Le Journal d'une femme de chambre (1946) : le test complet du Blu-ray

The Diary of a Chambermaid

Édition Collector Blu-ray + DVD + Livre

Réalisé par Jean Renoir
Avec Paulette Goddard, Burgess Meredith et Hurd Hatfield

Édité par Sidonis Calysta

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 17/11/2021
Critique

Un des grands films de la parenthèse hollywoodienne de Jean Renoir, encore absent des catalogues, sort enfin dans une édition de référence !

Journal d'une femme de chambre

Célestine, une femme de chambre, est engagée dans le château des Lanlaire, en Normandie. Elle va découvrir une maison et une famille pleines de secrets et de zones d’ombre. Les Lanlaire ne vivent que pour leur fils Georges, gravement malade. Georges s’éprend de Célestine, mais Joseph, le valet de chambre, également amoureux de la jeune femme, essaie de contrecarrer ses plans.

Journal d’une femme de chambre (The Diary of a Chambermaid), sorti en février 1946 aux USA, deux ans plus tard en France, est le cinquième des six longs métrages réalisés par Jean Renoir à Hollywood qu’il avait fantasmé comme le temple du cinéma, celui de D.W. Griffith, de Charles Chaplin et d’Erich von Stroheim. Le rêve fut suivi de désillusions, principalement causées par l’intrusion des studios dans la réalisation, qui ne l’empêchèrent pas de s’installer à Beverly Hills et d’y réaliser deux films majeurs, L’Homme du Sud (The Southerner), en 1945, sur les difficultés d’une famille pauvre à exploiter son lopin de terre, avec Zachary Scott et Betty Field, et, dans la foulée, Journal d’une femme de chambre.

Porter à l’écran le roman sulfureux publié par Octave Mirbeau en 1900 était un audacieux défi, surtout depuis l’entrée en vigueur du Code Hays en 1934. Les perversions du roman ne sont que sous-entendues, bien qu’on puisse les deviner derrière une apparente pureté des sentiments. Et, pour faire passer la pilule, l’histoire se termine avec une fin heureuse, comme dans les contes de fées.

Journal d'une femme de chambre

Avec Journal d’une femme de chambre, Jean Renoir confirme son talent pour la composition des cadres, le choix des angles de prise de vue, les mouvements de caméra, qu’il utilise avec virtuosité dans les scènes de foule de la fête du 14 juillet, mis en valeur par la photo de Lucien M. Andriot, un Français qui déroula presque toute sa carrière aux USA, chef-opérateur de plus de 200 films, dont Bird of Paradise (King Vidor, 1932).

On retrouve aussi sa maîtrise de la direction d’acteurs, confirmée par la lumineuse présence de Paulette Goddard, bien entourée par Hurd Hatfield, qui venait d’être révélé par Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray, Albert Lewin, 1945), et, surtout, par Francis Lederer, convaincant dans son interprétation de Joseph, le majordome plus hautain que ses maîtres, et par Judith Anderson, une grande actrice rendue célèbre en 1940 par le rôle de Mrs. Danvers dans le Rebecca d’Alfred Hitchcock.

Journal d’une femme de chambre, emblématique du cinéma de Renoir par son thème - les rapports entre maîtres-domestiques - et remarquable par l’inventive sûreté de sa réalisation, parfois mésestimé, ne fait pourtant pas pâle figure auprès de son chef-d’oeuvre, La Règle du jeu.

Rien ne justifiait que le film soit resté si longtemps absent de nos catalogues vidéo. Un oubli maintenant largement réparé par l’édition définitive que nous propose Sidonis Calysta d’un film soigneusement restauré et complété par un livre de 80 pages et par plus de deux heures de bonus vidéo d’excellente tenue.

Un bel hommage au « plus français des cinéastes français »…. mort américain. Une des grandes éditions de l’année !

Journal d'une femme de chambre

Généralités - 3,5 / 5

Journal d’une femme de chambre (87 minutes) et ses généreux suppléments (134 minutes) tiennent, dans cette édition combo, sur Blu-ray BD-50 et sur un DVD-9 logés dans les couvertures d’un digibook.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en anglais, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 2.0 mono (Dolby Digital 2.0 mono sur le DVD).

Un livre de 80 pages contient un texte intitulé Jean Renoir en Amérique, rédigé par Pascal Mérigeau, critique et auteur de plusieurs ouvrages, dont Jean Renoir (Flammarion, 2013). Grâce au succès planétaire de La Grande illusion, Renoir réussit à signer un contrat avec la Fox et, malgré quelques frustrations, réalisera six films à Hollywood où il vécut trente-huit ans, la plus grande partie de sa vie. Le livre passe rapidement en revue cinq films pour s’attarder sur la genèse, le tournage et l’analyse critique de son chef-d’oeuvre américain, Journal d’une femme de chambre. Suit, sur 10 pages, un article intitulé La France sur le motif, par Charlotte Garson, critique, notamment autrice de Jean Renoir (Le Monde/Cahiers du cinéma, 2008). Elle évoque les personnages principaux, « de sales âmes », les distances avec le roman qu’imposait l’autocensure, met en parallèle le film avec La Règle du jeu

Journal d'une femme de chambre

Bonus - 3,5 / 5

Sur le Blu-ray et le DVD :

Présentation du film par Bertrand Tavernier (40’, Sidonis Calysta, Alain Carradore, 2021), « L’importante parenthèse » de Renoir en Amérique a été diversement appréciée, parfois « de manière délirante » par les critiques. Il a, certes, été gêné par la barrière de la langue pour diriger les acteurs et pouvoir « ruser » avec les strictes règles des studios, mais il a réalisé deux films majeurs, L’Homme du Sud et Journal d’une femme de chambre, « qui contient les scènes les plus abouties de toute son oeuvre, (…) visuellement splendides », et l’interprétation « solaire » de Paulette Goddard. Une des toutes dernières chroniques passionnées de Bertrand Tavernier, disparu le 21 mars 2021 !

Présentation du film par Jean-François Rauger (37’, Sidonis Calysta, Alain Carradore, 2021). Influencé par le naturalisme, intéressé par les rapports entre maîtres et domestiques, Renoir rêvait d’adapter le « brûlot anti-bourgeois » de Mirbeau, dont un chapitre avait, en 1925, en partie inspiré son premier film, La Fille de l’eau. Après un refus de la RKO et de la Fox, le film fut produit par Benedict Bogeaus qui s’était enrichi dans l’immobilier, le futur producteur des westerns d’Allan Dwan, et par le couple Paulette Godard-Burgess Meredith. Renoir a préféré au réalisme une « artificialité théâtrale » qui décevra la critique. Après un succès relatif aux USA en février 1946, le film fut accueilli tièdement en France. L’entretien se termine sur une comparaison avec l’adaptation du roman par Luis Buñuel.

Sur le seul Blu-ray :

Jean Renoir en Amérique (57’) de David Thompson (BBC, 1994). Ce documentaire, édité pour la première fois en France, retrace la vie de Jean Renoir aux USA, recueille les vues et critiques sur l’ensemble de l’oeuvre du cinéaste, et pas seulement sur les films réalisés à Hollywood, le témoignage de proches ou d’artistes qui l’ont côtoyé. Et, surtout, plusieurs entretiens avec Jean Renoir, enregistrés dans les années 60.

Journal d'une femme de chambre

Image - 4,0 / 5

L’image (1.37:1, 1080p, AVC), restaurée pour l’édition Olive Films sortie aux USA en 2013, un peu trop douce, plutôt bien stabilisée, débarrassée des marques de dégradation de la pellicule, avec un contrôle du grain respectueux de la texture argentique, propose un fin dégradé de gris, entre des blancs lumineux et des noirs denses, avec quelques occasionnelles variations d’étalonnage affaiblissant des contrastes généralement bien équilibrés.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 mono de la version originale (Dolby Digital 2.0 mono sur le DVD), restitue très clairement les dialogues, toujours bien priorisés sur un accompagnement musical délivré avec très peu de saturations. Un léger souffle se fait vite oublier par sa régularité.

Le doublage, au même format, acceptable artistiquement, avec un souffle variable et des dialogues étouffés, pauvres en aigus, n’a pas été pris en compte pour l’attribution de la note. Certaines scènes, dont le doublage n’a pas été retrouvé, sont en anglais sous-titré.

Crédits images : © Benedict Bogeaus Production

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 18 novembre 2021
Rien ne justifiait que ce film, un des meilleurs que Jean Renoir réalisa à Hollywood, soit resté si longtemps absent de nos catalogues vidéo. L’oubli est maintenant largement réparé par l’édition définitive que nous propose Sidonis Calysta d’un film soigneusement restauré et complété par un livre de 80 pages et par plus de deux heures de bonus vidéo d’excellente tenue.

Lire les avis »

Multimédia
Le Journal d'une femme de chambre
Teaser

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)