthétiques de notre chef opérateur national Benoît Delhomme (Podium, Mortel transfert, The Proposition). Le piqué est constamment vif et acéré, la colorimétrie scintillante, les contrastes d’une rare densité, la compression solide comme un roc et la définition subjugue à chaque plan. Toutefois, le rendu n’est pas optimal et les séquences nocturnes posent quelques problèmes avec une gestion aléatoire des noirs, de sensibles fourmillements ainsi qu’une perte des détails.

Son - 5,0 / 5

Comme pour l’image, l’éditeur a soigné le confort acoustique et livre deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1 français et anglais, autant dans les scènes d’affrontements que dans les séquences plus calmes. Les pics de violence peuvent compter sur une balance impressionnante des frontales comme des latérales, avec les balles qui environnent le spectateur de partout. Les effets annexes sont omniprésents et dynamiques, les voix solidement exsudées par la centrale, tandis que le caisson de basses souligne efficacement chacune des actions au moment opportun. La spatialisation est luxuriante et l’envoutante musique de Nick Cave et Warren Ellis finement distillée, quoi de plus normal pour un film sur le trafic d’alcool…

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,5
5
0
4
1
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Olivier Demangeon
Le 30 octobre 2015
« Des Hommes sans Loi » est extrêmement bien filmé et retranscrit bien l’ambiance du époque. Le casting est fort et tous livre de bonnes performances, en particulier Tom Hardy, qui démontre qu’il est bien un acteur polyvalent. L’intrigue est simple et facile à suivre. Il y a quelques scènes particulièrement dures et des séquences d’action rondement menées. Un film plaisant, mais dont on n’aurait pas forcément envie de revoir.

Ma critique complète : http://wp.me/p5woqV-Lt
Avatar
Sabrina Piazzi
Le 21 janvier 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Des hommes sans loi
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus