Yesterday (2019) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Danny Boyle
Avec Himesh Patel, Lily James et Ed Sheeran

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/02/2020
Critique

Dernier film de Danny Boyle, cette histoire d’amour aux allures de conte de fées vous offre en prime plusieurs tubes des Beatles. De qui ?

Yesterday

Jack Malik, un ex-prof, approvisionne maintenant les rayons d’un supermarché, ce qui lui laisse du temps pour vivre sa passion, composer et chanter… dans les écoles, dans la rue ou dans des bars… en attendant la célébrité. Sa meilleure amie, Ellie Appleton, prof, est son manager. Jack rentre chez lui un soir à vélo au moment où toute la planète est privée d’électricité pendant douze secondes. Dans le noir, il est percuté par un bus et se réveille à l’hôpital avec deux incisives en moins et sa guitare en morceaux. À sa sortie, ses amis lui offrent une guitare neuve et lui demandent une chanson. Il interprète Yesterday, une chanson que tous trouvent admirable. Il leur dit que c’est un des succès des Beatles. Mais personne n’a jamais entendu parler de ce groupe, aussi inconnu sur Google que Coca Cola ou le mot « cigarette »… comme s’ils n’avaient jamais existé ! Jack s’active à répéter tout le répertoire des Beatles et acquiert vite une notoriété mondiale.

Yesterday, sorti dans nos salles en juillet 2019, est la plus récente réalisation de Danny Boyle, soudainement révélé à la planète entière en 1994 par Petits meurtres entre amis (Shallow Graves) qui avait lancé la carrière sur le grand écran de Kerry Fox, Christopher Eccleston et Ewan McGregor. Ce dernier sera, deux ans plus tard, en tête d’affiche de l’inclassable, l’inoubliable et décapant Trainspotting, un grand moment de cinéma différent. Il y eut quelques ratages, comme La Plage (The Beach, 2000), et une suite de réussites dans tous les genres, le fantastique horrifique avec 28 jours plus tard (28 Days Later…, 2002), la science-fiction apocalyptique avec Sunshine (2007), le drame romantique avec Slumdog Millionaire (2008), le docu-fiction avec l’angoissant 127 heures (127 Hours, 2010), le biopic avec Steve Jobs (2015), un retour à l’inclassable en 2017 avec T2 Trainspotting.

Yesterday

You composed this song? No, The Beatles did. The what?

Bonne idée que d’avoir imaginé la conjonction d’un blackout, d’un bus et d’un vélo pour le coup de baguette magique qui va faire sortir Jack de l’anonymat, lui permettre de réaliser son rêve, improbable malgré son talent : devenir une star de la chanson ! Une idée comparable à celle qu’avaient eue le réalisateur Laurent Tuel et le scénariste Christophe Turpin pour Jean-Philippe, sorti en 2005.

All you need is love!

Yesterday permet à Danny Boyle de s’essayer à la comédie romantique à l’intrigue classique : Ellie est tombée amoureuse de Jack qui n’éprouve pour elle que de l’amitié. L’accès de Jack à la célébrité, l’intrusion d’un nouveau manager, une femme qui n’a pas froid aux yeux, tout laisse à penser que la relation d’Ellie et Jack va bientôt toucher à sa fin. Himesh Patel (aucun lien de parenté avec Dev Patel, l’acteur principal de Slumdog Millionaire), en dépit, ou à cause de son peu d’expérience devant les caméras (acquise dans l’interminable et inexportable soap britannique Eastenders qui continue de sévir depuis 1985) se glisse naturellement dans la peau d’un personnage timide, un peu gauche, désorienté par un succès autant rêvé qu’inattendu.

Un contraste avec Ellie, décontractée, jamais prise au dépourvu, interprétée par la pétillante Lily James, au meilleur de sa forme. On remarque dans le reste de la distribution le chanteur Ed Sheeran, une star du pop outre-Manche, discret dans un rôle en arrière-plan, mais surtout, dans le rôle de Debra Hammer, l’impresario de Jack, Kate McKinnon, révélée en 1975 par le magazine télévisé Saturday Night Live, et qu’on avait récemment appréciée dans le reboot de SOS Fantômes (Ghostbusters, Paul Feig, 2016) et dans la comédie L’Espion qui m’a larguée (The Spy Who Dumped Me, Susanna Fogel, 2018).

Yesterday tire évidemment une grande partie de son intérêt de l’hommage aux chansons des Beatles dont les tubes se succèdent les uns aux autres : I Want to Hold Your Hand, Let It Be, A Hard Day’s Night, All You Need Is Love… sans oublier Hey Jude qu’Ed Sheeran veut rebaptiser Hey Dude. Un délicat hommage que leur rend Himesh Patel en son direct s’accompagnant à la guitare sèche.

Ce sympathique film tous publics remettra à beaucoup en mémoire les indémodables chansons des Beatles et permettra aux plus jeunes de découvrir une bonne partie de leur répertoire.

Yesterday

Généralités - 4,0 / 5

Yesterday (116 minutes) et ses suppléments (66 minutes, sans compter le commentaire audio) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier standard.

Le spartiate menu fixe et musical à pictogrammes, cher à Universal, propose la version originale, avec sous-titres optionnels, au format audio Dolby Atmos (compatible Dolby TrueHD 7.1) et dans deux doublages, en français et en espagnol, au format Dolby Digital Pus 7.1.

Piste d’audiodescription en anglais Dolby Digital 2.0 stéréo.

Sous-titres disponibles en français, espagnol, néerlandais, danois et finnois. Et en anglais pour malentendants.

Cette édition est le clone de celle sortie aux USA le 24 septembre qui proposait déjà les deux doublages en français et en espagnol.

Est sortie simultanément une édition combo 4K UHD + Blu-ray avec le même contenu.

Bonus - 4,0 / 5

Commentaire audio de Danny Boyle et Richard Curtis (sous-titré, DD 2.0). Un commentaire utile et bien articulé des deux créateurs du film sur le scénario, les options de mise en scène, le choix des acteurs, les raisons de l’exclusion de certaines séquences… avec des anecdotes de tournage. Le plat de résistance des bonus.

Fin alternative (3’), moins conte de fées que celle retenue, moins convenue, mais plus subtile.

Scènes coupées (12, d’une durée cumulée de 23’). Avec une image et un son parfaits, elles forment un agréable complément au film.

Live at Abbey Road Studios (10’). Himesh Patel enregistre Yesterday, I Want to Hold Your Hand et Let It Be.

Ouverture alternative (5’) : elle aurait été, elle aussi, une bonne introduction au récit.

Bêtisier (2’).

Un duo talentueux (3’), celui formé par le réalisateur Danny Boyle et le scénariste Richard Curtis, encensés par les acteurs.

Jouer pour de vrai (6’). Himesh Patel s’est entraîné pendant dix mois avec Adem Ilhan, un producteur de musique, à interpréter les chansons des Beatles en s’accompagnant à la guitare. Pas de playback : toutes les chansons du film ont été prises en son direct.

Âmes soeurs (5’). Himesh Patel dit qu’il a été soutenu par Lily James à laquelle tous rendent hommage.

Ed Sheeran : de Wembley à l’écran (3’). Le film, son premier rôle au cinéma, lui rappelle ses débuts dans la chanson. Les plans du film à Wembley ont été tournés à l’occasion d’une de ses performances.

Agent de comédie : Kate McKinnon (3’). L’actrice tient le rôle de Debra Hammer, l’agent de Jack, un personnage de vilain qui a rappelé à Richard Curtis le temps où il écrivait la série The Black Adder (La Vipère Noire), son premier scénario.

Conversation avec Richard et Ed (3’), le scénariste et Ed Sheeran.

Tous ces petits documents sous-titrés, repris de l’édition américaine, forment un sympathique ensemble.

Yesterday

Image - 5,0 / 5

L’image digitale (2.39:1, 1080p, AVC), précise, lumineuse, bien contrastée, avec des noirs très denses, propose une chaude palette de couleurs joliment saturées et étalonnées avec soin. On appréciera aussi le fin grain qui confère à l’image sa délicate texture.

Son - 5,0 / 5

Le son Dolby Atmos, testé sous le format compatible Dolby TrueHD 7.1, bénéficie d’une généreuse ouverture de la bande passante avec des basses fermes. Une répartition optimale du signal sur les sept canaux donne une belle ampleur à la musique et crée une cohérente sensation d’immersion dans l’ambiance, sans jamais compromettre la clarté des dialogues.

Le doublage en français au format Dolby Digital Plus 7.1, immersif lui aussi, fait correctement le job, mais révèle ses faiblesses avec des dialogues assez plats et au timbre trop mat.

Crédits images : © Universal Pictures

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 20 février 2020
En contant cette insolite histoire d’amour, le réalisateur de Trainspotting et de Slumdog Millionaire rend un sympathique hommage aux Beatles. Une édition, remarquable pour la qualité de l’image et du son, enrichie par un intéressant commentaire de Danny Boyle.

Lire les avis »

Multimédia
Yesterday
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus