Sahara (1943) : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Zoltan Korda
Avec Humphrey Bogart, Bruce Bennett et J. Carrol Naish

Édité par Sidonis Calysta

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 28/01/2019
Critique

Sahara

Libye, 1942. Pris sous le feu nourri de l’Afrika Korps, le sergent Joe Gunn reçoit l’ordre de se replier à bord de son tank « Lulubelle ». Sur sa route, il récupère quatre Britanniques, un médecin militaire et trois tommies, un soldat soudanais et son prisonnier italien, puis un pilote allemand dont l’avion a été abattu par la mitrailleuse du tank. Un contrordre arrive : il faut, coûte que coûte, tenir la position. Le petit groupe, à court d’eau, se réfugie dans un fort en ruines où un puits doit avoir été creusé…

Sahara, sorti en 1943, le quinzième des vingt films réalisés par Zoltan Korda, entre Le Livre de la Jungle (1942) et Counter-Attack (1945), met en scène un scénario exploitant une idée originale du romancier, auteur dramatique et scénariste Philip MacDonald, elle-même inspirée de Trinadtsat (« les treize »), un film russe réalisé par Mikhail Romm en 1937. Philip MacDonald, auteur d’une soixantaine d’adaptations et de scénarios, est plus connu pour son roman Patrol, qu’il adaptera pour La Patrouille perdue de John Ford, en 1934, pour l’adaptation du roman de Daphné Du Maurier, Rebecca que tournera Alfred Hitchcock en 1940 et pour avoir écrit l’histoire du film de John Huston Le Dernier de la liste (The List of Adrian Messenger, 1963).

Photographié par Rudolph Maté, le chef opérateur de La Passion de Jeanne d’Arc (Carl Theodor Dreyer, 1928), le film bénéficie d’une mise en scène et d’un montage précis qui maintiennent, sans temps mort, la tension de ce huis-clos dans l’immensité du désert (le désert de Mojave, Arizona, donne parfaitement l’illusion du Sahara).

Sahara

Sahara profite aussi de sa distribution, en tête de laquelle s’impose Humphrey Bogart, fraîchement auréolé du succès de Casablanca, tourné l’année précédente. Il est entouré de J. Carrol Naish (plus de 220 rôles à son crédit) qui fut nommé aux Oscars pour son interprétation de Giuseppe, le prisonnier italien, de Lloyd Bridges qu’on reverra dans le diptyque Y a-t-il un pilote dans l’avion ? (Airplane) et, dans le rôle de Jean Leroux, le Frenchie engagé sous les drapeaux de Sa Majesté, de notre compatriote Louis Mercier, ici au milieu d’une carrière américaine aux 170 rôles. Une femme égarée parmi tous ces hommes, interprétée par Barbara Hale, au générique de la série Perry Mason (Série) et de L’intégrale des téléfilms de la saga Perry Mason.

Sahara, d’une qualité au-dessus de celle de la plupart des films de propagande pour les alliés de la seconde guerre mondiale, suscita deux remakes, le premier à la sauce western, Le Sabre et la flèche (Last of the Comanches, André De Toth, 1953, inclus dans les suppléments), le second, plus fidèle au scénario original, Sahara, un téléfilm réalisé en 1995 par Brian Trenchard-Smith, avec James Belushi dans les guêtres du sergent Joe Gunn (pour les curieux, le DVD est encore trouvable outre-Atlantique pour une petite poignée de dollars).

Cette réédition de Sahara, la première en haute définition, vient opportunément remplacer le DVD sorti en 2001 par Sony Pictures.

Sahara

Généralités - 3,5 / 5

Sahara (97 minutes) et ses généreux suppléments (98 minutes) tiennent, dans cette édition combo, sur un Blu-ray BD-50 et un DVD-9, logés dans un boîtier glissé dans un fourreau, non fourni pour la critique, effectuée sur un Blu-ray test.

Le menu animé et musical propose le film dans sa seule version originale, avec sous-titres imposés, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 1.0.

Bonus - 3,0 / 5

Présentation du film par Patrick Brion (8’) Zoltan Korda, réalisateur de plusieurs films ayant l’Inde pour cadre, Toomaï le grand cornac (Elephant Boy, avec Robert J. Flaherty), Alerte aux Indes (The Drum), Le Livre de la Jungle… Gary Cooper a été un moment envisagé pour le rôle tenu par Humphrey Bogart. Zoltan Korda a fait appel à deux scénaristes inquiétés par la chasse aux sorcières du sénateur MacCarthy, John Howard Lawson et Sidney Buchman (le nom de ce dernier n’apparaîtra pas au générique).

Le Sabre et la flèche (Last of the Comanches, 1.37:1, 1080p, AVC, 84’). Ce film, réalisé par André De Toth en 1953, accommode le scénario de Sahara à la sauce western. Survivants d’un raid de Comanches menés par Nuage Noir, six soldats prennent la direction du fort le plus proche. En cours de route, ils sauvent les passagers d’une diligence. Tous se réfugient dans une mission espagnole où ils espèrent trouver un puits…

Dans un saut en arrière de 1942 à 1876, un petit groupe de soldats est toujours commandé par un sergent, un peu plus enveloppé celui-là, sous les traits de Broderick Crawford oscarisé quatre ans auparavant pour sa prestation dans Les Fous du roi (All the King’s Men, Robert Rossen, 1949).

Les méchants Allemands sont ici remplacés par les Comanches, le tank « Lulubelle » devient la diligence « Buttercup », mais le parallélisme des deux histoires est évident. Un western honnêtement réalisé, mais plein de clichés.

L’image, d’une résolution moyenne, généralement assez agréable, aux couleurs légèrement délavées, affiche quelques taches, un grain assez fort et une petite instabilité. Le son (DTS-HD Master Audio 1.0), assez propre délivre dialogues, musique et ambiance avec une clarté satisfaisante. Ce constat vaut pour le doublage en français, au même format.

Sahara

Image - 4,0 / 5

L’image (1.37:1, 1080p, AVC) laisse apparaître quelques micro-taches, un grain assez discernable, notamment sur les fonds de ciels, et une légère instabilité lumineuse. Ces petits défauts n’altèrent pas trop la bonne impression d’ensemble procurée par de solides contrastes, de fins dégradés de gris avec des noirs denses et une texture respectueuse de la pellicule d’origine.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 de la version originale, propre, enserré dans une bande passante assez étroite, restitue clairement les dialogues. Le crépitement des armes et l’explosion des obus font leur petit effet, servis par une assez bonne dynamique. Quelques saturations dans l’accompagnement musical.

La version originale l’emporte sur le doublage en français avec des dialogues cotonneux, placés trop en avant.

Crédits images : © Sidonis

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 janvier 2019
Pas de temps mort dans ce huis clos... dans l’immensité du désert ! En prime, Zoltan Korda à la réalisation, Rudolph Maté derrière la caméra. Une réédition attendue, la première en haute définition.

Lire les avis »

Multimédia
Sahara
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus