La Victime : le test complet du Blu-ray

The Victim

Combo Blu-ray + DVD

1961. Réalisé par Basil Dearden
Avec Dirk Bogarde, Sylvia Syms et Dennis Price

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 05/11/2018
Critique

La Victime

Londres, Angleterre 1960 : alors que la loi anglaise archaïque criminalise l’homosexualité, un jeune ouvrier victime d’un gang de maîtres-chanteurs, se suicide dans un commissariat. L’avocat Melville Farr qu’il connaissait, aujourd’hui marié mais dont il fut amoureux, bouleversé par cette mort, décide d’aider la police à remonter la piste criminelle : il devient bientôt lui-même la cible désignée du gang.

La Victime (Victim) (GB 1961) de Basil Dearden est un très bon film noir anglais policier réaliste à tendance sociale sur un sujet alors brûlant : genre que Dearden illustra remarquablement à plusieurs reprises. On se souvient de son >Opération Scotland Yard (Sapphire) (GB 1959) dans lequel Barbara Steele tenait un rôle. Doté d’une interprétation très riche, d’une photo N&B signée Otto Heller dont c’était alors l’âge d’or sur le plan plastique, d’un scénario ménageant les rebondissements et décrivant d’une manière ample et directe la société urbaine anglaise de 1960, il peut être aujourd’hui considéré comme un film témoin situé à une période charnière. C’est par le biais du cinéma de genre que l’Angleterre illustra d’abord ce thème : cinéma policier comme ici mais aussi cinéma érotique et cinéma fantastique. Basil Dearden n’est, certes, ni Terence Fisher ni Michael Powell qui étaient alors ses stricts contemporains mais il traite avec un classique dynamisme, flirtant parfois esthétiquement avec le baroque, un sujet sensible. Il maintient très efficacement un suspense objectif et instaure un climat assez étouffant du début à la fin du film. On n’oublie pas le brusque et bref zoom sur la photo de statue suggérant la possible homosexualité refoulée de l’encaisseur criminel au visage poupin. On n’oublie pas non plus certaines notations sociologiques assez fines : par exemple l’avoué âgé et en apparence très conformiste qui soutient sans réserve l’avocat alors qu’on s’attendait à une réaction inverse ou bien encore ce couple bizarre d’escrocs dont l’un est aveugle et sur lequel le scénario fait intelligemment peser les soupçons avant de les disculper… tout en les faisant arrêter pour un autre motif. La sexy et très bonne actrice anglaise Sylvia Syms vaut, en outre, le détour, sans parler d’acteurs aussi bons que Dirk Bogarde, Dennis Price ou Charles Lloyd Pack.

La Victime

Généralités - 4,0 / 5

1 BRD édité par Eléphant dans la collection Cinéma Master Class le 02 mai 2018. Image N&B au format original 1.66 respecté compatible 16/9. Son DTS HD Mono VOSTF. Durée du film sur BRD : 100 min. environ. Suppléments : galerie photos N&B, 6 bandes-annonces originales de films noirs policiers en VOSTF (Espions sur la Tamise, Pour toi j’ai tué, Meurtre sans faire-part, Tuer n’est pas jouer, La Victime, etc). Seul le disque BRD a été testé.

Bonus - 4,0 / 5

Outre une présentation bien documentée d’une quinzaine de minutes par Eddy Moine, deux suppléments se détachent nettement en raison de leur nature de documents de première main d’histoire du cinéma : une belle galerie de photos N&B de plateau soigneusement reproduites avec leurs numéros de série bien conservés visibles en bas à droite ou à gauche, selon les photos, ainsi qu’un assez long mais très savoureux entretien (1961, VOSTF, environ 30 minutes) accordé à un journaliste de la TV anglaise par l’acteur Dirk Bogarde, chez lui. Il est illustré par des extraits de ses films de la période 1945 à 1960, y compris par des extraits de La Victime, raison pour laquelle il vaut mieux ne le visionner qu’après avoir vu le film de référence, afin de préserver le suspense. L’ensemble constitue une bonne édition spéciale.

La Victime

Image - 5,0 / 5

Format original 1.66 écran large respecté, N&B compatible 16/9. L’image argentique de ce BRD est remarquablement restaurée. Il suffit de comparer l’image de la bande-annonce fournie en supplément à celle du métrage de référence pour en avoir confirmation : à format identiquement respecté, on peut aisément mesurer le travail accompli sur certains plans. Contrastes et niveaux des noirs admirablement restitués en Full HD 1080p. Magnifique photo N&B signée par le grand directeur photo Otto Heller dont l’âge d’or filmographique est constitué par la période qui va de Le Voyeur (Peeping Tom) (GB 1960) de Michael Powell à Chantage au meurtre (The Naked Runner) (USA 1967) de Sidney J. Furie.

La Victime

Son - 2,5 / 5

VOSTF en DTS HD 2.0. mono parfaitement restaurée et dotée d’un excellent équilibrage entre effets sonores, dialogues et musique mais aucune VF d’époque alors que, selon l’Index de la cinématographie française, elle existait lorsque le film est sorti en exclusivité en octobre 1961 à Paris. Dommage que l’éditeur n’ait pas pu remettre la main dessus : la note baisse de moitié de ce fait.

La Victime

Crédits images : © Eléphant Films

Configuration de test
  • Téléviseur 4K LG Oled C7T 65" Dolby Vision
  • Panasonic BD60
  • Ampli Sony
Note du disque
Avis
Multimédia
La Victime
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus