Willow

Willow (1988) : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD - Édition Collector boîtier SteelBook

Réalisé par Ron Howard
Avec Val Kilmer, Joanne Whalley et Warwick Davis

Édité par 20th Century Fox

Voir la fiche technique

Critique

Les prophéties font parfois preuve d’une certaine dose d’humour, surtout au cinéma. Willow, un Nelwyn (peuple de petite taille) fermier se retrouve à faire la baby-sitter pour une petite fille Daïkini (les humains) que la prophétie destine au renversement de la diabolique reine Bavmorda. Chargé de la ramener vers son peuple, Willow rencontrera toutes sortes de créatures sur son chemin : des Brownies (créatures minuscules), des fées, une sorcière et un humain qui n’a ni sa langue ni son épée dans sa poche.

Dans la série des films qui ont enchanté les années 80, voici donc Willow. Tentative (par George Lucas) de relancer l’héroic fantasy au cinéma, il aura surtout servi à lancer la carrière de Val Kilmer, confirmer celle de Ron Howard et installer l’ère des effets spéciaux numériques avec le fameux « morphing ».

Certains de ces effets semblent un peu datés désormais, mais Willow reste un réservoir de magie et d’aventures dont il ne faut certainement pas rougir.

Prophétie, reine diabolique, héros improvisé, féés, lutins , monstres, musique épique de James Horner (même si il a emprunté son thème principal à Schumann)… tout y est et tout se succède à un rythme qui ne laisse de la place que pour quelques touches d’humour.

Cultissime ou kitchissime, Willow fait de toutes façons partie du patrimoine du cinéma d’aventure.

Généralités - 4,5 / 5

25 ans, ça se fête et Fox honore ce titre phare de son catalogue avec une édition soignée. Boîtier métal SteelBook, remastérisation à partir d’un scan 4K du négatif, DVD offert (qui profite d’ailleurs du nouveau master vidéo), livret de photos et croquis, menus plus travaillés que de coutume chez Fox… les fans sont aux anges.

Bonus - 4,0 / 5

Sans être le grand délire (les 25 ans auraient mérité de creuser les archives pour un vrai bon gros making of rétrospectif) la partie bonus reprend les éléments connus (en laissant sur le carreau le commentaire audio de Warwick Davis) et ajoute une pincée d’inédits.

Les scènes coupées avec Ron Howard, est de ces inédits. L’occasion pour le réalisateur de revenir sur son travail 25 ans plus tard. Sans atteindre la qualité du film, on apprécie que ces scènes aient été manifestement restaurées. Sous intrigue du père de Sorsha, garçon-poisson… des scènes finalement très faibles qui sont mieux sur le sol de la salle de montage et dans ces bonus plutôt que dans le film.

Le making of de 1988, à l’image VHS upscallée, est très promotionnel, mais chargé d’anecdotes et d’infos techniques, donnant la parole à des légendes du cinéma à grand spectacle.

Le focus sur le morphing du film, une première pour l’époque, est un document conçu pour l’édition DVD de 2001, et rappelle à quel point il fallait avoir la foi et une patience phénoménale pour accomplir des effets qui aujourd’hui ne prendrait que quelques instants à produire.

Le journal de tournage de Warwick Davis, compilation d’images tournées par l’acteur, forme un making of parallèle au ton moins promotionnel et plus détendu. Des images inédites et précieuses pour les fans du film.

On termine avec un bien trop court module sur la technique du matte painting avec la décomposition de la superposition des éléments peints et des parties filmées, des merveilles de précision qui n’apparaissent que quelques secondes à peine à l’écran.

Image - 4,5 / 5

Le scan 4K du négatif fait des merveilles au niveau de la définition et offre une image exemptes des outrages du temps et autres poussières. Certains effets spéciaux souffrent d’ailleurs de cette finesse en dévoilant par exemple les visages des cascadeurs ou les raccords des effets incrustés. Le grain de pellicule se rappelle à notre bon souvenir dans les scènes un peu « blanches » (avec de la fumée). Mais les scènes plus contrastées sont absolument magnifiques.

Son - 4,5 / 5

Le mixage et encodage DTS-HD Master Audio 5.1 apporte finesse et puissance sonore à une bande son connue par coeur. Sans exagération spatiale, l’ambiançe globale reste assez frontale tout en gagnant une certaine ampleur. L’impression frontale est encore plus présente en VF avec un simple DTS qui se débrouille comme il peut avec un mixage d’origine bien plus fade.

Crédits images : © Lucasfilm, Imagine Entertainment, MGM

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,5
5
1
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 27 mars 2013
Pas de commentaire.
Avatar
Stéphane Leblanc
Le 12 février 2009
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Willow
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)