20 ans d'écart : le test complet du Blu-ray

2013. Réalisé par David Moreau
Avec Virginie Efira, Pierre Niney et Charles Berling

Édité par EuropaCorp

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/07/2013
Critique

Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ambitieuse et fait preuve d’une impeccable conscience professionnelle au point d’en oublier sa vie privée. Bref, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine « Rebelle », tout sauf son image de femme coincée. Mais lorsque le jeune et charmant Balthazar, à peine 20 ans, va croiser le chemin d’Alice, le regard de ses collègues va inexplicablement changer. Réalisant qu’elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d’une improbable idylle.

20 ans d’écart, que voilà une comédie romantique française réussie ! Pourtant loin des films qui l’ont fait connaître - les films d’horreur Ils et The Eye coréalisés avec Xavier Palud - le cinéaste David Moreau signe un film pétillant, élégant, sexy, mené tambour battant et surtout très drôle, reposant sur la géniale alchimie du couple vedette, Virginie Efira (irrésistible, sémillante et très… généreuse) et l’excellent Pierre Niney, jeune pensionnaire et sociétaire de la Comédie Française qui incarne ce que le cinéma hexagonal attendait depuis longtemps.

Le naturel comique des deux comédiens, leur spontanéité, leur sens du burlesque, du rythme et de la réplique (ciselée) explosent à chaque séquence comme dans les grands classiques hollywoodiens du genre notamment Quand Harry rencontre Sally et Coup de foudre à Notting Hill. Comme souvent dans ce genre de film, des personnages secondaires gravitent autour du noyau central et apportent chacun leur pierre à l’édifice, à l’instar de Gilles Cohen, Charles Berling et Blanche Gardin (Hélène dans WorkinGirls) explosive dans le rôle de la photographe prénommée Patrick.

Le casting est brillant, excellemment dirigé et leur bonne humeur demeure contagieuse tout du long. Finalement, on oublie rapidement la différence d’âge des deux personnages pour se concentrer sur la confrontation désopilante et tendre entre maturité responsable et jeunesse insouciante dans un monde bâti sur le paraître, la réussite professionnelle et la bienséance, égratignant au passage la galaxie des médias, de la publicité et de la mode. Au-delà de la grande réussite du film, n’oublions pas celle de la mise en scène dynamique, soignée, la beauté de la photographie et sa belle patine 35mm, les costumes qui mettent la comédienne principale (très) en valeur, tout comme les superbes décors concoctés par le chef décorateur Jean Rabasse.

20 ans d’écart est une fabuleuse comédie, hautement recommandable, qui fait bien du bien autant pour notre bien-être que pour le cinéma français.

Généralités - 4,5 / 5

Glissée dans un boitier classique de couleur bleue, la jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le tout repose dans un surétui. Le menu principal est très beau, animé et musical, reprenant une maquette de magazine féminin sur laquelle apparaissent toutes les fonctionnalités.

Bonus - 3,0 / 5

22 minutes de suppléments ! Quel dommage ! Surtout que nous attendions un bêtisier ! Il faudra se contenter de 6 mini-reportages de quatre minutes en moyenne, qui donnent souvent la parole au couple vedette ainsi qu’au réalisateur David Moreau.

Les segments Défilé d’images avec Virginie Efira et A l’écart avec Pierre Niney montrent les deux comédiens commenter quelques images de tournage ou certaines scènes du film qu’ils découvrent sur un ordinateur.

Les deux acteurs sont réunis dans le module intitulé Un duo très complice, durant lequel Virginie Efira et Pierre Niney improvisent ce qui s’apparente à un petit sketch amusant sur ce qu’ils préfèrent chez l’autre.

Certains d’entre vous connaissent Hervé-Pierre Gustave, dit HPG mais n’osent pas trop le dire puisqu’il s’agit d’un acteur, producteur et réalisateur français de films pornographiques ayant eu sa renommée (mais si, rappelez-vous dans Les 12 coups de minuit !) dans les années 1990. Dans 20 ans d’écart, il interprète un artiste spécialisé dans les performances d’installations vidéo conceptuelles. L’intéressé revient rapidement sur cette nouvelle expérience de film dit « traditionnel », tandis que des images dévoilent le tournage des vidéos diffusées lors de la scène du vernissage.

Le réalisateur David Moreau intervient rapidement sur son désir de mettre en scène une comédie-romantique, l’évolution des personnages, le casting et le travail avec les comédiens.

L’interactivité se clôt sur un petit segment d’à peine deux minutes constitué de propos de l’équipe sur le milieu de la mode.

Image - 4,5 / 5

20 ans d’écart jouit du talent de Laurent Tangy à la photographie (Mike, Radiostars). Le master HD est à la hauteur des espérances et restitue les superbes partis pris esthétiques originaux à travers des contrastes riches et léchés, une colorimétrie estivale vive et scintillante, une luminosité de tous les instants, un piqué aux petits oignons et une profondeur de champ appréciable permettant d’analyser les décors impressionnants de Jean Rabasse dans leurs moindres recoins. Le petit couac provient juste du report des gros plans qu’on attendait plus précis et mordants. En dehors de cela, le codec AVC consolide l’ensemble avec fermeté, le relief des matières est élégant tout comme la patine 35mm du Scope anamorphique qui ne cesse de flatter la rétine.

Son - 4,0 / 5

Point de Stéréo à l’horizon, seulement un mixage DTS-HD Master Audio 5.1. Le confort acoustique est largement assuré avec une délivrance ardente des dialogues, des effets frontaux riches et équilibrés, et un soutien des latérales intervenant à bon escient. La musique est toujours exsudée avec force aux quatre coins cardinaux, le caisson de basses souligne allègrement les scènes de soirées branchées, les ambiances et effets naturels étant régulièrement appréciables.

L’éditeur joint également une piste Audiodescription ainsi que les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © EuropaCorp

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 17 février 2014
Pas de commentaire.
Avatar
Franck Brissard
Le 19 juillet 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
20 ans d'écart
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus