Halfaouine - L'enfant des terrasses (1990) : le test complet du Blu-ray

Asfour Stah

Édition Collector Blu-ray + DVD + Livret

Réalisé par Férid Boughedir
Avec Selim Boughedir, Mustapha Adouani et Rabia Ben Abdallah

Édité par Rimini Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 31/05/2019
Critique

Noura est toujours admis dans le hammam des femmes d’un quartier populaire de Tunis. Mais il va avoir douze ans et son regard change…

Halfaouine - L'enfant des terrasses

Enfant de Halfaouine, une place d’un quartier populaire de Tunis, Noura rêve d’intégrer la « bande des grands ». Ses camarades y mettent une condition : paraissant plus jeune que son âge, le garçon peut encore être admis avec sa mère au hammam des femmes. Il aura donc pour mission d’ouvrir grand les yeux et de décrire à ses copains les charmes des belles du quartier.

Halfaouine, l’enfant des terrasses (Asfour Stah, soit « le petit oiseau des terrasses »), sorti en 1990, est, après deux documentaires, le premier long métrage de fiction du cinéaste tunisien Férid Boughedir, également professeur de cinéma, critique et auteur d’ouvrages sur le septième art et, depuis 2016, directeur des Journées cinématographiques de Carthage.

Halfaouine, l’enfant des terrasses sera suivi, en 1996, de Un été à la Goulette (Halk-el-wad, que Rimini Éditions vient aussi de rééditer), puis du téléfilm Villa Jasmin (2008) et du film Parfum de printemps (Zizou), sorti en 2016.

Des melons, des pommes, des poires

C’est la description que donne Noura (interprété par Selim Boughedir, un neveu du réalisateur) des seins de telle ou telle des clientes du hammam à ses deux copains Moncef et Mounir, depuis quelques années interdits d’entrée dans ce paradis. Une interdiction qui va frapper Noura : la gérante a remarqué que son regard sur les femmes avait depuis peu changé ! Pourtant, l’esprit de Noura est encore occupé par les contes de fées, par la rencontre d’Aïcha avec l’ogre, un personnage inquiétant que lui rappellent quelques barbus de Halfaouine, le boucher et un clochard.

Halfaouine - L'enfant des terrasses

Sur le thème de la sortie de l’enfance, Férid Boughedir observe la vie du quartier avec les yeux de Noura : les petits commerces, le chaudronnier, le marchand de vin, le coiffeur, le vendeur de fruits et légumes, le boucher et le cordonnier Salih. Ce dernier, célibataire et dragueur, compose et interprète des chansons en s’accompagnant au luth à dix choeurs et soigne sa voix avec du sirop contre la toux… remplacé par de la boukha ! C’est un personnage important du film : il propose à Noura une vision de la vie en marge des conventions officielles.

Férid Boughedir porte sur la vie du quartier un regard assez bienveillant, mais lucide. On s’amuse plutôt bien à Halfaouine, en dépit de Khemaïs, un rabat-joie qui veille au respect des bonnes moeurs et s’empresse de signaler les moindres dérives à la police et au cheik Mohktar, un imam de la mosquée voisine.

Halfaouine, l’enfant des terrasses fustige pourtant l’hypocrisie de la société : Noura est, avec le renfort de Mohktar, son professeur d’éducation religieuse, sévèrement châtié par son père pour avoir été vu en compagnie de ses deux copains en train de draguer les filles dans la rue. Il surprendra, peu après, son père en flagrant délit d’adultère. Et la critique se fait plus politique quand on assiste à l’arrestation d’un syndicaliste, puis quand Salih est conduit en prison pour avoir détourné le sens d’un slogan peint sur une façade : « Une seule pensée pour tous : celle du père de la nation ! »

La conclusion du film est limpide : comme le souligne Férid Boughedir dans son commentaire : « la vie est plus forte que le dogme ! » Et, dans la dernière scène, Noura s’affranchit délibérément du respect des bonnes manières que veut lui imposer son père. Il a grandi.

Halfaouine - L'enfant des terrasses

Généralités - 4,0 / 5

Halfaouine, l’enfant des terrasses (100 minutes) et ses suppléments (46 minutes, sans compter le commentaire audio) tiennent sur un Blu-ray BD-50 et DVD-9, logé dans les épaisses couvertures d’un mediabook.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, et dans deux doublages, en français, en allemand, tous au format audio LPCM 2.0 mono.

Sous-titres en français, anglais et espagnol.

À l’intérieur, un livret illustré de 28 pages s’ouvre sur une présentation du cinéaste dont tous les projets de films furent bloqués par le régime de l’ex-président Ben Ali. Dans un entretien avec Stéphane Chevalier, Férid Boughedir souligne que son film était une forme de réponse à la montée de l’intégrisme religieux et aux clichés occidentaux sur les communautés musulmanes. Il a choisi un enfant pour porter un regard sur les moeurs, un regard innocent, sans préjugés. L’oeil de Noura est aussi celui de la caméra. Trente ans après, le réalisateur confie : « Je m’aperçois qu’une partie de ce que je voulais capturer est toujours là. » Suit, Halfaouine ou la fantasmagorie de l’enfance, sur la découverte de la sexualité, ou plutôt de la sensualité, par un enfant prépubère qui va devoir abandonner le monde des femmes, auquel le film rend hommage, pour rejoindre celui des hommes, un passage qui peut être éprouvant.

Halfaouine - L'enfant des terrasses

Bonus - 4,5 / 5

Commentaire du film par Férid Boughedir (en français, LPCM 2.0). Dans ses souvenirs d’enfant, le hammam des femmes était un lieu inquiétant où des ombres surgissaient de la brume ambiante et où les sons étaient anormalement amplifiés. Le film montre qu’à Tunis, contrairement aux clichés répandus, les femmes avaient leur espace de liberté et que la vente d’alcool était tolérée : « la vie était plus forte que le dogme, à condition d’y mettre les formes », de rester discret. La séparation entre le monde des hommes et celui des femmes s’imposait encore : les femmes vivaient à la maison, les hommes restaient dans la rue. Les personnages du film sont, pour la plupart, inspirés par des habitants du quartier que le réalisateur a connu dans son enfance. Un commentaire précieux pour replacer l’histoire racontée dans son contexte.

Spot publicitaire (1’). Un extrait détourné du film, réalisé en Suède : le youyou des femmes pour promouvoir un site de sonneries de téléphones !

Bande-annonce (VOST).

Le Pique-nique (41’), un moyen métrage réalisé par Férid Boughedir en 1973 (4/3, 1.66:1, MPEG-2, Dolby Digital 2.0 mono), un des trois sketches du film Au pays du Tararanni. En Tunisie, avant l’indépendance. Abdelhamid, dans un train, se demande ce qu’il y aura à manger au pique-nique auquel il a été invité. Il est accueilli à la gare par un homme bizarrement accoutré, perdu de vue depuis une éternité, qui le conduit à la villa Abd Allah, une grande demeure achetée avec de l’argent gagné au marché noir. Garée devant la maison, l’épave d’une automobile avec un calicot indiquant qu’elle a été « donnée par le peuple des États-Unis d’Amérique ». « À l’origine, une Peugeot, mais je l’ai trafiquée » précise le demi-frère de l’autre homme, lui aussi curieusement habillé… Se joignent à eux trois femmes chargées de paniers avec les gamelles du pique-nique et une adolescente. Contrairement à toute attente, la voiture démarre dans un nuage de fumée…

Rappelons-nous (2008, 4’), un montage de Férid Boughedir en hommage à « trois grands disparus des cinémas africains », l’Égyptien Youssef Chahine, le Sénégalais Sembene Ousmane, et le producteur tunisien Ahmed Attia qui ont osé « lever les voiles sur les interdits ».

Halfaouine - L'enfant des terrasses

Image - 5,0 / 5

L’image (1.78:1, 1080p, AVC), soigneusement débarrassée de toute marque de dégradation de la pellicule, stable, offre des couleurs chaudes, joliment ravivées. La restauration a su préserver ce qu’il fallait du grain pour ne pas altérer la texture argentique.

Son - 5,0 / 5

Le son LPCM 2.0 mono de la version originale, très propre également, profite d’une bonne dynamique et d’une large ouverture de la bande passante pour restituer clairement les dialogues et le bel accompagnement musical d’Anouar Brahem.

Techniquement, le doublage en français est à la hauteur, mais assez monotone.

Crédits images : © Rimini Editions

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 4 juin 2019
Férid Boughedir pose un bienveillant, mais critique, sur Halfaouine, un quartier populaire de Tunis, en suivant le délicat passage d’un jeune garçon de douze ans du monde des femmes, doux et protecteur, à celui, plus rude, des hommes. Le premier volet d’une trilogie sur Tunis, poursuivie par Un été à la Goulette et Parfum de printemps.

Lire les avis »

Multimédia
Halfaouine - L'enfant des terrasses
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus