Narcos - Saison 1 (2015) : le test complet du Blu-ray

Narcos

Réalisé par José Padilha
Avec Wagner Moura, Boyd Holbrook et Pedro Pascal

Édité par Gaumont

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 15/09/2016
Critique

Narcos - Saison 1

Steve Murphy et Javier Peña, deux agents de la DEA (Drug Enforcement Administration) rejoignent incognito l’ambassade des USA en Colombie pour aider les autorités locales à arrêter Pablo Escobar, le patron du cartel de Medellin, principal fournisseur de cocaïne aux États-Unis.

Narcos, créée par Carlo Bernard, Chris Brancato, Doug Miro et Paul Eckstein, coproduite par Gaumont International Television et Netflix, n’est pas la première série sur les méfaits et gestes de Pablo Escobar : elle a été précédée par Pablo Escobar: El Patrón del Mal, avec Andrés Parra dans le rôle-titre, produite par la chaîne colombienne Caracol TV (15 DVD, zone 1, en espagnol uniquement) et suivie par l’ambitieuse série commencée en 2013 (coproduite par Telemundo et Caracol TV, uniquement distribuée en zone 1, comptant à ce jour 5 saisons et 342 épisodes !), El Señor de los Cielos, centrée sur le personnage d’Amado Carrillo Fuentes, patron de la drogue au Mexique, dans laquelle Pablo Escobar, toujours incarné par Andrés Parra, apparaît dans 13 épisodes.

Le personnage de Pablo Escobar s’est aussi manifesté dans plusieurs films et téléfilms, notamment, mais sans en être le personnage principal, dans Blow (Ted Demme, 2001) et dans Escobar : Paradise Lost (Andrea Di Stefano, 2014), avec Benicio Del Toro dans le rôle-titre. Le baron de la drogue, devenu poule aux oeufs d’or, va prochainement réapparaitre, d’abord en 2017, incarné par Javier Bardem dans Escobar de Fernando León de Aranoa puis, en 2018, par John Leguizamo dans El Patron, encore en préproduction.

¿Plata o Plomo?

L’argent ou le plomb, c’est le choix que laissait Pablo Escobar pour imposer sa volonté : il achetait le silence des politiques, des magistrats et des forces de l’ordre, à défaut, les réduisait définitivement au silence.

Le grand mérite de Narcos est de donner une relation fidèle et détaillée de la vie de Pablo Escobar, parti de rien, d’une famille de pauvres paysans et qui, à l’apogée de son trafic, encaissait un revenu quotidien de 60 millions de dollars, dépassant celui de General Motors et finit par amasser une fortune estimée à 40 milliards de dollars ! Il mit la Colombie à feu et à sang avec ses sicarios encouragés à tuer par des primes (1 million de pesos pour l’assassinat d’un officier de police).

Cet aspect documentaire de Narcos est renforcé par l’insertion d’archives filmées, non seulement de Pablo Escobar et de ses associés, des hommes politiques qui l’ont affronté, mais aussi de faits divers, tel l’assaut de la Cour suprême par le M-19 par un groupe de guérilleros communistes qu’il aurait financé. On le voit aussi dans des tranches de vie de famille filmées dans une de ses nombreuses propriétés, l’Hacienda Nápoles, un domaine de… 20km² !

Narcos - Saison 1

De plus, le nom des principaux protagonistes a été conservé, celui de Luis Carlos Galán, candidat à la présidence du pays qu’Escobar fera assassiner, de César Gaviria qui sera élu après avoir échappé à la mort de justesse. La plupart des truands apparaissent sous leur vrai nom, comme le pilote américain Barry Seal qui transportait de la cocaïne de Medellin à Miami ou encore Cucaracha, le cafard, un des premiers compagnons de route d’Escobar.

Mieux vaut une tombe en Colombie qu’une cellule aux USA !

La plus grande menace pour les trafiquants était l’extradition vers les USA où les conditions d’incarcération n’avaient rien à voir avec celle des geôles colombiennes d’où ils pouvaient continuer leur business en profitant d’un confort facilement acquis par pots de vin. La série fait, à cette occasion, une intéressante analyse de l’attitude des USA : l’administration Reagan était réticente à demander l’extradition des trafiquants qui déversaient pourtant, chaque année, plusieurs tonnes de cocaïne à Miami, jusqu’au jour où la DEA a pu établir que Pablo Escobar avait acheté un lot de cocaïne aux Sandinistes du Nicaragua, des… communistes !

Toujours dans un souci d’authenticité, le fil du récit est dit par la voix de Steve Murphy, l’un des deux agents de la DEA, et chaque personnage s’exprime dans sa propre langue : les Américains en anglais, les Colombiens en espagnol, de loin la langue dominante de la série.

Le choix du Brésilien Wagner Moura pour le rôle d’Escobar est judicieux : non seulement ressemble-t-il étrangement au modèle, mais réussit-il aussi à faire ressentir, malgré la grande sobriété de son jeu, la nature monstrueuse du personnage. Vous n’aurez pas oublié cet acteur si vous avez vu le remarquable diptyque Tropa de Elite : Troupe d’élite - Dans l’enfer des favelas (2007) et Troupe d’élite - L’ennemi intérieur (2011) réalisé par José Padilha, producteur exécutif de Narcos dont il a aussi dirigé deux épisodes.

Le parti pris de vérité n’a nullement cantonné les auteurs dans une relation sèche des événements. Narcos est aussi un thriller très efficace avec des moments de suspense bien mis en scène, de spectaculaires scènes d’action, des séquences où la violence prend aux tripes, sans jamais être trop complaisamment étalée. Du vrai cinéma !

Narcos - Saison 1

Généralités - 4,0 / 5

Les dix épisodes de la saison 1 de Narcos (durée totale 500 minutes) tiennent sur quatre disques (3BD-50 et un BD-25) logés dans un digipack noir à quatre volets inséré dans un épais cartonnage, avec un bref synopsis de chaque épisode.

Le menu animé et musical (pas suffisamment lisible) propose le choix entre quatre versions audio : DTS-HD Master Audio 5.1 et 2.0, tant pour la version originale que pour le doublage en français, limité aux dialogues en anglais, pas à ceux en espagnol, nettement majoritaires.

Les sous-titres français sont imposés et placés trop haut sur l’image. Retour au menu pour un changement de version.

Sous-titres pour malentendants.

Narcos - Saison 1

Bonus - 3,0 / 5

Le commentaire audio des épisodes 1 et 10 renseigne sur les conditions de tournage et donne des informations complémentaires sur les faits et gestes de Pablo Escobar et ses démêlés avec le pouvoir politique. Malheureusement réservé aux anglophones, faute de sous-titres.

Dans Le choix d’un parcours (22’, VOST), le showrunner, Chris Brancato, et les producteurs détaillent leurs options d’authenticité : le choix d’un tournage en Colombie, de faire jouer chaque acteur dans sa langue, l’anglais ou l’espagnol, pour assurer un jeu plus naturel et une meilleure immersion du spectateur, le temps investi dans la préparation des acteurs principaux… L’intervention des acteurs n’ajoute pas grand-chose.

Pour finir, une bande-annonce.

Narcos - Saison 1

Image - 4,5 / 5

L’image (1.78:1, 1080p, AVC) est très stable, parfaitement détaillée et contrastée dans tous les environnements, dans les ors du palais présidentiel, dans les quartiers pauvres de Bogota ou dans la forêt vierge où Escobar rencontre les guérilleros. Juste quelques petites faiblesses dans quelques scènes d’intérieur peu éclairées.

Narcos - Saison 1

Son - 4,5 / 5

Le format DTS-HD Master Audio 5.1, disponible pour la version originale comme pour le doublage en français, bénéficie d’une excellente dynamique, d’un spectre ouvert avec des basses fermes et procure une sensation d’immersion souvent un peu trop discrète, mais qui peut être spectaculaire, par exemple dans l’assaut final. Les rythmes latinos de la musique d’accompagnement occupent l’espace.

Les dialogues sont clairement restitués. Seuls ceux en anglais étant doublés, sans grande conviction, autant privilégier la version originale.

Une alternative DTS-HD Master Audio 2.0 est disponible dans les deux versions.

Narcos - Saison 1

Crédits images : © 2014 Netflix, Inc. All rights reserved.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 15 septembre 2016
Narcos replace fidèlement dans son contexte l’irrésistible ascension de Pablo Escobar, parti de rien pour conquérir, par la violence et par la ruse, un pouvoir capable de menacer les fondations de son pays, la Colombie. Cette remarquable série reconstitue avec authenticité le jeu cruel du chat et de la souris entre une petite équipe de policiers et le puissant cartel de la drogue. Haletant !

Lire les avis »

Multimédia
Narcos - Saison 1
Bande-annonce VOST
Narcos - Saison 1
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus