Primal - Saison 1 (2019) : le test complet du Blu-ray

Genndy Tartakovsky's Primal

Réalisé par Genndy Tartakovsky

Édité par Warner Bros. Entertainment France

Voir la fiche technique

Critique

Une série animée qui porte formidablement son nom, aussi magnifique que brutale, signée du génial Genndy Tartakovsky.

Primal

Un homme des cavernes à l’aube de l’évolution et un dinosaure au bord de l’extinction se lient d’amitié par la tragédie. Cette amitié improbable devient leur seul espoir de survie dans un monde primitif et violent…

Dr Genndy & Mr Tartakovsky

À regarder de près la carrière de Genndy Tartakovsky, qui évolue depuis maintenant 30 ans dans le monde de l’animation, on perçoit distinctement deux courants chez ce réalisateur d’origine russe. Le premier est coloré, joyeux, dynamique, bourré d’humour et de gags que n’aurait pas renié Tex Avery, et on y trouve Le Laboratoire de Dexter, Les Supers Nanas (bientôt adaptées en film live) ou encore la trilogie (bientôt quadrilogie) Hôtel Transylvanie et ses monstres en folie. Et le second, plus sérieux, contemplatif, mélancolique, sombre voire brutal… c’est là que l’on trouve Samourai Jack, Star Wars : Clone Wars (Animation 2D) (à ne pas confondre avec Star Wars : The Clone Wars), Sym-Bionic Titan et désormais Primal dont la première saison s’est terminée en novembre dernier.

Primal

Créateur, producteur, scénariste, storyboardeur et réalisateur, Tartakovsky maîtrise de bout en bout cette nouvelle oeuvre, sans dialogue (un homme préhistorique et un dinosaure, ça grogne plus que ça parle), et aux graphismes qui non contents de transpirer le style Tartakovsky, empruntent également à toute une iconographie chère à Frank Frazetta (notamment pour ses illustrations de Conan et bien évidemment celles de dinosaures), ou aux grandes heures de Métal Hurlant. Bien calées dans un format scope intimiste, les images de Primal captivent dès les premières secondes. Les décors y sont fouillés, le rythme y est posé (sauf quand l’action prend le dessus) et l’absence de dialogue est soutenue par une bande sonore travaillée et une musique à base de sons tribals et parfois distordus signés Tyler Bates (300, Watchmen - Les gardiens, John Wick) et Joanne Higginbottom (superviseuse musicale et percussionniste). L’animation quant à elle (assurée par les français du Studio La Cachette), passe du plus contemplatif au plus nerveux, n’hésitant pas à verser dans le gore le plus graphique et sanguinolent (ce qui vaut à la série une interdiction aux moins de 12 ans) et même parfois vers une ambiance fantasy.

Mais au coeur de ce duo improbable, formé par Spear (« Lance », l’homme) et Fang (« Croc », le dinosaure) c’est surtout la tragédie puis la coopération, qui va soutenir les 10 épisodes de cette première saison, non sans faire quelques détours du côté de la tendresse ou de l’humour. Que ceux qui tenteront l’expérience se rassurent face au cliffhanger du dernier épisode, la saison 2 est bien en route.

Après les séries déjà citées plus haut, toutes plus recommandables les unes que les autres, Genndy Tartakovsky ajoute donc avec Primal, un nouveau trophée à son palmarès, trophée d’ailleurs déjà récompensé par une belle poignée de prix dont 3 Emmy Awards 2020 et 2 Annie Awards 2021.

Primal

Généralités - 3,5 / 5

À l’heure de la VOD, Primal arrive donc, contre toute attente, en vidéo en France, uniquement en Blu-ray (et ce n’est pas plus mal). Les 10 épisodes de 22 minutes environ rentrent tous sur un seul disque qui accueille également un court supplément. Le disque à la sérigraphie sobre et rouge est logé dans un boîtier Blu-ray bleu « éco » (plastique fin et ajouré pour utiliser moins de matière), la jaquette est toute entière dédiée aux 3 images qui l’habillent recto/verso, sans indications autres que la liste des épisodes et du bonus. Même la tranche ne comporte pas de titre (il semble que ce soit une caractéristique typique des éditions vidéo de la chaîne Adult Swim qui distribue cette série). Le tout est glissé dans un fourreau carton vernis qui lui, présente de façon plus classique toutes les indications d’usage. Petit conflit à signaler entre ce fourreau, qui annonce un visa « accord parental » et le carton d’avant-programme à l’insertion du disque qui annonce une interdiction aux moins de 12 ans.

Primal

Bonus - 2,5 / 5

C’est maigre mais assez satisfaisant côté bonus avec une simple featurette making of qui, en 10 minutes, arrive tout de même à nous informer sur la genèse et la production de la série, jusque dans le studio d’enregistrement des voix/sons/musiques, et arrive même à donner la parole aux français du Studio La Cachette. On aurait évidemment aimé en voir plus !

Image - 5,0 / 5

Il était risqué de faire tenir les quelques 220 minutes de cette saison sur un seul disque Blu-ray. Mais c’est sans compter un encodage AVC aux petits oignons ! Chaque trait, chaque détail des décors, chaque dégradé de couleur trouve sa place à l’écran avec une précision redoutable. Même en pleine tempête de neige, l’encodage ne fléchit pas et ne laisse aucune place aux artefacts. Si vous avez découvert cette série sur une plateforme de SVOD, vous risquez d’avoir une très grosse surprise au visionnage de ce Blu-ray qui délivre une image bien plus vibrante.

Primal

Son - 5,0 / 5

Comme précisé plus haut, Primal est une série sans dialogue, en tous cas au sens où on l’entend traditionellement. Il y a bien quelques mots d’un dialecte non traduit, mais le reste n’est que grognements, souffles et autres cris. Et dans ce genre de cas, c’est l’occasion de profiter d’un travail souvent oublié, celui du design sonore et de la musique qui trouvent ici un support de grande qualité et de grande immersion grâce à l’unique piste audio encodée en DTS-HD Master Audio 5.1. Bruits d’eau, feuillages qui bruissent, insectes qui crissent, tonnerre, os qui craquent, sang qui gicle… on ne peut rien louper de ces sons qui portent autant dans la subtilité que dans les grosses basses. La musique souvent énergique et tribale, peut également s’exprimer pleinement ici.

Crédits images : © Cartoon Network Studios, MGM Television, Williams Street

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Benq W2700
  • Panasonic DP-UB450
  • Ampli Onkyo TX-RZ730
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1.2)
Note du disque
Avis
Multimédia
Primal - Saison 1
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)