Jacky au royaume des filles : le test complet du Blu-ray

2014. Réalisé par Riad Sattouf
Avec Vincent Lacoste, Charlotte Gainsbourg et Didier Bourdon

Édité par Pathé

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/07/2014
Critique

En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s’occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d’organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper…

Difficile de rebondir après un succès public et critique comme Les Beaux gosses (César du Meilleur Premier Film en 2010), le premier long métrage de Riad Sattouf. Pour Jacky au royaume des filles, l’auteur-dessinateur de La Vie secrète des jeunes s’inspire d’une courte histoire publiée dans une des bandes-dessinées du célèbre Pascal Brutal, dans laquelle le héros macho se retrouvait dans une gynarchie, une société régie par les femmes avec les codes de la domination masculine inversés.

Désireux de creuser cette idée d’inversion des rôles et du patriarcat dominant, Riad Sattouf s’est donc penché sur ce sujet en le croisant avec une relecture de l’histoire Cendrillon située dans un régime totalitaire imaginaire. Ainsi, le personnage de Jacky, naturellement interprété par l’ex beau-gosse Vincent Lacoste, se retrouve sous l’autorité de sa famille qui le maltraite. Il est néanmoins décidé à se rendre au bal afin de tenter sa chance pour épouser la Colonelle, fille de la dictatrice de son pays.

Comme Steak de Quentin Dupieux, Jacky au royaume des filles est une comédie-concept ambitieuse, qui parvient à créer un véritable univers graphique, mais aussi cohérent, social et politique. Fourmillant d’idées visuelles et burlesques, Riad Sattouf nous embarque dans une fable dystopique délirante (mais pas que) et chiadée qui reflète le monde actuel grâce à son antithèse. En plus de l’inversion des rôles entre hommes (qui portent la burqa) et femmes, le réalisateur invente un vocabulaire qui découle de ces partis pris, illustrant la domination sexuelle par le langage.

Aux côtés de Vincent Lacoste, le reste du casting est au diapason : Charlotte Gainsbourg à qui l’uniforme sied à la perfection, Didier Bourdon, Anémone, Valérie Bonneton, Michel Hazanavicius, Noémie Lvovsky. Jacky au royaume des filles peut être une comédie difficile d’accès dans le sens où on ne rit ni aux éclats ni constamment puisque le film a le mérite de toujours jouer avec l’intelligence du spectateur et en le faisant réfléchir. Cette oeuvre, qui n’a rien d’une « branlerie », singulière et très personnelle aura ses détracteurs, mais aussi ses adorateurs (comme nous) qui - parions-le - n’auront de cesse de se multiplier au fil des visionnages.

Généralités - 4,0 / 5

Boîtier Blu-ray avec un fourreau cartonné. Le visuel de la jaquette, glissée dans un boîtier classique de couleur bleue, reprend le même visuel que l’affiche (horrible) du film, en grande partie responsable de l’échec dans les salles. Le menu principal est animé sur quelques extraits du film.

Bonus - 2,5 / 5

On se réjouissait d’écouter le réalisateur Riad Sattouf et son comédien Vincent Lacoste. Malheureusement on déchante rapidement car si ce dernier n’a quasiment rien à dire sur le film et se contente la plupart du temps de le regarder, Riad Sattouf ne fait pas grand-chose pour relever le niveau et peine à maintenir l’intérêt. Certes, quelques souvenirs de tournage sont balancés ici et là, mais l’ensemble demeure fatigant et donc dispensable. Dommage.

On se focalisera plutôt sur l’excellent Making of (33’), constitué d’un entretien avec Riad Sattouf croisé avec les images de tournage, du premier jour des prises de vue aux studios de Bry-sur-Marne au dernier en Géorgie. On y voit le metteur en scène au travail avec ses acteurs, les répétitions avant de tourner, la mise en place des plans, tandis que Riad Sattouf s’exprime sur la genèse de Jacky au royaume des filles, le casting, l’univers visuel. Un très bon documentaire, simple et concis, qui fait oublier la déception du commentaire audio.

L’interactivité se clôt sur une courte galerie de photos.

Image - 4,0 / 5

L’apport HD pour Jacky au royaume des filles peut d’abord paraître limité puisque la plupart du film se déroule en intérieur. Mais c’était sans compter sur la belle photo de Josée Deshaies (Le pornographe, L’Apollonide (Souvenirs de la maison close)), pleine de couleurs chatoyantes, bariolées bigarrées, donnant vie à l’univers de Riad Sattouf. Le relief est indiscutable sur les séquences en extérieur, la texture flatteuse et les teintes pimpantes.

Après, il est vrai que l’action limitée réduit la profondeur de champ, guère exploitée. Comme souvent chez Pathé, l’encodage VC-1 s’avère un peu feignant et consolide l’ensemble comme il le peut, non sans quelques saccades. Sans faire de jeu de mots, nous ne dirons pas que l’image nous paraît parfois voilée (j’en vois deux qui rient), mais le piqué n’est pas aussi acéré qu’espéré, tout comme le rendu des visages, sensiblement blafards, des comédiens. Un très léger grain se fait ressentir, certains détails des décors sont plus notables qu’au cinéma (la séquence du bal), la luminosité est appréciable et les contrastes sont concis à souhait.

Son - 4,0 / 5

Toutes proportions gardées, la piste DTS-HD Master Audio 5.1 bénéficie d’une large ouverture des enceintes frontales et délivre ses dialogues avec énergie sur les séquences en intérieur. Evidemment, il ne faut pas en attendre beaucoup des latérales qui parviennent néanmoins à distiller quelques ambiances naturelles en extérieur. La musique de Riad Sattouf jouit en revanche d’une spatialisation percutante avec parfois un joli soutien du caisson de basses. La piste DTS-HD Master Audio 2.0 se révèle saisissante, alliant la musique, les dialogues et les effets avec une réelle homogénéité.

Une piste Audiovision ainsi que les sous-titres anglais français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles.

Crédits images : © Pathé

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 7 juillet 2014
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Jacky au royaume des filles
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus