Twin Dragons : le test complet du Blu-ray

Shuang long hui

1992. Réalisé par Tsui Hark
Avec Jackie Chan, Teddy Robin et Maggie Cheung

Édité par HK Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/02/2014
Critique

La nuit où Madame Chan donne naissance à des jumeaux, un gangster en cavale s’introduit dans la clinique et prend un des deux bébés en otage. L’enfant ne sera jamais retrouvé et ses parents vont reporter toute leur affection sur le petit John. Vingt-cinq années plus tard, ce dernier, devenu un chef d’orchestre réputé, descend dans un hôtel de luxe de Hong Kong, où il rencontre un certain Boomer… son frère jumeau ! Les deux frères réunis vont devoir affronter malgré eux, le gang le plus dangereux de la ville !

En 1991, Jackie Chan vient de réaliser et de mettre en scène un de ses plus grands films, le merveilleux, le chef-d’oeuvre Opération Condor. L’année suivante, Ringo Lam et Tsui Hark s’associent derrière la caméra et confient au comédien un double rôle délicieux, vraisemblablement inspiré de celui tenu par Jean-Claude Van Damme dans Double Impact.

Avec Jackie Chan dans le rôle principal, Twin Dragons, ou Double dragon en version française - à ne pas confondre avec le jeu vidéo et encore moins son horrible adaptation avec Mark Dacascos et Alyssa Milano - lorgne plutôt du côté du Jumeau d’Yves Robert puisque l’acteur en profite pour se livrer à un (double) numéro de slapstick étonnant et réussi quand les deux frangins se retrouvent en plein marivaudage avec les superbes Maggie Cheung et Nina Li Chi.

Alors certes, quelques passages de pure de comédie sont un poil long, les quiproquos sont parfois « hénaurmes », mais cela fonctionne très bien et on rit beaucoup devant l’incroyable abattage de Jackie Chan, aussi à l’aise pour tenir la baguette dans la peau du chef d’orchestre sensible, que dans celle d’un mécano expert en arts martiaux.

Quant aux séquences de bastons, elles sont véritablement homériques. Outre l’affrontement dans le club de karaoké, la dernière demi-heure est à inscrire dans l’anthologie de Jackie Chan. A couper le souffle, les bagarres et cascades dans l’usine automobile sont toujours aussi épatantes, virtuoses, spectaculaires et jubilatoires. On ressort de Twin Dragons avec un sourire énorme et les mirettes explosées.

Généralités - 3,5 / 5

Le test a été réalisé sur check-disc. Le menu principal est légèrement animé et musical. Le chapitrage est absent.

Bonus - 1,5 / 5

Outre un lot de bandes-annonces, nous trouvons une minuscule interview de Jackie Chan (3’) donnée à l’occasion de la sortie américaine du film. Le comédien répond (mollement) à quelques questions (pas intéressantes) par téléphone, dans un anglais approximatif.

Image - 4,0 / 5

C’est pas mal du tout ! La copie affiche une propreté idyllique, sans poussières, ni scories, les couleurs sont ravivées, le codec AVC amène une stabilité du début à la fin et la luminosité des séquences diurnes force le respect. Maintenant, tout n’est pas parfait non plus. Les scènes à effets spéciaux (souvent médiocres) montrant deux Jackie Chan sur le même plan en train de se parler sont marqués par quelques pertes de la définition et de la densité des contrastes. Le piqué y est également plus émoussé et la carnation plus rosée. Le reste du temps, la profondeur de champ est agréable, les détails assez précis sur le cadre large, le N&B joliment bleuté en ouverture, la gestion du grain est équilibrée, surtout lors de la baston dans le club de karaoké marqué par des ambiances enfumées et vaporeuses. HK permet ainsi de revoir ce grand classique de Jackie Chan dans de très bonnes conditions techniques.

Son - 3,0 / 5

Là ça coince plus… en effet les mixages cantonais et français DTS-HD Master Audio 5.1, propres certes, sont entièrement concentrés sur les enceintes frontales. Le caisson de basses ne sert absolument à rien, les latérales non plus, la spatialisation est absente. Privilégiez la version originale, car même si l’écoute s’avère plus étouffée et manque souvent d’ardeur, vous échapperez ainsi au calamiteux doublage français.

Les séquences de bastons sont les mieux loties avec une appréciable restitution des coups de poings, aux bruitages rappelant les films mythiques de Terence Hill et Bud Spencer. Le changement de langue est impossible à la volée et nécessite le retour au menu contextuel.

Crédits images : © Metropolitan Vidéo

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 13 février 2014
Pas de commentaire.
Avatar
Guillaume
Le 5 avril 2003
C'est du bon Jackie Chan, du kung-fu et bien sur de l'HUMOUR. Bien qu'il n'y qu'une bande annonce comme bonus. Le film propose deux langues : Chinois (mandarin) et Français ainsi que les sous-titrages. L'image est assez nette et le son correct. Mais cela reste un très bon film.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus