Traîné sur le bitume (2018) : le test complet du Blu-ray

Dragged Across Concrete

Réalisé par S. Craig Zahler
Avec Mel Gibson, Vince Vaughn et Tory Kittles

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 29/10/2019
Critique

Deux policiers suspendus sans traitement vont se reconvertir pour meubler leur temps libre et mettre du beurre dans leurs épinards.

Traîné sur le bitume

Bulwark, Alberta, Canada. Henry Johns, sorti de prison, surprend sa mère, gardienne de son jeune frère Ethan, en train de se prostituer pour joindre les deux bouts et se payer ses doses d’héroïne : il lui faut vite trouver un coup rémunérateur. Deux policiers dédiés à leur mission et efficaces, Brett Ridgeman, proche de la retraite, et Anthony Lurasetti, de vingt ans son cadet, viennent d’être suspendus pour six semaines sans traitement après l’arrestation musclée d’un dealer latino filmée par un téléphone mobile. Situation intenable pour les deux policiers : Brett veut quitter le quartier où sa fille s’est fait agresser cinq fois et Anthony est à la veille de demander la main de Denise. Ils décident de profiter de leur congé forcé pour mettre la main sur le magot d’un trafiquant…

Traîné sur le bitume (Dragged Across Concrete) est le troisième long métrage de S. Craig Zahler, romancier, scénariste, réalisateur et compositeur à ses heures perdues, après Bone Tomahawk, un western assaisonné d’horreur, salué par le Grand prix au Festival international du film fantastique de Gérardmer en 2015, et Section 99 (Brawl in Cell Block 99), sorti deux ans plus tard, une plongée dans la violence de l’univers carcéral.

Le scénario, imaginé et écrit par le réalisateur, comme celui des deux autres films, va faire se croiser les chemins de Brett, Anthony et Henry. Après une mise en place des personnages un peu longuette qui aurait pu faire l’économie de certains personnages secondaires, comme celui de Kelly Summer, interprétée par Jennifer Carpenter, on est pris dans l’engrenage jusqu’à la scène finale dont l’action se déroule sur près d’une heure, pratiquement en temps réel.

Traîné sur le bitume

Traîné sur le bitume a des points communs avec les deux films précédents : l’âpre violence de nombreuses scènes, un sens du cadrage, de longs plans fixes sur les personnages principaux (ici des deux policiers en planque dans leur voiture), meublés par des dialogues bien écrits, donnant de l’épaisseur aux personnages. Pas d’accompagnement musical, juste la musique diégétique diffusée par la radio ou la télé (des chansons écrites et composées par le réalisateur et Jeff Herriott). On y retrouve aussi la qualité des éclairages et de la photo, souvent nocturne, toujours prise par une caméra posée, de Kenji Bakshi, chef opérateur des deux oeuvres précédentes de S. Craig Zahler. Ses trois films ont, de plus, tous été confiés au même monteur, Greg D’Auria.

Vince Vaughn, dans le rôle d’Anthony Lurasetti et, dans des rôles secondaires, Jennifer Carpenter, Don Johnson et Udo Kier figuraient déjà au casting de Section 99. Brett, c’est Mel Gibson, naturel dans son interprétation d’un flic blasé, peut-être le Martin Riggs de L’Arme fatale (Lethal Weapon, Richard Donner, 1987), désabusé par une trop longue expérience du métier.

Le troisième rôle important, celui de Henry, est tenu par Tory Kittles, un des flics de la saison 1 de True Detective (2014, 3 saisons, 24 épisodes) et en tête d’affiche de Colony (créée par Ryan J. Condal et Carlton Cuse en 2016, 3 saisons, 36 épisodes).

Présenté en 2018 à la Mostra de Venise et au London Festival, en dépit d’un bon accueil critique, Traîné sur le bitume, distribué à peu près partout sur la planète, a été privé de sortie nationale en France. Cette édition vidéo pourrait donner à un original renouvellement du film noir, plus élaboré que les deux films précédents, la chance qu’il mérite de toucher un plus large public.

Traîné sur le bitume

Généralités - 3,0 / 5

Traîné sur le bitume (159 minutes) et ses suppléments (47 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non fourni pour le test.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Une édition DVD est également disponible, avec le même contenu.

Bonus - 2,0 / 5

Le tournage du film, en trois parties (18’, 8’ et 15’). S. Craig Zahler rappelle qu’il est l’auteur de quatre romans et d’une dizaine de scénarios écrits dans l’ordre chronologique, souvent d’un seul trait, sauf pour les dialogues qu’il cherche toujours à peaufiner. Il tente de justifier l’existence du personnage de Kelly Summer bien qu’elle ait plutôt tendance à charger inutilement le scénario.

Conflits moraux (7’). S. Craig Zahler dit « ne pas vouloir changer le monde », seulement faire des films pour émouvoir le spectateur.

Extraits de scènes, quelques plans de tournage et beaucoup de platitudes étirées par une lassante litanie de compliments échangés par les membres de l’équipe.

À ne voir qu’après le film, conseille sagement un avertissement en exergue.

Pour finir, les bandes-annonces de films édités en vidéo par Metropolitan Films : Le Casse (The Trust, Alex et Benjamin Brewer, 2016), Cogan (Killing Them Softly) (Andrew Dominik, 2012), End of Watch (David Ayer, 2012), Destroyer (Karyn Kusama, 2018) et En cavale (Term Life, Peter Billingsley, 2016).

Traîné sur le bitume

Image - 4,5 / 5

L’image (2.40:1, 1080p, AVC), bien définie, lumineuse dans les scènes de jour, agréablement contrastée, dans une palette variée de couleurs (dans laquelle domine parfois le bleu, parfois le jaune), avec des noirs denses, assure une bonne lisibilité des scènes de nuit, pourtant fréquemment filmées en contre-jour.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1de la version originale restitue clairement les dialogues. Une bonne dynamique, alliée à une large bande passante, avec des basses fermes et une utilisation judicieuse des canaux latéraux réussissent à immerger le spectateur dans l’ambiance des scènes d’action.

Ces observations valent pour l’honnête doublage, avec des dialogues au timbre un peu trop mat.

Crédits images : © David Bukac

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 octobre 2019
Présenté en 2018 à la Mostra de Venise et au London Festival, en dépit d’un bon accueil critique, distribué à peu près partout sur la planète, Traîné sur le bitume a été privé de sortie nationale en France. Un original renouvellement du film noir à ne pas manquer !

Lire les avis »

Multimédia
Traîné sur le bitume
Bande-annonce VF
Traîné sur le bitume
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus