Appleseed Alpha (2014) : le test complet du Blu-ray

Blu-ray + Copie digitale

Réalisé par Shinji Aramaki

Édité par Sony Pictures

Voir la fiche technique

Critique

Abandonnés après une énième guerre mondiale, deux mercenaires - Deunan et son partenaire cyborg, Briareos - sont envoyés en mission aux abords d’une ville ravagée par les combats. Pendant l’opération, ils croisent le chemin d’Iris et Olson, deux citoyens de la ville utopique d’Olympe qui ont peutêtre un plan pour sauver le monde, mais l’impitoyable Thalos et le seigneur de guerre Two Horns ont leur propre idée derrière la tête. C’est à Deunann et Briareos qu’il incombera de protéger leurs nouveaux amis et sauver le dernier espoir de l’humanité.

Apple acide

Il ne se passe plus grand chose dans cet univers post-apocalyptique… d’ailleurs il semble qu’il n’y ait plus grand monde mis à part la poignée de personnages du film. On se demande d’ailleurs vite à quoi sert un parrain de la pègre local sans population à martyriser. Il ne se passe plus grand chose, mais comme on a un film à faire, injectons le strict nécessaire d’une intrigue usée jusqu’à la corde (y compris dans les précédents opus de la franchise Appleseed), poussons les clichés et autres stéréotypes à fond, et accompagnons le tout d’un enrobage de dialogues interminables et de pathos dégoulinants. Ça donne quoi ? Une heure et demi d’un ennui profond, de lieux communs SF et de relations bancales entre des personnages sans consistance… Oui, nous voilà bien loins de l’éclat, de l’action et de l’enthousiasme générés par les premières aventures de Deunan et Briareos.

Et ne comptez pas sur l’aspect technique du film pour relever le niveau… L’animation en capture de mouvement est outrancière, les visages n’ont aucune étincelle de vie, la composition des plans est maladroite, l’intégration des personnages dans les décors ressemble souvent à un écran vert raté, les lumières sont sans intérêts… Non, vraiment, on cherche encore l’intérêt de ce Appleseed Alpha, cocktail de reboot/préquelle n’apportant rien au vécu du duo guerrière/androïde, pourtant réalisé par Shinji Aramaki qui avait plutôt bien réussi son coup avec Appleseed: Ex Machina.

Généralités - 3,0 / 5

Une galette assez moyenne et difficile à avaler venant de Sony. Image et son déçoivent. Packaging et menus restent très classiques et seule la partie suppléments sauve le tout avec des contenus HD, sous-titrés et assez intéressants.

Bonus - 4,0 / 5

Avec un ton très décontracté, le réalisateur répond aux questions des producteurs au cours du commentaire audio (VOST) très informatif et un peu moins guindé que le making of qui suit. Très plaisant.

Un making of en 11 parties qui prend le temps d’aborder toutes les phases de la production du film avec les témoignages d’un grand nombre d’intervenants. Pas palpitant, mais assez complet.

Image - 3,5 / 5

Mais d’où sort cet aliasing ? On a beau être sur Blu-ray avec des images générées par ordinateurs, force est de constater que l’on peut louper le transfert d’un tel film en HD. C’est à croire que les images n’ont pas été calculées en pleine définition ou qu’elles sont au format entrelacé, alors que le Blu-ray présente bien une image 1080p. Ce qui passe à peu près sur les gros plans ou dans des ambiances sombres ou poussiéreuses, devient carrément gênant dans les plans très précis et sur les lignes droites comme certains pylônes électriques qui se changent en arbres à tremblote…

Son - 3,5 / 5

Belle déception côté son également avec un mixage très plat et aux effets paresseux. Toute l’ambiance sonore reste très frontale. Jeu égal de ce côté entre VF et VOST qui partagent un encodage DTS-HD Master Audio 5.1. Le doublage VF ne manque pas d’intérêt.

Crédits images : © Stage 6 Films, Lucent Pictures Entertainment, Sola Digital Arts

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm