Papillon (2017) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Michael Noer
Avec Charlie Hunnam, Rami Malek et Eve Hewson

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/01/2019
Critique

Papillon

Paris, 1931. Henri Charrière, dit « Papillon », s’est spécialisé dans l’ouverture de coffres forts. Arrêté pour un meurtre qu’il n’a pas commis, il est relégué en Guyane, au bagne de Saint Laurent du Maroni. Là, il s’associe avec Louis Delga, un faussaire condamné pour la contrefaçon de bons de la Défense nationale. Henri assure sa protection. Louis a assez d’argent pour acheter les moyens d’une évasion…

Papillon est le remake du film Papillon réalisé par Franklin J. Schaffner en 1973 avec Steve McQueen dans le rôle-titre et Dustin Hoffman dans celui de Louis Delga (devenu Dega dans la nouvelle version). Le scénario, coécrit par Dalton Trumbo et Lorenzo Semple Jr., est une adaptation assez fidèle du récit qu’Henri Charrière fit de ses aventures.

La publication du livre en 1969 soulèvera aussitôt plusieurs questions. Henri Charrière est-il vraiment innocent du meurtre pour lequel il a été condamné ? Le récit de sa détention et de ses évasions est-il sincère ? A-t-il lui-même écrit cette prétendue autobiographie ? Il est maintenant communément admis que le récit, largement romancé (et truffé d’inexactitudes), fut la compilation des aventures de Papillon et de celles d’au moins quatre autres personnes. De plus, il semble que l’écrivain Max Gallo ait participé à l’écriture du livre. Peu importe, ce fut un bestseller : traduit en 30 langues, il se vendra à 10 millions d’exemplaires !

Papillon

Un remake du film de 1973 : une bonne idée ?

Un remake est généralement plus pauvre que l’original, à de rares exceptions près. D’autant que la réalisation du second film a manifestement dû se contenter de moyens plus réduits que ceux alloués à la production de l’original.

Les deux acteurs principaux, Charlie Hunnam, vedette de la série Sons of Anarchy, et Rami Malek, en tête de la distribution de Mr. Robot, bien qu’ils aient aujourd’hui le vent en poupe, n’ont pas le charisme de Steve McQueen et Dustin Hoffman.

Papillon, dans sa nouvelle mouture, révèle aussi son manque de moyens dans de nombreuses scènes en extérieur : difficile de récréer la jungle guyanaise en Serbie où se fit l’essentiel du tournage ! Et les scènes à bord d’un petit canot à voile pris dans la tempête, déjà peu convaincantes dans la version de 1973, sont totalement ratées dans cette de 2017.

Ces réserves faites, Papillon se laisse regarder sans ennui. Le scénario d’Aaron Guzikowski suit d’assez près celui de Dalton Trumbo, d’ailleurs crédité au générique, avec quelques variantes. Le remake s’ouvre avec une reconstitution fantaisiste du Paris des années folles, absente de l’original qui nous transporte très vite au bagne, alors qu’il réserve une place importante à la cohabitation avec des Indiens, à peine esquissée par la nouvelle adaptation.

Papillon, outre qu’il fera passer un assez bon moment, a un autre mérite : celui d’inciter à découvrir ou à revoir le premier film, réédité en 2011 avec les bonus de 2002, sur Blu-ray ou DVD.

Papillon

Généralités - 4,0 / 5

Papillon (133 minutes pour la version longue) et ses suppléments (30 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu animé et musical offre un double choix : entre version originale et doublage en français, et entre la « version cinéma » de 117 minutes ou la version longue (133 minutes, plus courte que les 150 minutes du film de 1973), chacune au format DTS-HD Master Audio 5.1.

Curieusement, les sous-titres, optionnels sur la version cinéma, sont imposés sur la version longue, mais idéalement placés sur la bande noire.

Sont également disponibles, une piste d’audiodescription au format Dolby DTS 2.0 stéréo et des sous-titres pour malentendants.

Bonus - 3,0 / 5

Scènes coupées (30’). Un généreux lot de treize scènes coupées en version originale sous-titrée.

Pas plus, pas moins que pour l’édition américaine.

Papillon

Image - 5,0 / 5

L’image (2.39:1, 1080p, AVC), très précise, révèle tous les détails des gros plans comme des plans larges. Les couleurs, agréablement saturées, ont été soigneusement étalonnées et la fermeté des contrastes garantit une parfaite lisibilité de toutes les scènes, y compris celles prises dans l’obscurité des cachots.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale, ouvert sur une large bande passante, avec une bonne dynamique, assure la clarté des dialogues. L’utilisation cohérente des cinq voies crée une réelle impression d’immersion dans l’ambiance. Le son devient parfois spectaculaire, avec des basses fermes, particulièrement avec les explosions sur le chantier de construction d’une route.

Papillon

Crédits images : © Jose Haro

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 18 janvier 2019
Papillon, outre qu’il fait passer un assez bon moment, a un autre mérite : celui d’inciter à découvrir ou à revoir le film réalisé par Franklin J. Schaffner en 1973 avec Steve McQueen dans et Dustin Hoffman.

Lire les avis »

Multimédia
Papillon
Bande-annonce VF
Papillon
Bande-annonce 1 VOST
Papillon
Bande-annonce 2 VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus