Sierra torride (1969) : le test complet du Blu-ray

Two Mules for Sister Sara

Réalisé par Don Siegel
Avec Clint Eastwood, Shirley MacLaine et Manuel Fábregas

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/06/2013
Critique

Au XIXe siècle, lors de l’intervention des Français au Mexique, Hogan, un mercenaire, sauve la religieuse Sara d’une tentative de viol par trois bandits. Elle se dit pourchassée par les Français, ceux-là mêmes qui détiennent le fort, dont Hogan a pour mission de découvrir les failles de ses défenses. Sara décide de l’aider dans sa mission…

La trilogie des Dollars ayant pris fin, Clint Eastwood rentre aux Etats-Unis où il tourne un nouveau western, Pendez-les haut et court de Ted Post. En 1968, il fait la connaissance de Don Siegel, réalisateur des mythiques Ça commence à Vera Cruz, L’Invasion des profanateurs de sépultures et À bout portant, avec qui il travaillera sur cinq films, d’Un shérif à New York (1968) à L’Evadé d’Alcatraz (1979). Sierra Torride est leur deuxième collaboration. Western bourré d’humour, d’aventures, de rebondissements, d’explosions, le film permet à Clint Eastwood d’explorer une facette plus humoristique de son personnage de l’Homme sans nom et y prend visiblement beaucoup de plaisir. Face à lui, la divine Shirley MacLaine lui donne une réplique épicée, et lui tient la dragée haute bien que la comédienne face au moins deux têtes de moins que lui.

Sierra torride repose sur la parfaite complicité de ce merveilleux couple (au départ, Steve McQueen et Brigitte Bardot avaient été envisagés), la tension sexuelle est constante et le plaisir du spectateur total. Qui plus est, l’ensemble est magistralement servi par la mise en scène inspirée de Don Siegel, une photo sublime et la partition jubilatoire signée par le maestro Ennio Morricone. L’année suivante, Clint Eastwood et Don Siegel se retrouveront pour Les Proies, leur chef d’oeuvre commun, avant de créer ensemble l’icône du cinéma policier des années 70, L’Inspecteur Harry.

Technique - 5,75 / 10

Le test a été réalisé sur check-disc. Un menu principal animé et musical accueille de manière classique et dynamique, à la manière de tous les Blu-ray Universal. Les suppléments semblent s’être perdus dans le désert…

Ce master HD permet aux spectateurs de redécouvrir Sierra torride dans de superbes conditions techniques. Les volontés artistiques du chef opérateur Gabriel Figueroa, ayant signé les belles photos d’Au-dessous du volcan et de De l’or pour les braves, sont respectées, tout comme le grain original heureusement conservé et élégant. Les noirs sont concis, la clarté fabuleuse, le piqué vif et acéré (plus probant après le générique), la restauration impressionnante, les détails sur le cadre large sont légion et les contrastes pointus, y compris sur les séquences en intérieur. Les gammes chatoyantes sont harmonieuses, le soleil cuisant se fait ressentir tout du long, et seuls quelques plans rapprochés plus ouatés témoignent d’une légère perte de la définition. Le codec VC-1 consolide l’ensemble avec brio.

La piste française DTS mono 2.0 est plutôt percutante, même si plusieurs grincements, saturations dans les aigus et des dialogues parfois étouffés demeurent notables. Néanmoins, du point de vue technique, la version originale DTS-HD Master Audio 2.0 l’emporte aisément sur son homologue, car plus aérée, fluide et dynamique. Dans les deux cas, la partition d’Ennio Morricone est excellemment délivrée et les explosions décoiffantes. Dans la version française, Clint Eastwood est doublé par Jacques Thébault, sa voix de la série Rawhide et celle d’Un shérif à New York.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm