Manhunter - Le Sixième sens (1986) : le test complet du Blu-ray

Manhunter

Coffret Ultimate, Exclusivité FNAC

Réalisé par Michael Mann
Avec William Petersen, Kim Greist et Joan Allen

Édité par ESC Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/01/2018
Critique

Manhunter - Le Sixième sens

Will Graham, un des meilleurs profilers du FBI, est tiré d’une retraite paisible avec sa femme et son fils par son ex-superviseur Jack Crawford. Il a besoin de son aide pour identifier un tueur en série qui vient d’assassiner sauvagement un couple et trois jeunes enfants…

Manhunter - Le Sixième sens, sorti en 1986, est le troisième long métrage de Michael Mann, après Le Solitaire (Thief, 1981) et La Forteresse noire (The Keep, 1983, inédit en vidéo). Venu au cinéma par la télévision, il a écrit plusieurs épisodes de Starsky & Hutch (1975-1979), puis été producteur exécutif de la série Miami Vice (Deux flics à Miami) (Série) (1984-1990, qu’il reprendra, en 2006, sous la forme d’un long métrage : Miami Vice (Deux flics à Miami).

Manhunter, c’est Will Graham. Et les tueurs en série psychopathes, c’est son rayon : on lui doit, notamment, l’arrestation du fameux docteur Hannibal Lecter au prix d’un traumatisme qui a dû être traité par un séjour dans un hôpital psychiatrique. Derrière de solides barreaux, le monstrueux docteur a fait un émule. Sa signature, la marque de ses dents, lui a valu d’être appelé Tooth Fairy (inélégamment traduit en français par « Dent vicelarde », le nom donné dans les pays anglo-saxons à la fée qui échange les dents de lait des enfants contre une pièce de monnaie, rôle que tient chez nous « la petite souris »).

Manhunter fait apparaître pour la première fois sur les écrans le psychopathe et tueur en série Hannibal Lecter, créé en 1981 par l’écrivain Thomas Harris dans son roman Red Dragon, qui sera le héros maléfique de trois autres : Le Silence des agneaux (Silence of the Lambs, 1988), Hannibal (1999) et Hannibal Lecter : les origines du mal (Hannibal Rising, 2006).

Manhunter - Le Sixième sens

Hannibal Lecter, dans Manhunter, est interprété par l’acteur écossais Brain Cox, un rôle pourtant secondaire, mais qui boosta sa carrière. Le tueur en série que traque Will Graham, Francis Dollarhyde, est interprété par l’impressionnant Tom Noonan, (1,98 mètre !), venu du théâtre, ici dans son premier grand rôle après des apparitions dans quelques films honorables comme La Porte du paradis (Heaven’s Gate, Michael Cimino, 1980) et Wolfen (Michael Wadleigh, 1981).

C’est William Petersen, le Gil Grissom de la série Les Experts (CSI: Crime Scene Investigation) qui tient le rôle-titre, celui de Will Graham. Il apparaissait pour la première fois dans Le Solitaire avant de se placer en tête de l’affiche de Police fédérale, Los Angeles (Live and Die in L.A.), réalisé par William Friedkin en 1985, que Carlotta Films vient de ressortir dans une magnifique édition.

Manhunter montre l’étendue du talent de Michael Mann, sa maîtrise des cadrages, des mouvements de caméra, du jeu avec les couleurs et de la symbolique qu’il leur accorde, de la sophistication du montage. Il est aussi l’auteur d’un scénario qui réussit, sans recours à des effets faciles, à créer un climat angoissant. Le choix, par exemple, de ne révéler aucun détail sur les assassinats perpétrés par Hannibal laisse le spectateur libre d’imaginer l’indicible.

Manhunter, salué en France par le Prix de la critique au Festival du film policier de Cognac en 1987, n’a pas pris une ride et tient encore aujourd’hui sa place parmi les grands thrillers.

Manhunter - Le Sixième sens

Généralités - 4,0 / 5

Manhunter (120 minutes pour la version cinéma, 124 minutes pour le director’s cut) et ses suppléments (165 minutes) tiennent sur deux disques BD-50 logés dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check discs. Le menu propose la version originale, avec sous-titres optionnels, et un doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 5.1.

L’élégant menu animé et musical propose, sur le premier disque, celui de la version cinéma, le choix entre la version originale, avec sous-titres optionnels, et un doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 5.1.

Le director’s cut, sur le second disque, n’est disponible que dans sa version originale, au format audio DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo.

À l’intérieur du coffret, un livre de Marc Toullec, intitulé Michael Mann, des crimes dans la tête (170 pages), rappelle le chemin qui a conduit Michael Mann au cinéma, ses débuts comme réalisateur de films publicitaires, puis son expérience à la télévision. Suit une revue de ses onze films, de Le Solitaire, en 1981, à Hacker, en 2015, avec, pour chacun d’entre eux, les origines, le tournage, l’accueil de la critique et du public, etc. Une précieuse somme d’informations pour mieux connaître Michael Mann, ses vues sur le cinéma, ses méthodes de travail, sa direction des acteurs, son style… Un ouvrage passionnant !

Manhunter - Le Sixième sens

Bonus - 5,0 / 5

Sont ici repris une grande partie des bonus de l’édition Shout Factory sortie aux USA en 2016. Il manque le commentaire du réalisateur, mais ESC a ajouté, en compensation, trois bonus inédits produits en 2017.

En complément de la version cinéma, sur le premier disque : un entretien avec William Petersen (18’) : l’acteur rappelle qu’il a été préféré, pour le rôle de Will Graham, à Paul Newman que voulait imposer le producteur Dino de Laurentis, et se souvient de la préparation programmée par Michael Mann : un stage au Chicago Police Department et la rencontre, à Quantico, avec un profiler du FBI… Entretien avec Joan Allen (16’), l’interprète de Reba McClane, une jeune aveugle dont Francis Dollarhyde s’éprend ; Michael Mann l’a obligée à passer quelque temps dans un institut pour aveugles pour se préparer à son premier grand rôle au cinéma. Entretien avec Tom Noonan (22’). Lui aussi n’avait fait que de courtes apparitions sur les écrans avant ce rôle et se souvient que Michael Mann lui avait demandé de rester à l’écart des autres acteurs qu’il ne devait côtoyer que pendant des prises pour rendre plus naturel l’inquiétant isolement de son personnage. Entretien avec Dante Spinotti (36’). Il connaît bien Michael Mann, auquel il fut présenté par Dino de Laurentis, pour avoir été le directeur de la photographie de Manhunter et de quatre autres de ses films. Il se souvient de la longue préparation de chaque scène, du soin maniaque qu’il accordait aux détails, de son exigence de perfection qui pouvait conduire jusqu’à une quarantaine de prises de certaines séquences, de la tension qui régnait sur les plateaux… La musique chez Michael Mann avec Christophe Geudin et Olivier Desbrosses (inédit, ESC 2017, 28’). Ces deux spécialistes de la musique de film définissent les vues de Michael Mann sur l’accompagnement musical, la primauté qu’il accordait au rythme sur la mélodie, son goût pour le rock, qu’il faisait toutefois cohabiter avec d’autres sources, comme la musique classique, sa préférence pour la musique électronique, plus « transparente »…

En complément sur le deuxième disque, le director’s cut (124’) une version plus longue de quatre minutes que la version projetée en salles, qui peut être regardée comme un bonus. La comparaison des deux versions, assez proches l’une de l’autre, n’est pas aisée : les scènes se succédant dans le même ordre et certaines séquences de l’une n’étant pas sur l’autre.

Puis, des scènes commentées par Axel Cadieux (en français, inédit, ESC 2017, 17’). Ces commentaires mettent clairement en évidence le style particulier du réalisateur, la signification des cadrages, des couleurs, des mouvements de caméra… notamment dans la séquence de la visite par Will Graham de la scène du dernier crime et dans celle de la rencontre de Will et de Hannibal Lecter, séparés par les barreaux de la cellule où est enfermé le dangereux psychopathe… Pour finir, un entretien avec Axel Cadieux (en français, inédit, ESC 2017, 27’) : travailleur, acharné, passionné par la photo, influencé par l’esthétique et les éclairages de l’expressionnisme allemand, Michael Mann a été le précurseur des thrillers des années 90…

Manhunter - Le Sixième sens

Image - 4,0 / 5

L’image (2.35:1, 1080p, AVC), propre et stable, dispense des blancs lumineux, des noirs denses et une riche palette de couleurs finement saturées et soigneusement étalonnées. En évitant tout lissage excessif, le bruit a été réduit au point de devenir invisible dans les séquences en pleine lumière, mais plus présent dans certaines scènes de nuit.

Un avertissement s’affiche à l’ouverture de la version director’s cut signalant que certaines séquences sont « en qualité DVD ». Nonobstant cette mise en garde, l’image de cette version est, elle aussi, très propre, juste un peu plus douce, avec un léger bruit vidéo, dans quelques séquences.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale cinéma, correctement restauré, très propre, restitue les dialogues avec une grande netteté, même si elle place la musique en avant, un choix délibéré du réalisateur selon le supplément intitulé La musique chez Michael Mann. Les effets surround, assez discrets, sont correctement placés. Ce constat vaut aussi pour le doublage en français, au même format, pas très naturel.

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo du director’s cut est, lui aussi, très propre.

Manhunter - Le Sixième sens

Crédits images : © ESC Éditions

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,2
5
1
4
4
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 janvier 2018
Manhunter, avec la première apparition de Hannibal Lecter sur les écrans, montre l’étendue du talent de Michael Mann, sa maîtrise des cadrages, des mouvements de caméra, du jeu avec les couleurs et de la symbolique qu’il leur accorde, d’un montage inspiré. En prime, un scénario qui réussit, sans recours à des effets faciles, à créer un climat angoissant.
Avatar
F
Le 8 décembre 2017
Pas de commentaire.
Avatar
Giuseppe Salza
Le 13 février 2009
Pas de commentaire.

Lire tous les avis »

Multimédia
Manhunter - Le Sixième sens
Bande-annonce VO
Manhunter - Le Sixième sens
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus