Capharnaüm (2018) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Nadine Labaki
Avec Zain Al Rafeea, Yordanos Shifera et Boluwatife Treasure Bankole

Édité par Gaumont

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/03/2019
Critique

Capharnaüm

Beyrouth, de nos jours. Zain, un garçon de 12 ans condamné à 5 ans de prison pour avoir poignardé l’homme qui avait acheté sa soeur de 11 ans pour en faire son épouse, a assigné ses parents en justice : il leur demande des dommages-intérêts pour l’avoir mis au monde.

Capharnaüm, le troisième long métrage de l’actrice, scénariste et réalisatrice libanaise Nadine Labaki, après Caramel (Sukkar banat, 2007), puis Et maintenant on va où ? (2011), deux films sur la condition des femmes dans une société patriarcale, a été récompensé à Cannes en 2018 par le Prix du jury et le Prix du jury oecuménique.

Certains ont reproché à ce film sur l’enfance malheureuse son misérabilisme, sa mise en spectacle de la misère. Le sort de Zain, jeune réfugié syrien, est pourtant assez proche de celui de son jeune interprète, Zain Al Rafeea. De même que celui de Rahil, la jeune mère éthiopienne sans papiers chez lequel il trouve refuge : son interprète, Yordanos Shiferaw, a été, nous dit-on, arrêtée par la police pendant le tournage faute d’avoir pu justifier de son identité. Il n’est pas besoin de grands efforts d’imagination pour se faire une idée de la situation des réfugiés qui ont dû fuir le conflit syrien.

Capharnaüm sonne d’ailleurs assez juste, pour plusieurs raisons : il a été tourné avec un matériel léger (ce que permet de vérifier un des deux bonus), dans les décors réels des quartiers pauvres de Beyrouth (le bidonville n’a pas été construit en studio), avec des acteurs non professionnels auxquels la réalisatrice a accordé, du moins aux enfants, une grande liberté d’improvisation des dialogues.

On peut cependant estimer que le film est un peu long et que sa fin, en voulant trop enfoncer le clou, manque un peu de subtilité.

Capharnaüm, en dépit de ces réserves, s’ajoutera à la liste des films qu’il est difficile d’oublier. Il aura eu un autre mérite : Zain Al Rafeea et sa famille ont été accueillis en Norvège.

Capharnaüm

Généralités - 4,0 / 5

Capharnaüm (126 minutes) et ses suppléments (18 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un coffret blanc de 11 mm glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres imposés idéalement placés sur la bande noire sous l’image, et dans un doublage en français, les deux avec le choix d’un format audio DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo.

Sous-titres pour malentendants.

Bonus - 2,0 / 5

Les coulisses du film (15’). Sans commentaires, ce document permet de vérifier que l’essentiel du tournage s’est fait en décors naturels, avec des moyens légers. Les enfants semblent avoir été dirigés avec beaucoup de délicatesse.

La musique du film (3’). Là encore, pas de commentaires. La musique, interprétée par un orchestre de chambre avec quelques instruments orientaux et un choeur, a été enregistrée, ce que le documentaire ne précise pas, dans le théâtre phénicien de Baalbek.

Bande-annonce.

Capharnaüm

Image - 5,0 / 5

L’image (2.39:1, 1080p, AVC), précise, conserve tout au long du film une texture fine. Agréablement contrastée, elle propose des couleurs délicatement naturelles et met en valeur la qualité de la photographie.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 (ou 2.0 stéréo, au choix) assure une parfaite netteté des dialogues, jamais couverts par l’accompagnement musical, parfois envahissant. Une utilisation cohérente des cinq voies crée une assez convaincante impression d’immersion dans les bruits de la ville.

Ce constat vaut pour le doublage en français, disponible dans les deux mêmes formats.

Capharnaüm

Crédits images : © 2018 CAPHARNAÜM - MOOZ FILMS

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 27 mars 2019
Avec son regard réaliste sur la misère, un tournage dans les quartiers pauvres de Beyrouth avec des acteurs non professionnels, en dépit d’une fin moins réussie, Capharnaüm est de ces films qu’il est difficile d’oublier.

Lire les avis »

Multimédia
Capharnaüm
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus