Pierre Cardin (2019) : le test complet du Blu-ray

House of Cardin

Édition Prestige Numérotée

Réalisé par P. David Ebersole
Avec Pierre Cardin, Jean-Paul Gaultier et Philippe Starck

Édité par L'Atelier d'Images

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/12/2020
Critique

Il n’a que deux ans quand il arrive en France en 1924, avec sa famille qui a fui le fascisme, et il va, trente ans plus tard, commencer d’imposer son nom à toute la planète.

Pierre Cardin

Des millions de personnes connaissent le logo et la signature emblématique de Pierre Cardin. Mais peu de personnes connaissent l’homme derrière le créateur. Quelle est l’histoire de ce couturier légendaire ? Pierre Cardin a révolutionné la mode aussi bien la haute couture, le prêt-à-porter que le design aux quatre coins du monde. Des archives et le témoignage de ceux qui l’ont connu rappellent son histoire.

Pierre Cardin (House of Cardin) a été réalisé en 2019 par P. David Ebersole et Todd Hughes, auteurs et/ou producteurs de plusieurs films, surtout des documentaires, mais aussi de quelques fictions, telles The New Women, sorti en 2001, inédit en vidéo, une fable apocalyptique dans laquelle tous les hommes, plongés dans un coma, ont une érection toutes les 45 minutes et The Owls (Cheryl Dunye, 2010), un curieux thriller.

La griffe Cardin déchire le monde

Pierre Cardin, né dans les Dolomites en 1922, le plus jeune de neuf frères, arrive en 1924 en France avec sa famille qui a fui le fascisme. Il est engagé à la Libération chez Paquin qui préparait alors les costumes de La Belle et la Bête, ce qui lui a permis de rencontrer Jean Cocteau. Il entre chez Christian Dior en 1946 où, comme premier tailleur, il participe à la création du Newlook. Il présente sa première collection en 1954.

Pierre Cardin

Il continue, à 98 ans, universellement connu, ambassadeur de la France, à diriger l’empire qu’il a fondé. Il fut le premier couturier à avoir fait défiler ses créations sur la Grande Muraille ou sur la Place Rouge, là où les dictatures imposaient des vêtements couleur de « muraille ».

La mode est là pour modifier

Un homme secret, « une énigme » difficile à définir, sauf peut-être en un seul mot, « chic », selon la proposition de la chanteuse Dionne Warwick. Un homme qui a révolutionné la mode en inventant un style, avec des formes amples en « A », et le « drapé Cardin », libérant le corps de la femme. Décidé à « démocratiser » la haute couture, il fut exclu de la Chambre syndicale pour s’être lancé dans le prêt-à-porter et avoir mis en vente ses créations au Printemps. Il fut le premier couturier à lancer les collections pour homme (il a habillé les Beatles), le premier à faire défiler des mannequins non européens.

Je voudrais être un artiste

Pierre Cardin, enfant, avait rêvé de devenir acteur ou danseur. Il a acheté l’ancien Théâtre des Ambassadeurs pour en faire l’Espace Cardin et créé le Festival de théâtre expérimental de Lacoste, dans le château du marquis de Sade, et organisé trois représentations de théâtre musical à La Fenice de Venise.

Pierre Cardin

« Un empereur » pour Jean-Paul Gaultier, un homme qui a de l’or dans les mains, « un extra-terrestre de la mode ». Il est sorti du cadre de la couture pour inscrire sa griffe sur plus de 400 objets, des sculptures, des meubles avant-gardistes, des accessoires, des lunettes, des parfums (dont un pour hommes dans un flacon en forme de pénis), réalisé la décoration et l’aménagement d’une voiture, la « Cardin Javelin » et d’un jet privé.

Artiste doublé d’un homme d’affaires, il a réussi à bâtir un empire et même racheté Maxim’s, vingt ans après qu’on lui eut refusé d’y entrer parce qu’il ne portait pas de cravate ! Il y a amassé dans un musée une superbe collection d’objets Art Nouveau et a ouvert des restaurants Maxim’s dans plusieurs grandes villes du monde.

Pierre Cardin propose une suite d’entretiens avec des proches collaborateurs et des personnes qui l’ont côtoyé, Philippe Starck, Jean-Paul Gaultier, Naomi Campbell, Sharon Stone, Jean-Michel Jarre, le designer Kenzō Takada (disparu le 4 octobre dernier), Rodrigo Basilicati, son neveu, aujourd’hui président de la société Pierre Cardin, Maryse Gaspard, premier mannequin, devenue directrice de la haute couture, et bien d’autres.

Ces entretiens sont combinés avec des archives filmées, des photos, une visite du Musée Pierre Cardin et de la superbe collection d’Art Nouveau.

Élu à l’Académie française en 1982, Pierre Cardin a maintenant 98 ans et la tête encore pleine de rêves… qu’il réalise. Il vient d’acheter à Houdan une « maison de 1 000 mètres carrés » (une ancienne laiterie) pour créer un centre culturel. Il nous livre son secret pour une jeunesse éternelle : « Travailler ! travailler ! »

Pierre Cardin

Généralités - 4,0 / 5

Pierre Cardin (97 minutes) et ses suppléments (70 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé, en compagnie d’un DVD du film et d’un DVD de bonus (164 minutes) dans un boîtier orné du logo non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu fixe et musical propose le documentaire dans sa version originale, en français, en anglais et en italien et offre le choix entre une « version française », avec sous-titres imposés, sauf pour les entretiens en français et une « version anglaise » avec sous-titres imposés, sauf pour les entretiens en anglais.

À l’intérieur du boîtier, un livret de 48 pages avec photos et un texte (en français et en anglais) de Jean-Pascal Hesse, directeur de la communication de la Maison Pierre Cardin, décrit « l’univers de Pierre Cardin, protéiforme et gigantesque », et « l’homme, un véritable personnage de roman (…) insatisfait chronique (…) condamné à la marche en avant ». Suivent des photos, en noir et blanc et en couleurs, de ses vêtements et d’autres créations, avec le regard de ceux qui le connaissent dans de courtes citations.

Pierre Cardin est également disponible dans une édition DVD single, avec les bonus du Blu-ray.

Pierre Cardin

Bonus - 4,0 / 5

Sur le Blu-ray du film :

Entretien avec Jean-Michel Jarre (21’). Il se souvient de sa rencontre avec Pierre Cardin qui a retenu la musique d’Oxygène pour un de ses défilés. Il partage avec lui « une vision poétique et romanesque d’un futur (…) audacieux ». Il le voit comme « un bâtisseur (…) qui porte son excentricité de manière naturelle ». Il a été le premier à mettre en scène ses défilés, à présenter la mode occidentale en Chine.

Entretien avec Jean-Paul Gaultier (47’). L’envie de faire carrière dans la mode lui est venue à 13 ans quand il a vu le film Falbalas (Jacques Becker, 1945). Le jour de ses 18 ans, il a été appelé par Pierre Cardin, intéressé par ses croquis. Il a commencé par dessiner des meubles et des lunettes. « Monsieur Cardin (…) un visionnaire (…) en avance sur son époque (…) sait tout faire, peut tout réinventer. » « En symbiose avec l’époque, ouvert sur le monde, il a créé son propre style (…) minimaliste, très pur. » Il se souvient de l’ambiance joyeuse du début des années 80 qui s’est assombrie avec l’arrivée du sida.

Ces deux documents, un peu longuets, n’ajoutent pas beaucoup au visionnement du film.

Bande-annonce.

Sur le DVD de bonus :

Entretiens avec Sharon Stone (20’), Dionne Warwick (12’), Alice Cooper (19’), Naomi Campbell (15’) Pour Sharon Stone, Pierre Cardin a créé un standard durable d’élégance et de grâce dans tout le monde, avec des vêtements adaptés au corps féminin, fonctionnels, faciles à porter ; elle fait aussi l’éloge de Jeanne Moreau. Dionne Warwick se souvient des dîners chez Maxim’s à la sortie de ses spectacles à l’Olympia. Alice Cooper rappelle que les portes de l’Espace Cardin lui furent ouvertes à la fin des années 60, quand le hard rock dérangeait encore une majorité. Pour Naomi Campbell, vêtue d’une robe dessinée en 1968, Pierre Cardin, un homme intègre, fidèle à ses croyances, en avance sur son temps, a influencé la mode vestimentaire sur toute la planète. Ces quatre entretiens sont faits de scènes coupées du film.

Autour du film : Ovation à la Mostra de Venise en 2019, après la projection de House of Cardin (1’), Entretien avec Pierre Cardin au Festival de Venise (6’) filmé dans L’Espace Cardin de Santa Croce : « le vêtement (…) représentatif de la vie d’un homme (…) reflète ses coutumes, sa profession, le climat sous lequel il vit. » Son regret : n’avoir pas eu d’enfant. Sa fierté : avoir été reçu à l’Académie des Beaux-Arts. La maison d’enfance de Pierre Cardin (2’), Le film à la Modernism Week de Palm Spring (3’), un teaser, avec P. David Ebersole et Todd Hughes. Bandes-annonces, américaine et japonaise (3’).

La Maison Cardin : 70 ans de création (10’), un diaporama montrant Pierre Cardin en compagnie de célébrités politiques ou du spectacle, à différentes périodes de sa vie, et ses créations. Pierre Cardin 2020 « toujours plus » (2’) le montre en train de dessiner, de rectifier les vêtements dans l’atelier. Sculptures, design & mobilier de luxe (7’), aligne des formes, essentiellement courbes, dans une dominante de couleurs acidulées.

Mode : Présentation néerlandaise de la collection 1969 (2’) à La Haye, dans la ville miniaturisée de Madurodam. Présentation de la collection 1969 à Paris (2’). Présentation de la collection 1970 (2’). Défilé sur la Grande Muraille de Chine en 2018 (18’). Couvertures de magazines (8’), un diaporama de près d’une centaine de visuels.

Expositions : Pierre Cardin, Future Fashion au Brooklyn Museum en 2019 (4’), Pierre Cardin, 70 ans d’innovation au Rosecliff, Rhode Island en 2017 (2’), Au Scad Savannah, Atlanta en 2018 (5’).

L’eau de toilette pour hommes, publicité (1’).

L’Architecture : Le projet du Palais Lumière (4’), la maquette sous toutes ses coutures et sous tous les éclairages et Le Palais Bulles en 2016 (5’) une résidence de 1 200 m², à Théoule-sur-Mer, avec théâtre en plein air de 500 places, conçue rn 1989 pour Pierre Cardin par l’architecte hongrois Antti Lovag.

Le Futur, court métrage (11’, 2018), une animation de Matthew Miller, avec Jean-Paul Gaultier, Maryse Gaspard… dans laquelle Pierre Cardin raconte son aventure. « J’ai toujours été un peu étrange », admet-il.

Pierre Cardin

Image - 4,5 / 5

L’image numérique (1.78:1), avec une résolution pointue, bien contrastée, déploie des couleurs vives, étalonnées avec soin.

Les archives insérées dans leur format original, souvent en noir et blanc au ratio 1.33 :1, sont techniquement de bonne qualité.

Son - 4,0 / 5

Les entretiens sont nécessairement concentrés sur la voie centrale. Le format Dolby Digital 5.1, peu différent de la stéréo, se limite donc à donner un peu d’ampleur à l’accompagnement musical.

Crédits images : © Droits réservés

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 11 décembre 2020
Pierre Cardin a maintenant 98 ans et la tête encore pleine de rêves… qu’il réalise. Ce passionnant documentaire retrace son histoire et passe en revue tous les domaines dans lesquels il a exprimé sa créativité. En prime, il nous livre son secret pour une jeunesse éternelle : « Travailler ! travailler ! »

Lire les avis »

Multimédia
Pierre Cardin
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus