Chucky - Jeu d'enfant : le test complet du Blu-ray

Child's Play

Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret

1988. Réalisé par Tom Holland
Avec Catherine Hicks, Chris Sarandon et Alex Vincent

Édité par ESC Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/07/2018
Critique

Jeux d'enfant

Abattu par la police et sur le point de rendre son dernier souffle, le serial killer Charles Lee Ray transfère, grâce au vaudou, son esprit dans une poupée de la ligne Good Guys, le dernier jouet à la mode. Si, baptisée Chucky, elle fait le bonheur du petit Andy, six ans, la poupée révèle bientôt sa nature maléfique, multipliant les victimes. Prisonnier de son enveloppe de plastique, Charles Lee Ray n’attend plus qu’une chose : changer au plus vite de corps. Et Andy lui semble tout indiqué comme donneur involontaire…

Chucky - Jeu d’enfant (Child’s Play) vit le jour grâce à l’entêtement du jeune producteur David Kirschner : il attira l’attention sur le scénario de United Artists qui confia, en 1988, la réalisation à Tom Holland, auteur, trois ans plus tôt de Vampire… vous avez dit vampire ? (Fright Night), son premier film, une belle réussite dans le genre mêlant horreur et comédie. Nous n’en dirons pas plus sur la genèse du film et les conditions de tournage, assez détaillées dans l’analyse des suppléments.

No one believes the truth!

Chucky - Jeu d’enfant trouve son principal ressort dramatique dans le fait que personne ne peut croire à cette histoire de poupée vivante contée par le jeune Andy… jusqu’à ce que sa mère fasse, à son tour, la douloureuse constatation que son fils disait vrai. Mais comment convaincre son seul protecteur, le policier Mike Norris, celui-là même qui a envoyé Charles Lee Ray ad patres dans la maison de jouets ?

Jeux d'enfant

Quatre personnages principaux, Mike Norris, le flic souvent dépassé, interprété par Chris Sarandon, le vampire de Vampire… vous avez dit vampire ?. C’est Alex Vincent, sept ans, qui incarne Andy, le meilleur emploi de sa courte carrière (on le reverra dans La Malédiction de Chucky et Le Retour de Chucky). Puis il y a sa mère, apparemment célibataire, Karen Barclay, jouée par Catherine Hicks, surtout connue à la télé, mais qu’on avait vue en 1986 dans Peggy Sue s’est mariée de Francis Ford Coppola ; elle réussit à attirer la sympathie du spectateur pour mieux l’impliquer dans sa lutte contre la poupée diabolique. Et n’oublions pas le quatrième, le dangereux psychopathe Charles Lee Ray, auquel donne vie, pas pour longtemps sous sa forme humaine, Brad Dourif (il prêtera sa voix à Chucky pendant tout le reste de l’histoire), terrifiant dans les scènes d’ouverture, un choix inspiré de Tom Holland qui venait de l’employer dans son film précédent, Fatal Beauty.

Chucky - Jeu d’enfant tire son meilleur atout du titulaire du rôle-titre, l’inquiétant Chucky. Nous sommes les premiers, avec Andy, à savoir qu’il est bien vivant et que sa méchanceté foncière en fait un être particulièrement redoutable, toujours capable du pire. Cette croyance est renforcée par l’efficacité et la qualité des moyens très artisanaux (évoqués dans la rubrique Suppléments) seuls disponibles avant l’assistance de l’ordinateur qui facilitera la création d’effets spéciaux et en élargira les possibilités.

Chucky - Jeu d’enfant, sans temps mort, avec de bonnes trouvailles et quelques séquences en caméra subjective réussies, reste le meilleur film de la franchise… à ce jour ! Car Chucky finit toujours, tel le phénix, à renaître de ses cendres.

On a appris en février 2018 qu’il réapparaîtra dans une série dans laquelle la voix de la poupée sera encore celle de Brad Dourif.

Jeux d'enfant

Généralités - 5,0 / 5

Chucky - Jeu d’enfant (87 minutes) et ses suppléments (55 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 DVD-9 (non fourni pour le test), logés dans un mediabook contenant un livret de 24 pages.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, au format audio DTS-HD Master Audio 5.1 et dans un doublage en français au format DTS-HD MA 2.0 stéréo.

À l’intérieur du mediabook, un passionnant livret illustré de 24 pages écrit par Marc Toullec, historien et critique de cinéma. Il rappelle que Chucky - Jeu d’enfant, à sa sortie en 1988, était confronté à une forte concurrence dans la catégorie des grands prédateurs du cinéma fantastique, avec le Leatherface de Massacre à la tronçonneuse, Freddy Krueger de la saga Elm Street, Candyman, Michael Myers de la saga [PROGRAM(halloween)], Jason Voorhees de la saga [PROGRAM(vendredi_13)], le Tall Man de la saga Phantasm… Jeu d’enfant, né de la volonté du producteur David Kirschner, décidé en 1987, au lendemain de la sortie de Fievel et le Nouveau Monde (An American Tail), à pendre « un virage à 180° » vers le cinéma d’horreur après avoir lu The Dollhouse Murders de Betty Ren Wright. Il commande à Don Mancini l’écriture du scénario de Blood Buddy qui sera renommé Batteries Not Included. L’histoire d’une poupée ressemblant à un jouet populaire, My Buddy, avec tignasse rousse et salopette. La poupée sera habitée par l’esprit d’un serial killer, Charles Lee Ray. « Un nom qui n’est pas le fruit du hasard », signale David Kirschner. « Charles pour Charles Manson, Lee pour Lee Harvey Oswlad, et Ray pour Ray Copeland. », une belle brochette de tueurs ! Le scénario intéresse United Artists qui confie la réalisation à Tom Holland. Il remaniera le scénario avec John Lafia et l’approbation de Don Mancini. Après deux essais avec des voix féminines, c’est Brad Dourif qui prêtera sa voix à Chucky. Marc Toullec souligne le défi de l’animation de la poupée avec des moyens artisanaux, à mettre essentiellement au crédit de Kenvin Yagher, et l’intervention ferme de David Kirschner pour imposer à Tom Holland, qu’il avait laissé très libre, une réduction de son montage d’une trentaine de minutes. Il passe enfin rapidement en revue les six films qui suivront, après le succès inespéré du premier volet : Chucky, la poupée de sang réalisé par John Lafia, Chucky 3 de Jack Bender qui marque le pas, La Fiancée de Chucky qui regonfle la franchise sept ans plus tard, en 1998, avec l’humour féroce que lui injecte Ronny Yu, l’arrivée de Tiffany, une Chucky au féminin. Suivent, de 2004 à 2017, Le Fils de Chucky, La Malédiction de Chucky et Le Retour de Chucky, tous écrits et réalisés par Don Mancini, sans compter la sortie annoncée d’une série télévisée.

Jeux d'enfant

Bonus - 3,0 / 5

Salut de Tom Holland aux fans français (20”), trente ans après la sortie du film en salles.

Les poupées maléfiques, une projection enfantine effrayante (17’), par Laurent Aknin, historien et critique de cinéma (auteur, notamment de Les Classiques du cinéma bis, Nouveau Monde éditions, réédité en 2013). Il souligne que le thème, bien qu’il ait des origines anciennes, comme la légende du Golem, n’a que tardivement été exploité au cinéma, la première fois en 1945 dans The Ventriloquist’s Dummy, un des sketches d’Au coeur de la nuit (Dead of Night). Nombreux sont ceux qui se souviennent avoir eu, encore enfants, peur d’un jouet. Chucky est un jouet particulièrement effrayant : possédée par l’esprit d’un tueur, la poupée est aussi masculine, potentiellement plus violente. La poupée vivante réapparaîtra dans les six autres films de la saga de Don Mancini, mais aussi, sous d’autres identités, dans un épisode de la série créée par Joss Whedon, Buffy contre les vampires (Buffy, the Vampire Slayer), dans Annabelle (2014) et Annabelle 2 : la création du mal (Annabelle: Creation, 2017), le moins mauvais des deux volets qui remonte aux sources du mythe, à la création de la poupée, et, enfin, dans Ready Player One de Steven Spielberg.

Jeu d’enfant, l’origine d’une saga familiale (16’), par Caroline Vié, romancière et critique. Il faut remonter à 1906 pour trouver la poupée qui a inspiré Chucky, une poupée africaine offerte dans son enfance au peintre Robert Eugene Otto qu’il baptisa Robert (que les amateurs de paranormal peuvent toujours voir aujourd’hui au musée Key West Martello). L’idée initiale de Don Mancini d’exploiter parallèlement le thème de l’enfant maléfique en faisant d’Andy le suspect des meurtres, a été abandonnée. Don Mancini avait fait mourir Chucky à la fin du film, dont le succès l’amènera à le ressusciter au début de chacun des nombreux films qui suivront. Après une éclipse, la saga renaît en 1998, avec La Fiancée de Chucky (Bride of Chucky). Chucky aura une épouse, Tiffany, et des enfants, avec un assaisonnement comique qui chiffonnera les fans du premier film. Don Mancini revient au film noir en 2013 avec La Malédiction de Chucky (Curse of Chucky) qu’il réalisera lui-même. Chucky est devenu une généreuse source de revenus pour son créateur, avec les recettes des sept films et la vente de jouets dérivés. Une présentation très vivante.

Entretien avec Tom Holland (2018, 20’). Il dit avoir été attiré, après la sortie de Vampire… vous avez dit vampire ? (Fright Night), par le projet après avoir vu un des sketches du téléfilm Trilogy of Terror, réalisé par Dan Curtis en 1975 (et pas en 1968, comme il l’affirme) et eut l’idée d’habiter la poupée par l’esprit d’un tueur psychopathe et de filmer certaines scènes avec une Steadicam au ras du sol, avec peu de dialogues, à la Hitchcock. Il se souvient que l’animation de la poupée, avant les images de synthèse, avait mobilisé jusqu’à une douzaine de marionnettistes coordonnés par Kevin Yagher, certains cachés sous un faux plancher, et des difficultés à surmonter pour faire passer le visage lisse et rassurant de la poupée originale, à celui, effrayant, de la poupée tueuse. La réalisation fut, chaque jour, une nouvelle aventure. Très satisfait du résultat, Tom Holland laisse entendre qu’il est l’unique auteur du scénario auquel ont pourtant participé Don Mancini et John Lafia.

Bande-annonce originale.

Jeux d'enfant

Image - 5,0 / 5

L’image (1.85:1, 1080p, AVC), restaurée pour l’édition Shout Factory, sortie en octobre 2016 aux USA, présente une fraîche palette de couleurs joliment saturées, avec des contrastes fermes, des noirs denses et un piqué qui révèle tous les détails du cadre, y compris dans les arrière-plans des scènes filmées la nuit dans les rues de Chicago pendant la traque de Charles Lee Ray.

Son - 4,5 / 5

Le remixage du son original Dolby Stereo en DTS-HD Master Audio 5.1, très propre, avec une bonne dynamique et une généreuse ouverture de la bande passante, restitue les dialogues avec une parfaite clarté et crée, en outre, l’illusion d’une immersion dans l’action par une utilisation efficace et cohérente des voies latérales, ce qui lui donne un indéniable avantage sur le doublage en français au format DTS-HD MA 2.0 stéréo.

Jeux d'enfant

Crédits images : © ESC Éditions

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,3
5
1
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 juillet 2018
Chucky - Jeu d’enfant, sans temps mort, avec de bonnes trouvailles et quelques séquences en caméra subjective réussies, reste le meilleur film de la franchise… à ce jour ! Car Chucky finit toujours, tel le phénix, par renaître de ses cendres.
Avatar
francky75
Le 4 février 2017
excellent film mais DVD décevant y'a les barre noire sur les coté et haut et bas de l'écran et le film qualité image limite VHS sa serait bien qu'il resort en france avec format image normale et image remasterisé
Avatar
Josquin
Le 5 novembre 2005
1er volet de la saga Chucky.
Une merveille !
Un scénario qui repousse l'angoisse dans les limites de l'incohérence pour rendre la célèbre poupée plus effrayante, meurtrière, implacable. La laideur qui se cache derrière la beauté, n'est-ce pas un thème universel dans les contes ? Oui, mais là pas de concessions, rien de fleur bleue. Chucky, poupée dans laquelle un bandit s'est réincarné, réalise jour après jour sa vengeance, au mépris du raisonnement logique des vrais humains.
La mise en scène, le jeu des acteurs, l'image peuvent surprendre les inconditionnels de " films actuels " bourrés d'effets spéciaux et compagnie. Restent un pur plaisir, un régal pour les fans d'opus terriblement drôles et horrifiques.
Amateurs des Contes de la crypte, ce film est pour vous !

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus