Une Nuit à Casablanca (1946) : le test complet du Blu-ray

A Night in Casablanca

Combo Blu-ray + DVD

Réalisé par Archie Mayo
Avec Groucho Marx, Harpo Marx et Chico Marx

Édité par Le Pacte

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/09/2019
Critique

Groucho Marx prend la direction de l’Hôtel Casablanca, sans savoir qu’un officier nazi est déterminé à prendre le poste par tous les moyens : du grabuge en perspective !

Une nuit à Casablanca

Peu après la fin de la seconde guerre mondiale, le directeur de l’Hôtel Casablanca s’effondre, empoisonné. Deux de ses prédécesseurs avaient connu le même sort dans les six derniers mois. Un certain Pfferman s’est porté candidat pour le remplacer, mais ne se présente pas le jour dit : il a perdu la perruque sans laquelle il aurait été reconnu comme Stubel, un officier nazi client de l’hôtel dans lequel il a des complices parmi le personnel. C’est un inconnu, Kornblow, qui prend le poste de directeur, avec des idées audacieuses pour améliorer la gestion de l’établissement…

Une nuit à Casablanca (A Night in Casablanca), réalisé par Archie Mayo en 1946, est une sorte de parodie de Casablanca, un des chefs-d’oeuvre de Michael Curtiz, sorti quatre ans plus tôt, dont l’intrigue se déroule alors que l’autorité de la France sur le protectorat du Maroc est exercée par le gouvernement de Vichy. Warner Brothers, producteur de Casablanca, menaça les Marx Brothers d’un procès, ce qui nous vaudra le plaisir de lire trois lettres que lui adressa Groucho Marx, affirmant que Warner n’avait aucun droit d’auteur sur le nom de « Casablanca », encore moins sur celui de « Brothers ». D’ailleurs, ajoute-t-il, « nous étions « brothers » bien avant vous ! » Le livret joint à la présente édition offre une traduction de ces lettres.

Une nuit à Casablanca, une parodie du Film noir sur le mode burlesque, sera l’avant-dernier des treize films interprétés par le trio des Marx Brothers avant La Pêche au trésor (Love Happy, David Miller, 1949), avec Marilyn Monroe.

Une nuit à Casablanca

L’intrigue, Le transfert vers l’Amérique d’une incommensurable butin d’or, de pierres précieuses et d’objets d’art amassé en France par les nazis, n’est qu’un prétexte à l’expression du talent burlesque des Marx Brothers.

Play it again, Chico!

Une nuit à Casablanca ne dépaysera pas les familiers de l’univers des Marx Brothers, les trois personnages qui peuvent rappeler nos Pieds nickelés, Croquignol, Ribouldingue et Filochard. On les retrouve, une fois encore, fidèles à leur image.

Groucho, avec sa moustache peinte au cirage noir, continue d’arpenter les cadres à grandes enjambées, cassé en deux, genoux fléchis, cigare vissé dans la bouche, sans que sa tarisse son insolente logorrhée anarcho-machiste, souvent intraduisible, dont tout le sel ne peut donc être apprécié qu’avec une compréhension suffisante de l’anglais.

Chico, un chapeau mou conique sur la tête, s’insère toujours pour une exhibition virtuose au piano, sans oublier de fusiller de l’index droit les touches aigues du clavier. Ce talent s’ajoute à sa forfanterie : il prétend être le propriétaire de la compagnie de chameaux-taxis jaunes de Casablanca, la rivale des chameaux-taxis à damier.

Harpo, le muet chapardeur, continue de sauver la mise du trio en trouvant les échappatoires qu’il communique, syllabe par syllabe, par des charades mimées que seul Chico peut comprendre. Il joue aussi de la harpe, ici pour lui tout seul, sans son habituel public.

Les trois restent obsédés par tout ce qui porte jupon. Nous renvoyons le visiteur, pour plus d’informations sur le trio, à notre analyse du Marx Brothers - Coffret 5 Films, édité en novembre 2017.

ESC Éditions annonce la sortie, le 8 octobre 2019, d’un coffret DVD de sept films des Marx Brothers, dans lequel s’ajoute aux cinq du Coffret Collector de novembre 2017, Une suit à Casablanca et La Pêche au trésor.

Une nuit à Casablanca

Généralités - 4,0 / 5

Une nuit à Casablanca (85 minutes) et ses suppléments (30 minutes) tiennent, dans cette édition combo, sur un Blu-ray BD-50 et un DVD-9 logés dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur le seul Blu-ray.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 1.0.

À l’intérieur du boîtier, un livret illustré de 12 pages contenant une traduction, extraite de l’ouvrage d’Yves Alion, Les Marx Brothers (Édilig, 1985), des trois lettres adressées par Groucho Marx aux « Dear Warner Brothers ». Insolentes, ces lettres sont néanmoins solidement argumentées, déniant la prétention de WB à interdire l’usage de « Casablanca » dans le titre du film et contestant la ressemblance entre les deux oeuvres, Groucho se disant « persuadé que le cinéphile moyen apprendrait à faire la différence entre Ingrid Bergman et Harpo ». Dans les deux autres lettres, Groucho se lâche en inventant des modifications farfelues du scénario.

Une nuit à Casablanca

Bonus - 3,0 / 5

Deux documents exclusifs produits par Rose Night pour ESC Éditions :

Dans les coulisses du film, par Yves Alion (16’) sous-titré, Marx Attacks. Une nuit à Casablanca, une illustration du genre Film noir, est, après une pause de six ans, le douzième des treize films des Marx Brothers, arrivés à la fin de leur carrière. Il a été réalisé par Archie Mayo, à qui l’on doit notamment La Forêt pétrifiée (The Petrified Forest, 1936), Black Legion (1937), deux films avec Humphrey Bogart, et aussi La Péniche de l’amour (Moontide, 1942), avec Jean Gabin et Ida Lupino. Après avoir débuté très jeunes sur les planches, les frères Marx, Groucho, Chico, Harpo (Gummo ne suivra pas ses frères devant les caméras et Zeppo se retirera en 1933) viennent au cinéma en 1929 avec Noix de coco (The Cocoanuts, Robert Florey et Joseph Santley) et tiendront la vedette dans treize films, le moins bon étant Panique à l’Hôtel (Room Service, William A. Seiter, 1938) le meilleur, Soupe au canard (Duck Soup, 1933).

Marx Brothers contre Warner Brothers, par Yves Alion (13’). Dans Une nuit à Casablanca, les Marx Brothers fustigent les nazis lesquels, entre autres méfaits, avaient interdit la projection de Soupe au canard, ce qui avait amené Adolf Marx à troquer son prénom pour celui de Harpo. Groucho, à la fin de la guerre, serait même allé danser sur l’endroit où Hitler s’était terré dans son dernier bunker. La réaction de Warner Brothers contre Une nuit à Casablanca fut vive, avec la menace d’une action en justice pour plagiat de Casablanca, un chef d’oeuvre du cinéma pourtant réalisé avec un scénario improvisé au fur et à mesure du tournage, auquel Play it again Sam, le film de Herbert Ross avec Woody Allen et Diane Keaton, tristement affublé du titre français Tombe les filles et tais-toi !, rendra un bel hommage.

Pour finir, la bande-annonce.

Une nuit à Casablanca

Image - 5,0 / 5

L’image (1.37:1, 1080p, AVC), soigneusement restaurée, propose des blancs lumineux, des noirs denses et un agréable dégradé de gris, très stable. Les marques de dégradation de la pellicule ont été méticuleusement éliminées, avec une réduction du bruit qui a scrupuleusement préservé le grain originel.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 de la version originale, propre, assure une claire restitution des dialogues et des séquences musicales.

Le doublage en français, outre son manque d’inspiration, est desservi par le timbre étouffé des dialogues, ainsi que par des parasites et un bruit de fond assez forts. Tois bonnes raisons supplémentaires de préférer la version originale, la seule à communiquer l’humour des répliques de Groucho Marx.

Crédits images :

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 11 septembre 2019
Cette parodie du Film noir sur le mode burlesque sera l’avant-dernier des treize films interprétés par les Marx Brothers. Il leur vaudra des ennuis avec Warner Bros. qui y voyait un plagiat de Casablanca. Mais l’humour décapant de Groucho mettra fin à la chicane et devrait vous inciter à revoir, ou découvrir, Une nuit à Casablanca.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus