Morituri : le test complet du Blu-ray

1965. Réalisé par Bernhard Wicki
Avec Marlon Brando, Yul Brynner et Janet Margolin

Édité par ESC Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 24/09/2018
Critique

Morituri

En 1942, les services secrets britanniques contraignent par un chantage un déserteur allemand, réfugié en Inde sous le nom d’emprunt De Robert Crain, d’embarquer à Tokyo, en se faisant passer pour un officier SS, à bord d’un cargo chargé de 7 000 tonnes de caoutchouc à destination de Bordeaux. Sa mission est d’aider les alliés à récupérer la cargaison. Le capitaine Mueller a été obligé d’accepter dans l’équipage plusieurs prisonniers politiques et a reçu l’ordre de saborder le navire s’il était intercepté par l’ennemi.

Bernhard Wicki, le réalisateur, est plus connu comme acteur : il a joué dans 75 films, téléfilms et séries, pour la plupart des productions allemandes, mais aussi dans quelques films d’autres nationalités, tels que La Chatte (Henri Decoin, 1958), La Notte (La nuit) (La Notte, Michelangelo Antonioni, 1961), La Mort en direct (Bertrand Tavernier, 1980), et Paris, Texas (Wim Wenders, 1984)…

Il a pourtant réalisé une quinzaine de films, dont le deuxième, Le Pont (Die Brücke, 1959), a glané une belle moisson de prix et convaincu Darryl F. Zanuck de lui confier, trois ans plus tard, le tournage des scènes allemandes de Le Jour le plus long.

Ave Caesar! Morituri te salutant

Morituri, c’est, avant le combat, le salut des gladiateurs promis à une mort certaine en cas de défaite, sauf à obtenir l’exceptionnelle grâce impériale, et un titre donnant immédiatement la mesure du sort dramatique qui s’est soudain abattu sur Robert Craine, lui laissant le choix entre être parachuté sur le sol allemand ou s’embarquer dans une aventure suicidaire.

Morituri

Le scénario de Daniel Taradash, oscarisé en 1954 pour celui de Tant qu’il y aura des hommes (From Here to Eternity, Fred Zinnemann, 1953), adapté d’un roman de l’écrivain allemand Werner Jörg Lüddecke, combiné à un montage efficace, réussit à maintenir la tension tout au long du film. De plus, évitant les clichés, il dessine un portait nuancé des Allemands, plus que ne le font généralement les films de guerre. Si Kruse, l’officier nazi, est monolithique, Robert Crain, interprété par Marlon Brando, et, surtout, le capitaine Mueller, interprété par Yul Brynner, sont beaucoup plus complexes. Reste pourtant un cliché dont on se serait volontiers passé : les dialogues en anglais sont teintés d’un ridicule accent germanique, d’autant plus improbable que les personnages, tous Allemands, sont censés se parler dans leur propre langue.

Morituri se distingue aussi par la qualité de la photographie en noir et blanc de Conrad L. Hall, qui sera trois fois oscarisé, pour Butch Cassidy et le Kid (Butch Cassidy and the Sundance Kid, George Roy Hill, 1969), et pour deux films réalisés par Sam Mendes, American Beauty en 1999 et Les Sentiers de la perdition (Road to Perdition) en 2002. Le chef opérateur joue efficacement avec les éclairages, notamment dans les nombreux plans vertigineux tournés dans la salle des machines du cargo.

Ajoutons l’accompagnement musical de Jerry Goldsmith pour convaincre celles et ceux qui seraient encore réticents à l’idée que Morituri vaut largement d’être découvert ou revu.

Morituri vient enrichir la collection Hollywood Legends Premium, lancée fin 2017 par ESC Éditions dans la foulée de Hollywood Legends. Un teaser de deux minutes donne, dans un montage remarquablement bien fait, un aperçu de la richesse de cette collection comptant aujourd’hui une soixantaine de titres.

Morituri

Généralités - 3,0 / 5

Morituri (123 minutes) et son supplément (17 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non remis pour le test.

Le menu animé et musical respectant la charte graphique de la collection, propose le film dans sa version originale ou dans un doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 1.0.

Bonus - 4,0 / 5

Nom de code : Morituri (17’). Laurent Chollet, écrivain et historien du cinéma, estime que ce film de guerre a été injustement sous-estimé. S’il est plus connu pour sa carrière d’acteur, Bernhard Wicki a vite démontré son talent de réalisateur avec Le Pont, ce qui lui a valu de contribuer au Jour le plus long pour donner plus de réalisme aux scènes montrant la Wehrmacht dans laquelle il avait servi pendant la deuxième guerre mondiale. Il participera aussi à la production du premier remake de Les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty, Lewis Milestone et Carol Reed, 1962) et de plusieurs grands westerns. Morituri, plus subtil que de nombreux films de guerre, ne présente pas tous les Allemands comme des nazis et se distingue pour la beauté de sa photo. Laurent Chollet souligne la qualité du doublage de Yul Brynner par Jean Davy et de Marlon Brando par Jean-Claude Michel. Le modeste succès du film à sa sortie incita les producteurs à lui donner un titre plus accrocheur aux USA, Saboteur: Code Name Morituri.

Morituri

Image - 3,0 / 5

L’image (1.85:1, 1080p, AVC), bien qu’elle ait été soigneusement débarrassée des rayures et taches, souffre d’une instabilité lumineuse qui peut devenir assez gênante dans les scènes de nuit où elle s’accompagne d’un fort bruit vidéo (par exemple à 72’). Les contrastes sont moyens, avec des noirs relativement poreux. Mais aucun défaut de compression n’a été décelé, y compris dans les séquences de brume.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 de la version originale, contenu dans le medium, a été soigneusement nettoyé par la restauration. Les dialogues sont clairs, y compris dans les tirades de Marlon Brando dont l’articulation n’a jamais été le point fort ! Le faible bruit des machines qu’on entend dans toutes les scènes tournées dans les cabines a été complètement effacé dans la version doublée en français qui place aussi les dialogues un peu trop en avant.

Morituri

Crédits images : © ESC Éditions

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 24 septembre 2018
Pour sa photographie inspirée, son scénario bien construit donnant de l’épaisseur aux deux personnages principaux interprétés par Marlon Brando et Yul Brynner et pour l’accompagnement musical de Jerry Goldsmith, Morituri, réédité en HD, vaut largement d’être vu ou revu.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus