L'Autre (1972) : le test complet du Blu-ray

The Other

Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret de 78 pages

Réalisé par Robert Mulligan
Avec Uta Hagen, Diana Muldaur et Chris Udvarnoky

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/09/2016
Critique

L'autre

1935, dans un petit village du sud des États-Unis, Niles et Holland Perry, des jumeaux entretenant un lien extrêmement fort, passent leurs journées à jouer ensemble paisiblement dans une ferme du Connecticut. Élevés par leur grand-mère Ada depuis le décès de leur père, celle-ci leur enseigne, «  le jeu »… Un rituel étrange qui consiste à se transformer en objet ou animal par le seul pouvoir de la pensée. Débute alors une série d’accidents de plus en plus macabres…

Une fois n’est pas coutume, nous préférons avertir nos lecteurs que cette critique contient quelques révélations inévitables sur L’Autre. Nous vous conseillons donc de lire cette chronique si vous connaissez déjà ce chef d’oeuvre des années 1970 !

Pour les cinéphiles, le réalisateur américain Robert Mulligan (1925-2008) reste avant tout le metteur en scène acclamé de Du silence et des ombres (To Kill a Mockingbird), nommé pour l’Oscar du meilleur réalisateur - il en remportera trois dont celui du meilleur acteur pour Gregory Peck - et le Golden Globe du meilleur film dramatique. Dans ce film de 1962 adapté de l’oeuvre de Harper Lee, Robert Mulligan adoptait le point de vue innocent d’une petite fille, témoin du racisme ambiant. Cette jeune protagoniste était alors confrontée à la violence du monde « réel ». Dix ans et presque autant de films plus tard, Robert Mulligan transpose à l’écran le roman The Other de Tom Tryon, ancien comédien vu dans Le Cardinal d’Otto Preminger (1963), reconvertit dans l’écriture. Il adapte lui-même son propre roman. L’Autre est un film quasi-inclassable, entre divers genres, entre le thriller, le drame et le film fantastique. C’est le portrait d’un jeune garçon, Niles, qui a perdu son frère jumeau Holland dans un tragique accident, mais c’est aussi avant tout l’histoire d’un deuil impossible. Le jeu permet à Niles de faire comme si son frère Holland était encore avec lui. Au point de croire qu’il est encore en vie. Ada, sa grand-mère, croyant bien faire pour que Niles puisse surmonter sa peine, joue le jeu en le confortant dans ce qu’il croit être vrai.

L'autre

Au début du film, Robert Mulligan filme les deux frères - interprétés par de véritables frères jumeaux, Chris et Martin Udvarnoky - en train de jouer innocemment. Mais la grammaire cinématographique dévoile vite le pot aux roses puisque les deux frères n’apparaissent jamais sur le même plan ensemble. Cependant, l’essentiel n’est pas là. En adoptant ce point de vue et en faisant confiance à la compréhension du spectateur, le cinéaste invite son audience à découvrir comment le jeune garçon, Niles, va passer cette épreuve difficile, s’il y parvient. Quelque chose a séparé les frères jumeaux pour toujours : la mort. Délicat, sombre, fragile, L’Autre rappelle également The Swimmer à travers ses partis pris et son caractère parfois éthéré qui lui donne un aspect quasi-fantastique et dérangeant. Mais c’est aussi un film qui a ensuite inspiré moult films de genre, notamment son procédé pour ainsi dire inédit à l’époque, de voir un personnage atteint de schizophrénie projeter ses fantasmes et ses névroses, et de les faire « voir » aux spectateurs comme elles apparaissent à son protagoniste. On pense notamment au personnage de Gollum dans la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson.

L’Autre est une oeuvre subjective, vue à travers les yeux de Niles. Robert Mulligan ne ménage pas les spectateurs, qui peuvent parfois être perdus dans ce qu’ils croient être vrai ou faux, d’autant plus que l’ambiance demeure souvent inconfortable et inquiétante. Mais l’empathie pour Niles est bien présente du début (presque bucolique) à la fin (tragique). C’est donc l’histoire d’un lien unique brisé, presque traduit littéralement par le nom de l’état dans lequel elle se déroule, le Connecticut, Connect/Cut. Une partie de Niles a été emportée lors du décès de son frère Holland, mais Niles ne peut comprendre ce qui lui arrive. D’autant plus que Holland lui apparaît encore bel et bien, même s’il semble l’attirer vers un côté obscur et diabolique, qu’il ne lui connaissait pas. À ce titre, la photo du chef opérateur Robert Surtees (Ben-Hur, Les Ensorcelés) et la musique de Jerry Goldsmith appuient la dimension tragique et angoissante du film, tout en lui apportant également cette légèreté propre à l’enfance, à l’instar de la scène qui voit Niles en transe, persuadé d’être dans la peau d’un oiseau en plein vol. Un désir de s’élever au-dessus de tout, pour échapper à la réalité, effrayante.

Film d’une immense sensibilité, L’Autre est un chef d’oeuvre souvent oublié des années 70.

L'autre

Généralités - 3,5 / 5

Le test du Blu-ray de L’Autre, disponible chez Wild Side Vidéo, a été réalisé sur un check-disc. Cette édition se compose du Blu-ray et du DVD du film, ainsi que d’un livret exclusif de 78 pages sur le film et sa genèse, spécialement écrit pour cette édition par Frédéric Albert Lévy (journaliste et critique de cinéma du magazine original de STARFIX), illustré de magnifiques photos et de documents d’archives rares. Le menu principal est animé et musical.

Bonus - 2,5 / 5

Pour cette édition HD française de L’Autre, Wild Side Vidéo livre un entretien exclusif (33’) entre Fausto Fasulo (rédacteur en chef du magazine Mad Movies) et le réalisateur Pascal Laugier (Martyrs, The Secret). Si le premier fait plutôt acte de présence, le second s’avère absolument passionnant et érudit. Pascal Laugier revient tout d’abord sur l’évolution du genre fantastique et replace le chef d’oeuvre de Robert Mulligan dans ce contexte cinématographique bouillonnant de 1972. Il dresse un fabuleux portrait du réalisateur en indiquant ses thèmes de prédilection et le traitement des personnages de ses films, avec une affection récurrente pour les marginaux. Puis, les deux intervenants évoquent tour à tour la mise en scène de Robert Mulligan, les partis pris, la psychologie du personnage de Niles, la sortie du film, etc. Pourquoi Wild Side n’a-t-il pas proposé à Pascal Laugier de réaliser un commentaire audio sur le film ? Toujours est-il que cette présentation, à ne visionner qu’après avoir (re)découvert le film en raison de ses révélations, s’avère indispensable.

L'autre

Image - 4,5 / 5

Wild Side livre un master HD (1080p, AVC) de haute qualité. Les partis pris esthétiques du mythique directeur de la photographie Robert Surtees (Le Lauréat, L’Arnaque, Un été 42) trouvent en Blu-ray un nouvel écrin et se voient entièrement respectés. Point ou peu de réducteur de bruit à l’horizon, le grain est présent tout en étant discret, la photo parfois ouatée est savamment restituée, la colorimétrie retrouve un certain éclat et le piqué est probant. Le format original 1.85 est conservé, la profondeur de champ fort appréciable. Notons tout de même quelques plans flous, divers mouvements de caméra qui entraînent quelques pertes de la définition, des séquences sombres moins précises avec des noirs tirant sur le bleu et des visages légèrement rosés ou cireux. Néanmoins, l’encodage AVC demeure solide, la propreté est indéniable.

L'autre

Son - 4,0 / 5

Les versions originale et française bénéficient d’un mixage DTS-HD Master Audio 2.0. Le confort acoustique est largement assuré dans les deux cas. L’espace phonique se révèle probant et les dialogues sont clairs, nets, tout comme la musique très bien délivrée. Que vous ayez opté pour la langue de Shakespeare (conseillée) ou celle de Molière, aucun souffle ne vient parasiter votre projection et l’ensemble reste propre. La piste française, moins naturelle que son homologue, place peut-être les voix trop en avant par rapport aux ambiances annexes, mais cela demeure anecdotique. Les sous-titres français sont imposés sur la version originale et le changement de langue se fait grâce au menu pop-up.

L'autre

Crédits images : © Twentieth Century-Fox Film Corporation

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 19 octobre 2016
Film d’une immense sensibilité, L’Autre est un chef d’oeuvre souvent oublié des années 70.

Lire les avis »

Multimédia
L'Autre
Bande-annonce VO
L'Autre
Extrait VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus