Une Question de vie ou de mort (1946) : le test complet du Blu-ray

A Matter of Life and Death

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Michael Powell
Avec David Niven, Kim Hunter et Matius Goring

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/01/2015
Critique

Peter est le pilote d’un bombardier britannique touché en pleine nuit par un tir fatal. Pendant la chute de l’avion, Peter communique par radio avec June, militaire américaine dans une tour de contrôle. La conversation ne dure pas longtemps, mais suffisamment pour que l’un et l’autre tombent amoureux. L’idylle sera brève : Peter n’a pas de parachute ! Au petit matin, son corps gît sur une plage. Les agents du paradis censés le localiser n’ont pas pu accomplir leur mission en raison d’un épais brouillard. L’âme de Peter n’a donc pas pu s’enregistrer au bureau réservé aux équipages d’aéronefs. Peter, sorti miraculeusement vivant de l’accident, va arguer de cette défaillance administrative pour contester la légitimité de sa mort et négocier la prolongation de son séjour sur terre pour filer le grand amour avec June.

Fruit de la collaboration de Michael Powell et d’Emeric Pressburger associés dans leur compagnie The Archers, Une Question de vie ou de mort reprend l’idée exploitée par Le Ciel peut attendre d’Ernst Lubitsch et, à un certain point, par It’s a Wonderful Life de Frank Capra, sorti trois mois plus tôt : la possibilité laissée au personnage principal de rester dans le monde des vivants après son décès.

Rien d’étonnant à ce que David Niven tint le rôle du pilote : il reçut une formation militaire, servit à Malte, quitta l’armée avec le grade de lieutenant, partit aux USA, avant de rejoindre les forces britanniques en février 1940 et de terminer la guerre au rang de lieutenant-colonel. Il déposa provisoirement les armes le temps du tournage de deux films de propagande d’un bon niveau, Spitfire (The First of the Few) et L’Héroïque parade (The Way Ahead), un des titres de la collection Cinéma MasterClass, sorti en juin 2104.

La distribution rassemble, autour de David Niven, une belle brochette d’acteurs britanniques : Raymond Massey, Robert Coote, Roger Livesey, Marius Goring (qui choisit, pour un temps, le pseudonyme plus facile à porter de Charles Richardson) et, pour une courte apparition, Richard Attenborough (disparu cette année) qui, lui aussi, s’engagea sous l’Union Jack, dans la Royal Air Force. Face à tous ces Brits, une Américaine, Kim Hunter encore débutante (qu’on reverra cinq ans plus tard dans le rôle de Stella d’Un tramway nommé désir, avec Vivian Leigh et Marlon Brando).

Derrière la caméra, Jack Cardiff qui a fait profiter de son talent Michael Powell et Emeric Pressburger pour trois autres grands films, Colonel Blimp (1943), Le Narcisse noir (1947) et Les Chaussons rouges (1948).

Les décors fantastiques et gigantesques imaginés par Alfred Junge (Le Narcisse noir) pour représenter le paradis auquel donne accès un interminable escalier roulant sont le théâtre du procès en appel de la sentence de mort de Peter, l’occasion que saisissent les réalisateurs pour de grandes envolées humanistes, épicées par quelques escarmouches aigres-douces entre les États-Unis et la Grande Bretagne. Les auteurs, avec leur humour caustique, y glissent un inventaire de toutes les bonnes raisons de détester leur mère-patrie.

Une originalité du film est d’user successivement du Technicolor, parfaitement maîtrisé, et du noir et blanc. Le choix du noir et blanc pour le paradis illustre le goût des auteurs pour le paradoxe.

Une oeuvre débordant d’imagination, à voir absolument.

Technique - 9 / 10

Le montage graphique repris sur la jaquette, l’étui et la sérigraphie des deux disques du combo Blu-ray/DVD est symbolique du film avec, en arrière-plan du portrait des deux personnages principaux, l’immensité du ciel et le spectaculaire escalier qui y conduit (le film sera appelé Stairway to Heaven aux USA).

Contrairement à la mention faite au dos de l’étui (mais pas de la jaquette) d’une version française, le film est présenté dans sa version originale avec sous-titres français optionnels.

En supplément, une présentation du film (15’) par Jean-Pierre Dionnet, avec sa passion habituelle, surtout centrée sur la carrière de Michael Powell, Emeric Pressburger, David Niven et Jack Cardiff.

Suit un entretien de Jack Cardiff (10’), enregistré en 1998, qui nous révèle que c’était sa première expérience de directeur de la photo pour un film entier, après qu’il ait réussi à attirer sur lui l’attention des « Archers » à l’occasion du tournage d’une scène de Colonel Blimp.

Pour finir, une galerie de 32 photos et une présentation par Jean-Pierre Dionnet de titres de la collection Cinéma MasterClass, au lieu des bandes annonces mentionnés sur l’étui.

L’image restaurée (1080p, AVC, 1.33), débarrassée de toutes les marques du temps, ravive les couleurs chaudes du Technicolor. L’excellente définition, sans porter atteinte à la texture argentique, procure une extraordinaire profondeur de champ, particulièrement dans les scènes finales en noir et blanc. Un léger scintillement et un discret fourmillement, surtout visibles sur les grands aplats des fonds de ciel, ne suffisent pas à altérer notre appréciation sur la qualité de la restauration.

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 (et non 2.0 comme indiqué au dos de l’étui) a été, lui aussi, correctement nettoyé. Seul persiste un léger souffle, pas vraiment gênant. Le spectre est suffisamment ouvert pour donner une belle ampleur à la musique d’Allan Gray, compositeur attitré de Michael Powell et d’Emeric Pressburger dans les années 40. Les dialogues sont restitués avec une étonnante clarté.

Crédits images : © The Archers

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
9 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 janvier 2015
Grâce à l’imagination de Michael Powell et d'Emeric Pressburger, l’amour est plus fort que la mort !

Lire les avis »

Multimédia
Une Question de vie ou de mort
Extrait VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus