Le Couteau dans l'eau (1962) : le test complet du Blu-ray

Nóz w wodzie

Réalisé par Roman Polanski
Avec Leon Niemczyk, Jolanta Umecka et Zygmunt Malanowicz

Édité par Carlotta Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/06/2021
Critique

Le premier long métrage de Roman Polanski lui ouvrit les portes de l’Occident et lui permit d’échapper à la censure de la dictature communiste.

Le Couteau dans l'eau

Andrzej et Krystyna, un couple fortuné, décident de partir en croisière. Sur leur chemin, ils font la rencontre d’un jeune homme sur le bord de la route à qui ils proposent de les suivre à bord de leur yacht. Malgré leur bonne entente de départ, la différence sociale entre le couple et leur invité va provoquer quelques frictions.

Le Couteau dans l’eau (Nóz w wodzie), sorti en 1962, fut mal accueilli en Pologne parce qu’il n’était pas « au service de l’État ». Mais son succès international lui ouvrit les portes de l’Occident. Il fut, en effet, distingué par une sélection à l’Oscar du meilleur film étranger (remis cette année-là à Federico Fellini pour 8 1/2), par le Prix FIPRESCI à Venise et fit la une du Time Magazine. Roman Polanski quitta définitivement la Pologne et s’installa à Paris où, pour réaliser, au Royaume Uni, Répulsion, en 1965, et Cul-de-sac, en 1966, il s’associa avec le scénariste Gérard Brach, au début d’une collaboration qui se poursuivra pendant sept autres films, dont le merveilleux Tess (1979).

Le Couteau dans l’eau est le premier long métrage de Roman Polanski, tourné peu après sa sortie de l’École nationale de cinéma de Łódź qu’il avait rejointe en 1955. Il réalisa pendant ses études huit courts métrages (dont trois sont proposés en bonus) acquérant ainsi une expérience mesurable par l’efficacité de la mise en scène d’un huis-clos en plein air, sur le pont d’un voilier navigant sur un lac. Pas facile de tourner sur un petit bateau : quelques maladresses n’échapperont pas aux spectateurs avec une expérience de la voile !

Roman Polanski s’est assuré la collaboration, pour l’écriture du scénario, de Jakub Goldberg et de Jerzy- Skolimowski (futur réalisateur de Deep End, 1970) et d’un directeur de la photographie confirmé, Jerzy Lipman, chef-opérateur de quatre longs métrages d’Andrzej Wajda, dont Kanal (Kanał, 1957), dans lequel Roman Polanski tenait un petit rôle.

Dans la distribution, un acteur connu, Leon Niemczyk, en tête du casting de Train de nuit (Pociag, Jerzy Kawalerowicz, 1959) et deux débutants. L’accompagnement musical est dû au pianiste de jazz Krzysztof Komeda, dont la collaboration à l’oeuvre de Roman Polanski fut interrompue, après Rosemary’s Baby, par son décès prématuré à l’âge de 37 ans.

Carlotta Films a eu la bonne idée de rééditer, dans des versions fraîchement restaurées, enrichies de bonus, les trois premiers longs métrages de Roman Polanski. Sortent, en même temps que Le Couteau dans l’eau, Répulsion, et Cul-de-sac.

Le Couteau dans l'eau

Généralités - 3,0 / 5

Le Couteau dans l’eau (96 minutes) et ses suppléments (56 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier de 11 mm, glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en polonais, avec sous-titres optionnels et le choix entre deux formats audio, le mono d’origine, DTS-HD Master Audio 1.0, et un remixage DTS-HD MA 5.1.

Bonus - 3,5 / 5

Un ticket pour l’Ouest (31’, en anglais et en polonais, 2003, Blue Underground Ltd), un entretien avec Roman Polanski et les réalisateurs Janusz Margenstern, Andrzej Wajda, Andrzej Kostenko… Le cinéma en était encore à ses balbutiements en Pologne quand Roman Polanski fut admis à l’école de Łódź où il put tourner plus que le nombre requis de courts métrages, éloignés du « réalisme social », un courant apparu en 1949, avec un catalogue de règles, sous le contrôle du ministère de la culture qui devait donner son approbation à chaque stade de la conception d’un film. D’abord rejeté, Le Couteau dans l’eau, fut autorisé grâce au soutien du documentariste Jerzy Bossak et au prix de quelques retouches su scénario. Roman Polanski et les interprètes évoquent le casting et la direction d’acteurs, difficile avec Jolanta Umecka, la première actrice polonaise à apparaître nue dans un film. Les deux jeunes acteurs furent doublés en postsynchronisation, le garçon par Roman Polanski. Il se souvient du talent de Krzysztof Komeda, plus apte que quiconque de trouver la musique convenant à chaque scène. Le film, en allant à l’encontre de toutes les règles, aurait conduit Władysław Gomulka, le leader du pays, à briser de rage un cendrier. Polanski, traîné dans la boue, quitta définitivement la Pologne. Pour Andrzej Wajda, Le Couteau dans l’eau a révolutionné le cinéma polonais et ouvert le voie à des cinéastes comme Jerzy- Skolimowski, Krzysztof Zanussi et Krzysztof Kieslowski.

Trois courts métrages :

Rire de toutes ses dents (Uśmiech zębiczny, 1957, 1.33:1, noir et blanc, 2’, muet). En descendant un escalier, un homme détaille par une lucarne ce qui a accroché son regard : une jeune femme, torse nu, fait sa toilette…

Cassons le bal (Rozbijemy zabawę… , 1957, 1.33:1, noir et blanc, 8’). L’homme en queue de pie, mais sans pantalon, qui contrôle l’entrée d’un bal refuse l’accès à un petit groupe de jeunes sans invitations…

Deux hommes et une armoire (Dwaj ludzie z szafą, 1958, 1.33:1, noir et blanc, 15’). Une armoire à glace émerge de la mer que deux hommes ramènent péniblement sur le rivage… A cours de la pérégrination des deux hommes dans les rues de la ville nous sommes les témoins de surprenantes saynètes et, fait exceptionnel, l’envol d’un hareng fumé !

Le Couteau dans l'eau

Image - 4,0 / 5

L’image (1.37:1, 1080p, AVC), récemment restaurée, stable, délicatement contrastée, aurait pu être un peu plus lumineuse. Elle a été débarrassée de toute trace de dégradation de la pellicule avec un contrôle du bruit qui n’a pas dénaturé la texture argentique.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 (avec une alternative DTS-HD MA 1.0), lui aussi très propre, allie bonne dynamique et finesse : on distingue parfaitement le vol d’un moustique qui s’est invité dans le carré à la tombée du jour. Le remixage 5.1 aère sensiblement l’accompagnement musical.

Crédits images : © 1962 FILM POLSKI © 2021 TIGON FILM DISTRIBUTORS / IMPEX-FILMS. Tous droits réservés.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
2
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 12 juin 2021
Le tout premier long métrage tourné par Roman Polanski fut banni en Pologne parce qu’il n’était pas "au service de l’État". L’écho qu’il eût dans des festivals allait pourtant ouvrir au jeune les portes de l’Ouest et lui permettre de réaliser Répulsion et Cul-de-sac, qui viennent d’être réédités après restauration, avec des bonus exclusifs.
Avatar
P. de Melun
Le 25 février 2021
Petit coup de cœur pour ce film de Roman Polanski où il ne passe pas grand-chose mais pour lequel on ne décroche pas. L’atmosphère, le jeu des acteurs, la sensualité qui se dégagent dans ce huis-clos sur l’eau magnétisent le spectateur qui pressent le drame psychologique dans ce jeu de séduction machiavélique. Le noir et blanc apporte en parallèle une belle touche de nostalgie. Une petite réussite…

Lire les avis »

Multimédia
Le Couteau dans l'eau
Générique

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus