La Jeunesse de la bête (1963) : le test complet du Blu-ray

Yajû no seishun

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Seijun Suzuki
Avec Jo Shishido, Ikuko Kimuro et Misako Watanabe

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 08/12/2014
Critique

Le détective Jo Mizuno, pour venger la mort d’un ami, cherche à infiltrer un gang de Yakuzas. Pour attirer l’attention sur lui, il commet une série de délits…

La Jeunesse de la bête a été tourné dans la foulée de Détective Bureau 2-3 sur le même thème de l’infiltration du milieu des Yakuzas par un détective privé.

Le réalisateur donne la mesure de sa créativité, dès le début du film, dans la scène du night-club, quand la violence se déchaîne dans le bureau du propriétaire, avec vue panoramique sur la salle, dans l’indifférence des clients regardant distraitement une danseuse emplumée. Il suffit qu’une assistante coupe un amplificateur pour expliquer la situation : la salle du public est séparée du bureau par une glace sans tain qui étouffe complètement les sons.

On retrouve le même acteur, Jô Shishido (sur un palmarès de 140 films, il joua sept fois sous la direction de Seijun Suzuki) qui donne du personnage de Jo Mizuno, sujet à d’incontrôlables accès de rage, une image en contraste total avec celle du héros « clean » à la James Bond.

Si La Jeunesse de la bête confirme l’anti-conformisme du réalisateur, le film est plus sombre que Détective Bureau 2-3, ce que souligne, par exemple, une scène où un truand fait ramper une droguée en lui tenant la dragée haute, sous la forme d’un petit sachet d’héroïne qu’il tient dans la main. Plus sadiquement violent aussi quand trois hommes arrachent lentement un ongle de Jo, réduit à l’impuissance.

Comme pour Détective Bureau 2-3, des scènes d’action bien chorégraphiées, une caméra mobile, des cadrages adaptés au format cinémascope, un montage efficace sont les atouts des films de série B de Seijun Suzuki.

Les amateurs du genre pourront également voir un troisième film avec le duo Suzuki-Shishido, La Marque du tueur, sorti simultanément dans la même collection.

Technique - 8 / 10

On voit nettement, sur le montage graphique repris sur la jaquette, l’étui et la sérigraphie des deux disques du combo DVD/Blu-ray, le héros aux grosses joues, fusil automatique à la main avec, à ses côtés, deux femmes, soulignant la relative importance que leur donne le film.

Menu animé et musical, aux couleurs de MasterClass : La Collection des Maîtres éditée par Elephant Films.

Le film, d’une durée de 91 minutes, au format original 2.35, est présenté dans sa seule version originale, avec sous-titres français optionnels.

En supplément, une intéressante et vivante présentation du film (11’) par Charles Tesson, critique et historien du cinéma, plus concentrée sur le film que les présentations de nombreux autres titres de MasterClass : La Collection des Maîtres faites par Jean-Pierre Dionnet. Il fait, notamment, ressortir une implication émotionnelle plus forte du détective que celle de son homologue de Detective Bureau 2-3.

On peut ajouter une galerie de photos (une quarantaine) et la bande-annonce (4’), avec celles de La Jeunesse de la bête et de La Marque du tueur, cette dernière déformée par la compression en 4/3 du format cinémascope !

L’image (1080p, AVC) de ce film largement cinquantenaire a été débarrassée par Criterion de toutes les marques du temps. La définition est parfaite, avec de solides contrastes et des noirs denses, sans lissage excessif ; les couleurs des années soixante ont été brillamment ravivées.

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 (et non 2.0 comme indiqué au dos de l’étui) est propre et profite d’une excellente dynamique et d’un bon équilibre entre les dialogues, l’ambiance et la musique de jazz qui occupe ici une large place.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
8 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 9 décembre 2014
Une approche originale du film de gangsters dans le Tokyo des années 60.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)