Des (2020) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Lewis Arnold
Avec David Tennant, Daniel Mays et Jason Watkins

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/06/2021
Critique

Ce rappel précis de l’arrestation, des interrogatoires et du procès d’un terrifiant tueur en série fait de Des une série très recommandable.

Des

Dennis Nilsen, cadre d’une agence d’emploi gouvernementale de Kentish Town, apprécié de ses collègues qui l’appellent « Des ». Il sollicite, le 8 février 1983, l’intervention d’un plombier au 23 Cranley Gardens, dans le nord de Londres, pour déboucher des canalisations d’eaux usées. L’artisan, intrigué par la découverte de morceaux de chair et d’ossements apparemment humains, prévient la police qui, le lendemain, quand Nilsen revient de son travail, découvre dans l’appartement des restes humains putréfiés. Nilsen, renonçant à l’assistance d’un avocat, avoue spontanément le meurtre de 15 ou 16 jeunes hommes en cinq ans…

Des, une minisérie en trois épisodes, a été créée en 2020 pour ITV par Lewis Arnold et Luke Neal. Le premier s’est fait connaître pour avoir contribué à la réalisation de plusieurs séries, parmi lesquelles les excellentes comédies que sont Misfits et Banana, le second, en tant qu’acteur, pour avoir joué dans une quinzaine de séries et dans quelques films, dont Wilderness (Michael J. Bassett, 2006).

Les deux se sont lancés dans l’écriture du scénario de Des, une adaptation de l’ouvrage Killing for Company: The Case of Dennis Nilsen, publié en 1985 par Brian Masters, une biographie, détaillée sur 360 pages, à partir des propos enregistrés au cours de nombreuses rencontres avec le meurtrier en prison. En dépit de l’avis affiché, selon lequel des noms ont été changés et des faits romancés, l’authenticité du scénario peut être attestée par la lecture en ligne d’un article d’une quarantaine de pages. Des mentionne le nom de tous les protagonistes importants, celui du policier dirigeant l’enquête, le DCI Peter Jay, celui de son supérieur, le Detective Superintendent Chambers, et celui des huit victimes qui ont pu être identifiées, la plus jeune âgée de 14 ans, parmi les quinze recensées.

Des

Des fouille la personnalité de Dennis Nilsen, un fonctionnaire zélé, mais aussi un manipulateur intelligent, apparemment incapable d’éprouver la moindre émotion, un psychopathe donc, comme le révèle une de ses déclarations à la police : « Je n’éprouvais aucun plaisir à découper les gens, à faire bouillir leurs têtes, à brûler leurs corps. J’y ai été forcé par le manque de place ». Il avait horrifié le Royaume Uni, ce qui lui avait valu l’appellation de Muswell Hill Murderer, venue du quartier qu’il habitait quand il a commis la plupart de ses crimes.

Il est brillamment incarné par David Tennant qui ajoute à une ressemblance frappante avec le tueur son accent écossais naturel, sa capacité à communiquer l’attitude glaçante du tueur en série au regard vide. À 50 ans, il cumule 150 rôles, et ne s’arrête pas : depuis Des, il a déjà joué dans une centaine d’épisodes de séries. On attend avec impatience l’édition de Staged, dont les répétitions se sont faites en ligne en raison de l’épidémie de Covid-19. Lui donnent la réplique, dans le rôle du DCI Peter Jay, Daniel Mays (Docteur Frankenstein, Paul McGuigan, 2015, Good Omens, Neil Gaiman et Terry Pratchett, 2019), sous la robe et la perruque de l’avocat de la défense, Pip Torrens (Patrick Melrose, Edward Berger, 2018, Versailles, Simon Mirren, David Wolstencroft, 2015-2019, Poldark (BBC 2015), Debbie Horsfield, 2015-2019), et, dans le rôle de Brian Masters, Jason Watkins (The Hollow Crown, 2012-2016, Taboo, Steven Knight, Chips Hardy, Tom Hardy, 2017), The Crown, saison 3 en 2019).

Des rappelle aussi les modes d’investigation policière d’il y a trente-cinq ans, quand la comparaison d’empreintes digitales devait se faire à l’oeil, en faisant défiler des photos, avant que ne soit possible l’identification des restes humains par l’ADN, découverte en 1985 par le médecin britannique Alec Jeffreys, quand les serial killers étaient encore appelés multiple murderers.

L’authenticité d’un scénario passionnant, bien construit, la qualité des dialogues, de la distribution et de la réalisation font de Des une des séries les plus recommandables.

Des

Généralités - 3,0 / 5

Des, une minisérie en trois parties de 47 minutes chacune, et son maigre complément (10 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier de 11 mm.

Le menu animé et musical propose la lecture de la version originale, en anglais, avec sous-titres optionnels, et d’un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Une édition DVD est sortie simultanément, avec le même contenu.

Bonus - 2,0 / 5

Entretien avec les créateurs et les acteurs (10’). Après quelques extraits et des commentaires banals de l’équipe, les créateurs disent s’être attachés à donner de Dennis Nilsen l’image qu’avaient pu en avoir Peter Jay et Brian Masters, sans insister sur les détails sordides de l’affaire. Un maigre ajout au visionnage de la série.

Espace découverte Koba Films et L’Atelier d’Images avec les bandes-annonces ou des extraits de Baptiste - Saison 1, The Missing - Saison 1, Dublin Murders, Meurtres à White House Farm et Bodyguard.

Des

Image - 4,0 / 5

L’image numérique (2.00:1, 1080p, AVC), aux couleurs naturelles, délicatement saturées, est un peu douce, avec des noirs manquant de densité, pouvant occasionnellement affecter la netteté de certaines prises en basse lumière.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale délivre des dialogues nets, toujours bien priorisés sur l’accompagnement musical. La sollicitation timide des canaux latéraux réussit à créer une sensation d’immersion trop discrète, mais cohérente.

Ces remarques s’appliquent au doublage, plutôt acceptable, au même format.

Crédits images : © New Pictures and all3media international

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 12 juin 2021
L’authenticité de la relation des crimes d’un tueur en série londonien par un scénario bien construit et l’extraordinaire interprétation de David Tennant font une minisérie très recommandable.

Lire les avis »

Multimédia
Des
Bande-annonce VF
Des
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus