Cold War (2018) : le test complet du Blu-ray

Zimna wojna

Réalisé par Pawel Pawlikowski
Avec Joanna Kulig, Tomasz Kot et Borys Szyc

Édité par Diaphana

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 07/03/2019
Critique

Cold War

Deux musiciens, Wiktor et Irena, parcourent la Pologne pendant l’hiver 1949 pour enregistrer les chants et danses folkloriques qu’ils vont faire revivre en créant un choeur et une troupe de danse. Au cours d’une audition, Wiktor tombe amoureux de Zula, une jeune chanteuse. Le groupe folklorique attire bientôt l’attention des autorités qui exigent que son répertoire s’oriente vers des chants « plus patriotiques », à la gloire de Staline et du communiste, ce que Wiktor ne supporte pas…

Cold War (Zimna wojna), le sixième long métrage de fiction de Pawel Pawlikowski, suit trois films mettant en avant un personnage féminin, My Summer of Love, en 2004, une délicate histoire d’amour entre deux femmes avec Emily Blunt, La Femme du Vème, en 2011, l’adaptation du roman policier de Douglas Kennedy et, le plus connu, Ida, sorti en 2013, sur la découverte d’un secret de famille qui va bouleverser une jeune novice à la veille de prononcer ses voeux, salué par une soixantaine de prix dont l’Oscar du meilleur film étranger et un BAFTA Award du meilleur film en langue étrangère.

Allons de l’autre côté : la vue sera plus belle

Cold War, inspiré de la vie sentimentale chaotique des parents du réalisateur, auxquels le film est dédié, donne aussi la préséance au personnage de Zula, beaucoup plus forte que Wiktor. Les événements politiques, qui compliqueront passion entre les deux sans pouvoir toutefois l’éteindre, voilà le fil rouge du drame romantique imaginé par Pawel Pawlikowski.

En toile de fond de cette histoire d’amour, le film épingle le totalitarisme, non seulement pour ses atteintes aux libertés, mais aussi pour l’uniformisation qu’il imposait vers ce qu’on a appelé l’académisme stalinien. C’est ainsi qu’on voit le choeur tenu de chanter l’Internationale et un hymne à la gloire du « Petit père des peuples » pendant qu’on hisse son gigantesque portrait peint sur une toile. Le besoin d’uniformisation va jusqu’à ce qu’une choriste brune doive se décolorer les cheveux pour se noyer dans la masse.

Magnifiquement filmé en noir et blanc par Lukasz Zal, nommé aux Oscars pour cette prestation, avec des contrastes plus doux dans la première partie, en Pologne, plus accusés dans les scènes censées se dérouler à Paris (les intérieurs ont été filmés dans les studios de Łódź), Le film se distingue aussi par la qualité de sa réalisation saluée par le Prix de la mise en scène à Cannes en 2018.

Cold War a deux autres atouts. Ses acteurs principaux, Tomasz Kot et, surtout, Joanna Kulig qui ajoute à ses talents d’actrice ceux d’une remarquable chanteuse dans l’arrangement swingué d’une chanson du folklore polonais. L’autre atout, justement, est la place que donne le film à la musique.

Un film envoûtant de la première scène à son inoubliable dernière réplique !

Cold War

Généralités - 4,0 / 5

Cold War (88 minutes) et son supplément (30 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier de 11 mm, glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical (illustré par l’étrange interprétation des variations Goldberg par Elliot Gould qu’on retrouve dans les crédits) propose la version originale, en polonais et en français, avec sous-titres imposés qui auraient pu être placés plus bas sur l’image, et le choix entre deux formats audio, DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo.

Sont également disponibles une piste d’audiodescription DTS Digital Surround 2.0 et des sous-titres pour malentendants.

Cold War

Bonus - 3,5 / 5

Le tournage de Cold War (13’, en anglais sous-titré). Pawel Pawlikowski dit être devenu réalisateur après avoir été un musicien, puis un photographe, puis un écrivain raté : « le cinéma est le résultat de tous mes échecs ». La musique a toujours une place dans son oeuvre. Pour Cold War, il a fait des recherches sur le folklore polonais. Il n’utilise pas de storyboard, mais compose le cadre en fonction de son inspiration. On le voit donner des indications à un acteur sur un moniteur et diriger la prise d’une scène. Il a rencontré Joanna Kulig lors du casting d’Ida, dans lequel elle tient un petit rôle et il avait créé un personnage pour elle dans La Femme du Vème.

Regard sur le film par Pierre Murat (17’). Pawel Pawlikowski conserve, comme pour Ida, la même toile de fond sinistre de la Pologne sous l’emprise de l’URSS et choisit la musique pour dénoncer l’oppression communiste. La musique est aussi montrée comme une possibilité de rapprochement avec l’occident par l’arrangement jazzy d’une chanson populaire polonaise. C’est encore par la musique qu’il souligne le désenchantement de Zula, réduite à chanter des airs débiles. Cold War est un film sur la passion entre deux personnages bien différents, celui de Wiktor, velléitaire, qui prend toutes ses décisions à contretemps, et, à l’opposé, celui de Zula, forte, déterminée à arriver à ses fins. Pawlikowski a choisi le noir et blanc parce qu’il aurait été difficile, selon lui, de rendre la tristesse des couleurs de la Pologne d’après-guerre.

Cold War

Image - 5,0 / 5

L’image (1.33:1, 1080p, AVC), très agréablement contrastée, propose des blancs lumineux et des noirs denses, avec un délicat dégradé de gris.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 (avec une alternative 2.0 stéréo) restitue avec clarté les dialogues. Aéré, avec une large ouverture du spectre et une sollicitation judicieuse des voies latérales, il donne une belle ampleur à la musique, sans aucune distorsion.

Crédits images : © Lukasz Bak

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 7 mars 2019
Magnifiquement filmé, salué par le Prix de la mise en scène à Cannes en 2018, Cold War montre, en toile de fond d’une chaotique histoire d’amour, l’atteinte aux libertés et le laminage de l’art dans le bloc soviétique.

Lire les avis »

Multimédia
Cold War
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus