Utu : le test complet du Blu-ray

Redux - Version restaurée

1984. Réalisé par Geoff Murphy
Avec Anzac Wallace, Bruno Lawrence et Tim Elliott

Édité par La Rabbia

Voir la fiche technique

Critique

UTU

Nouvelle-Zélande, 1870. Te Wheke, un éclaireur des troupes coloniales, retrouve sa tribu massacrée par l’armée pour laquelle il travaille. Trahi et fou de douleur, il jure de se venger et d’infliger le même châtiment - UTU - aux Pakehas (les Néo-Zélandais d’origine européenne).

VENGEANCE

Film culte en Nouvelle-Zélande, UTU est aussi adoré que détesté dans son pays natal. Comme beaucoup d’oeuvres qui reviennent sur les heures sombres d’une nation, certains veulent y voir un droit de mémoire, là ou d’autres préfèrent le droit à l’oubli. Car comme dans toute histoire d’invasion ou de colonisation, il y a des récits de révolte. Et dans ces récits de révolte, les « héros » ont parfois plongé dans la violence vengeresse, alimentant ainsi une spirale infernale et mortifère. Il faut d’ailleurs noter que pour les Maoris, la traduction précise de « Utu », n’est pas tant « vengeance » que « échange » ou « réciprocité », une loi du talion mue par un code traditionnel. La nuance est ténue mais permet de sortir d’une lecture manichéenne des événements de ce fragment de l’histoire de la Nouvelle-Zélande, en fin de 19e siècle, alors que colons britanniques et factions maoris se déchirent le droit à ces terres ancestrale.

Sans fioriture, rugueux, moqueur, violent, le film de Geoff Murphy (dont la filmographie la plus intéressante est malheureusement toujours inédite en vidéo en France) fait encore mouche 34 ans plus tard grâce à un oeil cru et désabusé. Une page méconnue en Europe du cinéma néo-zélandais à découvrir avec curiosité et attention.

UTU

Généralités - 5,0 / 5

C’est l’éditeur indépendant La Rabbia qui nous fait les honneurs de cette rareté en proposant dans un Digibook 42 pages, Blu-ray et DVD du film dans sa version Redux de 2013. Le film était en effet en train de disparaître tant son matériau originale était en mauvais état avant d’être intégralement restauré et remonté, comme l’explique le livret. Un travail de préservation du patrimoine cinématographique mondial qui ne peut être que salué. Cette version Redux est entièrement validée, soutenue et accompagnée par Geoff Murphy. Après le montage d’origine présenté en Nouvelle-Zélande, puis le montage raccourci et édulcoré pour le marché international, c’est un montage à la fois proche de l’original, mais également plus court de 10 minutes afin de lui donner une énergie plus en phase avec notre époque.

UTU

Bonus - 4,0 / 5

En guise bonus, un making of d’époque. Et quand on dit making of, il ne s’agit pas en effet de l’une de ses featurettes promotionnelles qui avaient déjà cours dans les années 80, mais bien d’un reportage de plus de 45 minutes en coulisses, avec extraits du film, séquences de tournage, effets spéciaux, maquillage, et témoignages sans la moindre langue de bois des acteurs et de l’équipe du film. L’occasion pour certains de rappeler que même plus d’un siècle plus tard, certains problèmes de cohabitation ethnique sont toujours d’actualité. Une vraie pépite.

La bande-annonce de la ressortie du film est également présente.

UTU

Image - 5,0 / 5

La qualité des images de UTU est proprement miraculeuse si l’on en croit les récits de la carrière de son négatif. Les 156 000 images du film ont été scannées, nettoyées, étalonnées pour leur redonner toute leur puissance narrative. Le résultat est assez bluffant, car si l’on excepte certains défauts de prise de vue inhérents aux conditions d’origine, le master est surprenant de stabilité et de cohérence. Une restauration exemplaire qui trouve avec le Blu-ray de cette édition, un écrin qui lui rend largement justice avec un encodage AVC sans la moindre histoire.

UTU

Son - 5,0 / 5

Autre surprise, côté son, avec là aussi un nettoyage parfaitment maîtrisé qui évite les parasites et préserve la sonorité originale du film. Cette sonorité se retrouve tout d’abord dans un mixage stéréo encodé en DTS-HD Master Audio, dont la scène est déjà tout à fait convaincante, mais aussi sur une autre piste DTS-HD MA, 5.1 cette fois, avec une spatialisation d’une grande finesse qui opère un élargissement du spectacle en déplaçant la musique et certains effets sonores en dehors du plan de l’écran, donnant ainsi un relief inattendu à l’ensemble.

UTU

Crédits images : © La Rabbia

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis
Multimédia
Utu
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus