Border (2018) : le test complet du Blu-ray

Gräns

Réalisé par Ali Abbasi
Avec Eva Melander, Eero Milonoff et Jörgen Thorsson

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/06/2019
Critique

La laideur dérangeante des deux personnages principaux doit-elle susciter la pitié ou inspirer la méfiance ? À vous de voir…

Border

Tina est très laide. Mais elle est pourvue d’un odorat exceptionnel qui fait d’elle une douanière redoutablement efficace. Non seulement est-elle capable de renifler la drogue à cent pas, mais aussi de repérer les passagers qui débarquent du ferry la conscience pas tranquille. Son traintrain quotidien est bouleversé quand elle rencontre encore plus laid qu’elle, Vore, vers lequel elle est irrésistiblement attirée…

Border (Gräns, 2018) est le deuxième long métrage écrit et réalisé par Ali Abbasi, scénariste et réalisateur iranien émigré au Danemark en 2002. Son premier film, Shelley, sorti en 2016, mais pas dans nos salles, contait une horrifique histoire de gestation pour autrui.

Border est inspiré d’une nouvelle de John Ajvide Lindqvist, l’auteur qu’avait adapté Tomas Alfredson en 2009 pour son film Morse (Låt den rätte komma in), une autre fable sur la différence, remarquablement racontée, reprise par Matt Reeves dans un honnête remake sorti l’année suivante, Laisse-moi entrer (Let Me In).

Border, un mélange de romance, de policier, de fantastique et d’horreur, ne manquera pas de surprendre les plus blasés. D’abord par la laideur des deux personnages principaux, étonnamment maquillés. Une laideur dérangeante qui donne au récit les allures d’une fable sur la différence et la tolérance qui peut rappeler Freaks, la monstrueuse parade (Tod Browning, 1932) ou The Elephant Man (David Lynch, 1982).

Border

Puis la découverte des misérables conditions de vie de Tina, partageant une cabane isolée en pleine forêt avec Roland qui la traite moins bien que ses trois pitbulls de concours, fait naître un réel malaise avant que d’autres signes n’ajoutent un doute, générateur d’inquiétude, sur la vraie nature de Tina. Comment expliquer qu’elle puisse, dans ses errances nocturnes en forêt, caresser un animal aussi craintif qu’un renard ? D’où lui vient cette cicatrice au coccyx ?

Border effleure divers sujets sociétaux, le racisme, l’intégration, la tolérance, l’intégrisme… sans tomber dans les clichés, et réserve une suite de surprises, dont la moindre n’est pas une scène d’amour comme vous n’en avez encore jamais vue… même au cinéma !

Chacun des deux acteurs (la Suédoise Eva Melander et le Finlandais Eero Milonoff), qu’un habile maquillage a dotés d’un faciès néanderthalien, réussissent à créer et maintenir l’inquiétante ambiguïté de deux êtres qui ont beaucoup en commun mais, qu’au fond, tout sépare.

Border, un film que ne doivent pas manquer de découvrir les amateurs d’un cinéma différent, fut distingué par le Prix Un certain regard à Cannes, en 2018.

Border

Généralités - 3,5 / 5

Border (110 minutes) et ses suppléments 20 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non remis pour le test, effectué sur check disc.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en suédois et danois, avec sous-titres optionnels, ou dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Bonus - 3,5 / 5

Entretien avec le réalisateur (17’, en anglais, sous-titré, bonus exclusif à l’édition française). Le visionnage de Morse, une nouveauté dans le cinéma scandinave, entre film commercial et d’art et d’essai, lui a donné l’envie de rencontrer John Ajvide Lindqvist pour une adaptation de Border qu’il a choisi d’installer dans un cadre réaliste. Trois influences imprègnent Border : la mythologie de ses origines iraniennes, le Shahnameh, la littérature introspective de la Suède et les contes « magico-surréalistes » du folklore scandinave. Il a souhaité limiter le recours aux effets spéciaux pour mettre l’accent sur la psychologie de Tina, observée dans un cadre réaliste, et a cherché à donner une dimension épique à une histoire d’amour insolite entre deux êtres aux frontières de l’humanité.

Bande-annonce.

Border

Image - 4,5 / 5

L’image (2.39:1, 1080p, AVC) lumineuse, agréablement contrastée, avec des noirs denses, assure une parfaite lisibilité de tous les plans, y compris dans les scènes en faible lumière, et déploie une palette de couleurs naturelles, soigneusement étalonnées.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale et du doublage en français, avec une bonne dynamique et une large bande passante, restitue clairement les dialogues et avec finesse les bruissements de la forêt. Une répartition cohérente de l’image sonore sur les cinq canaux crée une convaincante sensation d’immersion dans l’ambiance.

Border

Crédits images : Christian Geisnaes © Meta Spark & Kärnfilm AB 2018

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 juin 2019
Un mélange de thriller, de policier, de romance et de fantastique pour un film dérangeant, distingué par le Prix Un Certain Regard à Cannes, en 2018. Pour les amateurs d’insolite !

Lire les avis »

Multimédia
Border
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus