The New Pope (2019) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Paolo Sorrentino
Avec John Malkovich, Silvio Orlando et Jude Law

Édité par Studiocanal

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/03/2020
Critique

Ceux qui ont aimé The Young Pope ne seront pas déçus par cette brillante suite des intrigues qui font trembler les piliers du Vatican.

The New Pope

Pie XIII semblant ne pas pouvoir sortir du coma dans lequel il est plongé depuis neuf mois, le cardinal Voiello, secrétaire d’état du Vatican, réunit un conclave qui élit, dans l’attente d’un meilleur candidat, un outsider jugé falot. Pourtant, à peine intronisé, quand il prend conscience de son pouvoir, François II surprend en prônant l’austérité, en ouvrant les portes du Vatican aux migrants sans-abri et en affichant son intention de raboter les privilèges des cardinaux. Mais, au grand soulagement de ces derniers, il meurt très vite, officiellement d’une insuffisance cardiaque. Voiello convainc Sir John Brannox, un aristocrate anglais qu’on dit avoir converti de nombreux anglicans au catholicisme, de se présenter aux suffrages du conclave qui l’élit à l’unanimité des voix… sauf une, la sienne. Il sera Jean-Paul III, le nouveau pape.

The New Pope, une coproduction italienne, française et espagnole par The Apartment - Wildside avec Haut et Court TV et The Mediapro Studio, diffusée par Canal+, Sky et HBO, vient, après une attente de plus de trois ans, nous conter la suite de la série The Young Pope, sortie à l’automne 2016. Cette suite confirme, après La Grande Bellezza et Youth, le talent et l’originalité de son créateur, Paolo Sorrentino. Il n’a d’ailleurs pas chômé pendant ces trois ans pendant lesquels il s’est investi dans l’écriture et la réalisation d’un documentaire-fiction sur Silvio Berlusconi, Silvio et les autres (Loro), sorti sous deux montages : l’un en deux volets, Loro 1 et Loro 2 (104 minutes + 100 minutes) et l’autre dans une version dite internationale, Loro, d’une durée de 157 minutes. Il s’emploie aujourd’hui à l’écriture de Mob Girl, l’histoire réelle d’une jeune femme devenue indic du FBI, dans lequel Jennifer Lawrence tiendra le rôle-titre.

Avec The New Pope, Paolo Sorrentino reprend l’histoire là où il l’avait laissée à la fin de la première saison, avec un puissant ressort dramatique : qu’adviendrait-il si Pie XIII finissait par sortir de son coma.

Pour le scénario et les dialogues, le réalisateur s’est assuré la collaboration d’Umberto Contarello, coscénariste de six autres de ses films, et de Stefano Bises, coscénariste de la remarquable minisérie Corleone (Il Capo dei capi, 2007, 6 épisodes) et cocréateur de Gomorra - La série (2014, 4 saisons, 48 épisodes).

Derrière la fiction transparaît la réalité. Le successeur furtif de Pie XIII, Don Tommaso Viglietti, qui a choisi le nom François II par référence à François d’Assises, vise sans équivoque le pape François, quand il décide, dès le début de son pontificat, d’entreprendre une réforme des institutions du Vatican et d’épingler le train de vie des cardinaux en éveillant leur hostilité.

The New Pope, dans la foulée de la première saison, expose les intrigues florentines ourdies dans les couloirs et antichambres du palais, la pédophilie et l’homosexualité au sein de l’église et les problèmes sociétaux tels que l’accès des femmes à la prêtrise, le mariage gay, les attentats islamistes…

Tout ça avec humour, mais un humour grinçant, parfois iconoclaste : lorsque Sharon Stone est reçue en audience privée pour lui demander d’autoriser le mariage religieux entre personnes du même sexe, Jean-Paul III, qui se souvient sûrement de Basic Instinct, la prie instamment d’éviter de croiser et décroiser les jambes pendant toute la durée de l’entretien !

Jean-Paul III souffre d’une personnalité au moins aussi complexe que celle de Lenny Belardo/Pie XIII. Jamais remis du traumatisme causé pendant son adolescence par la mort de son frère jumeau, ce qui lui valut d’être rejeté par ses parents, il tente de calmer ses angoisses ou d’oublier ses crises de panique en sniffant des lignes de poudre blanche. Un humour leste aussi, avec quelques scènes sexuelles assez graphiques.

The New Pope continue d’être servie par la solide distribution du premier volet. John Malkovich, « le nouveau pape », en prenant le relais de la brillante prestation de Jude Law, « le jeune pape » de la première saison, communique avec une élégance naturelle la distinction, la rouerie, mais aussi le mal-être du personnage, auquel il réussit à donner une réelle épaisseur. On retrouve deux actrices présentes dès le début de la série, Cécile de France qui donne une forte présence au personnage important de Sofia Dubois, directrice de la communication du Saint-Siège et Ludivine Sagnier, dans le rôle d’Esther Aubry, une jeune épouse en mal d’enfant. Le cardinal Voiello est interprété avec finesse par Silvio Orlando qui s’était fait connaître du grand public en 1989 dans Palombella Rossa de Nanni Moretti. Le reste de la distribution des rôles de la trentaine de personnages récurrents, dont l’étrange Bauer, reste à un bon niveau.

La série détient d’autres atouts : une somptueuse reconstitution du palais du Vatican dans les studios de Cinecittà, une profusion de costumes, une armée de figurants, dont les iconiques gardes suisses. Mais elle brille aussi par le soin apporté à la photographie, celle de Luca Bigazzi, devenu le chef opérateur attitré de Paolo Sorrentino, et à l’écriture filmique, avec des mouvements de caméra, des éclairages, des angles et des cadrages recherchés et harmonieux, avec, parfois, une déformation délibérée des proportions dans les travellings et panoramiques filmés avec une focale courte dans la scène du conclave de l’épisode 1.

Tout cela fait de The Young Pope et de sa suite, The New Pope, en dépit de quelques intrigues secondaires moins prenantes, une série insolite et captivante dont on aimerait bien connaître la suite que laisse espérer une fin ouverte.

The New Pope

Généralités - 2,5 / 5

The New Pope (9 épisodes d’une durée cumulée de 486 minutes) tient sur trois Blu-ray BD-50, logés dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check discs.

Le menu fixe et muet propose la série dans sa version originale, en anglais et en italien, avec sous-titres imposés, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

L’illustration du générique, par des danses lascives de jeunes nonnes sur fond de musique pop virant au rap, est renouvelée à l’entrée de chacun des épisodes, puis remplacée, pour les trois derniers, par un travelling latéral montrant des jeunes femmes en maillot deux pièces, médusées par la beauté statuesque de Lenny Belardo qui arpente en bikini blanc les planches d’une plage.

Une édition DVD sort simultanément, ainsi qu’un coffret regroupant The Young Pope + The New Pope (6 Blu-ray ou 7 DVD).

Bonus - 0,0 / 5

Rien, pas même le maigre supplément qui complétait The Young Pope.

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (1.78:1, 1080i, AVC), précise et fine, bien contrastée, propose des couleurs agréablement saturées, avec un soigneux étalonnage respectant les tons de peau et mettant en valeur le luxe éblouissant des décors et des costumes.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale, principalement en anglais, accessoirement en italien, restitue avec une parfaite clarté les savoureux dialogues, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical, malicieusement ironique, et l’ambiance qui, dans l’ensemble, reste toutefois un peu trop frontale.

Ces observations valent pour le doublage qui place les dialogues un peu trop en avant et fait perdre le charme des accents des acteurs enregistrés en son direct.

Crédits images : Gianni Fiorito © Wildside/Sky Italia/Haut et Court TV/Mediaproducción 2019. All rights reserved - Studiocanal

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 12 mars 2020
The Young Pope et sa suite, The New Pope, forment une série à l’humour grinçant, créée par Paolo Sorrentino, le réalisateur de La Grande Bellezza. Elle bénéficie de gros moyens et d’une remarquable distribution en tête de laquelle s’imposent Jude Law et John Malkovich. On aimerait bien connaître la suite que laisse espérer une fin ouverte.

Lire les avis »

Multimédia
The New Pope
Teaser VO
The New Pope
Bande-annonce 1 VOST
The New Pope
Bande-annonce 2 VOST
The New Pope
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus