Un Carnet de bal : le test complet du Blu-ray

1937. Réalisé par Julien Duvivier
Avec Marie Bell, Harry Baur et Pierre Blanchar

Édité par Gaumont

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/01/2017
Critique

Un Carnet de bal

Christine Surgère vient de perdre son mari. Par hasard, elle retrouve le carnet de son premier bal, alors qu’elle n’avait que seize ans. Huit noms d’hommes qui lui firent la cour y sont inscrits. Sur les conseils d’un ami et pour tromper son chagrin, Christine décide de partir à la recherche de ces huit cavaliers d’autrefois.

Un carnet de bal est le 40e des 70 films tournés par Julien Duvivier de 1919 à 1967, après des débuts comme régisseur de théâtre. L’accueil par la critique et le public de La Belle équipe et de Pépé le Moko attirèrent sur lui l’attention de Hollywood, où il tourna sept films, parmi lesquels Tales of Manhattan (1942) dont la l’intrigue et la structure (la recherche des quatre hommes qui ont successivement porté le même manteau) rappelle celle de Un carnet de bal.

Un carnet de bal fut jugé en 1937 à la Mostra de Venise comme le meilleur film étranger et récompensé par la Coppa Mussolini (la plus haute distinction qui deviendra, après 1942, Le Grand prix international de Venise, puis Le Lion de Saint Marc avant de s’appeler, depuis 1954, Le Lion d’or. Il fut également bien reçu par le public et la critique.

Un carnet de bal ne se classe pourtant pas parmi les meilleurs films de Julien Duvivier que sont La Belle équipe, Pépé le Moko, La Fin du jour (1939) et… Marianne de ma jeunesse (1955) qui fut, pour moi, un véritable coup de coeur.

Un carnet de bal, un des premiers films à sketches, souffre surtout d’un manque d’unité, probablement voulu par Julien Duvivier qui a confié l’écriture du récit de chacune des rencontres de Christine avec les six survivants des soupirants inscrits sur son carnet de bal à plusieurs scénaristes, Yves Mirande, Jean Sarment, Pierre Wolff, Bernard Zimmer et Henri Jeanson.

On peut, d’autre part, être vite lassé pour le jeu terne, inexpressif, de Marie Bell, réduite à jouer les utilités, les sketches étant successivement centrés sur chacun des soupirants, interprétés par des représentants du Gotha des acteurs d’alors, Louis Jouvet, Harry Baur, Pierre Richard-Willm, Raimu, Fernandel et Pierre Blanchar.

Cette prestigieuse distribution accentue encore l’hétérogénéité du film, empreint du désenchantement sous-jacent dans presque tout le cinéma de Julien Duvivier, mais passant du comique, principalement dans le sketch avec un Raimu parodiant, consciemment ou non, le rôle du César de la trilogie de Marcel Pagnol, au drame le plus noir, presque grandguignolesque, du sketch final avec Pierre Blanchar.

Un carnet de bal a ses points forts : une réalisation stylée, la scène du souvenir du premier bal de Christine, magnifique malgré son apprêt, accompagnée par une bien étrange musique, l’émouvante et sobre composition d’Harry Baur dans le deuxième sketch, l’humour caustique des dialogues d’Henri Jeanson prêtés à Louis Jouvet dans la peau de Joe, le truand mondain… Plus qu’il n’en fallait pour justifier cette nouvelle édition restaurée en haute définition et accompagnée de suppléments dont était dépourvu le DVD de 2011.

Un Carnet de bal

Généralités - 3,5 / 5

Un carnet de bal (130 minutes) et ses suppléments tiennent sur un Blu-ray double couche logé dans le traditionnel boîtier bleu glissé dans un fourreau. L’élégant menu animé et musical (par un extrait de la scène du bal) propose le film au format audio DTS-HD Master Audio 2.0 mono, ainsi, dans le même format, qu’une piste d’audiodescription.

Sous-titres pour malentendants.

Bonus - 4,0 / 5

En supplément, des entretiens d’archives avec Marie Bell, Françoise Rosay et Henri Jeanson (13’), enregistrés en 1973 dans la case Au cinéma ce soir, illustrés par des extraits du film donnant la mesure des résultats achevés par la restauration. Les deux actrices donnent des perceptions légèrement divergentes sur le mauvais caractère légendaire de Julien Duvivier qu’Henri Jeanson, ne mâchant pas ses mots, qualifie de « grognon, désagréable (…) il ne pouvait pas y avoir de rapports tendres avec lui », ce qui ne l’empêche pas d’encenser son professionnalisme.

Suit La valse noire de Julien Duvivier (24’), un remarquable entretien avec Éric Bonnefille, auteur de Julien Duvivier, le mal aimant du cinéma français, une somme en deux volumes et 650 pages (L’Harmattan, 2002). Il évoque la carrière du réalisateur, rappelle son regard désenchanté sur la vie, mais aussi la tendresse et la poésie de certaines oeuvres comme Poil de carotte (1951) ou Marianne de ma jeunesse, analyse Un carnet de bal… Un excellent complément au film.

Image - 4,0 / 5

L’image (1.37:1, 1080p, AVC) a été soigneusement restaurée : disparues les taches et l’instabilité visibles sur les extraits télévisés en 1973, affirmés les contrastes, même s’ils manquent parfois de fermeté dans certaines séquences. Un léger bruit vidéo apparaît, notamment sur les fonds de ciels, le prix à payer pour la sauvegarde du grain argentique qu’aurait compromis un lissage trop poussé.

Son - 4,0 / 5

Le son, au format DTS-HD Master Audio 2.0 mono, a donné plus de fil à retordre à l’équipe de restauration. Un souffle se fait continuellement entendre, un peu plus fortement dans certaines scènes que dans d’autres, mais toujours à un niveau acceptable. Et l’accompagnement musical est souvent affecté par des saturations dans les aigus.

Un Carnet de bal

Crédits images : © 1937 Gaumont

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 31 janvier 2017
Un carnet de bal de Julien Duvivier est un des jalons de l’histoire du cinéma : il inaugura un nouveau genre, le film à sketches. Jugé à la Mostra de Venise de 1937 le meilleur film étranger, il rassemble la fine fleur des stars françaises de l’époque. Cette réédition, la première sur Blu-ray, se distingue par la qualité de l’image, du son et des bonus.

Lire les avis »

Multimédia
Un Carnet de bal
Bande-annonce
Un Carnet de bal
Clip vidéo
Un Carnet de bal
Extrait

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus