Josée, le tigre et les poissons (2020) : le test complet du Blu-ray

Joze to tora to sakanatachi

Réalisé par Kotaro Tamura
Avec Kaya Kiyohara, Taishi Nakagawa et Matsutera Chiemi

Édité par Eurozoom

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 25/01/2022
Critique

Cette édition devrait donner à ce premier long métrage d’animation réussi, sorti en juin 2021, la chance de trouver le public qu’il mérite.

Josée, le tigre et les poissons

Kumiko, paraplégique depuis l’enfance, vit avec sa grand-mère, qui la surprotège du monde extérieur. Elle sort peu et s’est créé son propre univers, aidée par la lecture, sa fascination pour la mer et son imagination débordante. Elle demande qu’on l’appelle Josée, du nom d’une jeune héroïne d’un roman de Françoise Sagan. Tsuneo, brillant étudiant en biologie marine, aimerait poursuivre ses études au Mexique où il pourrait vivre son rêve, plonger dans les eaux tropicales. Pour cela, il lui faut de l’argent et il cherche donc des petits boulots. Un soir, il tombe littéralement sur Josée et la sauve d’une horrible chute. À la suite de cette rencontre accidentelle, la grand-mère de Josée engage Tsuneo comme aide-soignant. Josée se révèle autoritaire et têtue, mais Tsuneo est d’une grande patience. Ils apprennent à se connaître et même à s’apprécier. Un jour, il emmène Josée à la mer…

Josée, le tigre et les poissons (Joze to tora to sakanatachi), une production du studio Bones, sorti en 2020 (dans nos salles en juin 2021), le premier long métrage de Kôtarô Tamura, a fait l’ouverture du festival d’Annecy 2021 où il avait été sélectionné pour le Cristal du meilleur long métrage, attribué au film danois Flee (Jonas Poher Rasmussen).

Le scénario de Sayaka Kuwamura, est l’adaptation d’une nouvelle publiée en 1985 par Seiko Tanabe (1928-2019), autrice de plusieurs romans primés au Japon. Une précédente adaptation, avec des personnages réels, sous le titre Joze to tora to sakana tachi, par Isshin Inudô, non distribuée en France, avait été sélectionnée dans plusieurs festivals.

Né en 1980, Kôtarô Tamura s’est forgé une solide expérience dans le domaine de l’animation en réalisant une bonne trentaine d’épisodes de séries, parmi lesquels cinq épisodes de la série Shin Negima!? (Negimal? , 2006-2007).

Josée, le tigre et les poissons tire déjà une bonne partie de son intérêt de son thème, délicatement mis en scène, celui de la découverte du monde par une jeune femme conduite par son infirmité à la réclusion dans un univers imaginaire, à l’abri dans le cocon de la maison de sa grand-mère qu’elle ne quitte qu’exceptionnellement.

Josée, le tigre et les poissons séduit aussi par sa beauté graphique épurée, par ses couleurs et ses éclairages, avec de nombreux contre-jours. L’animation, assez fluide, est légèrement affectée par la démarche parfois un peu raide des personnages.

Josée, le tigre et les poissons, l’aboutissement réussi d’un long travail d’équipe, largement décrit par Kôtarô Tamura dans un long entretien joint en bonus, distribué en salles au plus mauvais moment, en pleine crise sanitaire, n’a pas pu rencontrer le public qu’il méritait. Cette édition vidéo pourra lui donner une chance de réparer cette injustice.

Josée, le tigre et les poissons

Généralités - 3,0 / 5

Josée, le tigre et les poissons (98 minutes) et son supplément (61 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en japonais, avec sous-titres optionnels, au format DTS-HD Master Audio 5.1, et dans un doublage en français au format DTS-HD High Resolution 5.1.

Sont sorties simultanément une édition collector combo Blu-ray + DVD, avec un livret de 32 pages et un recueil de dessins de Kumiko Yamamura, et une édition single DVD.

Bonus - 2,5 / 5

Entretien avec le réalisateur (61’, 2020). Interrogé par Ryota Fujitsu, critique d’animations, Kôtarô Tamura justifie le ratio du Cinemascope pour l’animation, bien qu’il soit encore peu utilisé, peut-être parce qu’il sollicite davantage les illustrateurs et complique le cadrage, surtout des plans serrés. Kazuhirô Kawamoto, responsable des décors, a voulu une représentation des rues d’Osaka et des autres lieux choisis soit aussi réaliste que possible, auxquels le dessinateur Loundraw, directeur artistique du film, a donné sa « tonalité ». Les photos de repérage et le layout furent la première étape aboutissant à la réalisation d’un album par Naoko Matsuda qui a servi de guide pour la fabrication du storyboard. Une grande attention a été portée à l’éclairage, avec de nombreux plans en contre-jour. Nao Emoto a conçu le dessin original des personnages et de leurs vêtements, Haruko Iizuka a assuré la direction générale de l’animation et Haruko Umezaki la supervision de la couleur, élément important pour attirer l’oeil sur les personnages principaux. Kôtarô Tamura évoque les adaptations de la nouvelle faites par le scénario, l’épreuve subie par Tsuneo et l’ajout de personnages, visant à maintenir la tension dramatique et à souligner l’évolution des deux protagonistes, notamment l’émancipation de Kumiko.

Un document assez complet sur un travail d’équipe, illustré par des extraits de scènes en vignette, est légèrement gâché par les agaçants « hum, hum » d’approbation continûment marmonnés par chacun des intervenants pendant que l’autre parle.

Josée, le tigre et les poissons

Image - 4,5 / 5

L’image (1080p, AVC), au ratio 2.39:1 (alors que la jaquette indique 1.85:1), agréablement définie, déploie une palette de couleurs, parfois audacieuses, soigneusement étalonnées, avec, dans la plupart des plans, un effet de profondeur de champ et de relief obtenu par le floutage partiel des cadres, en premier ou en arrière-plan.

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale, avec un spectre ouvert et une forte dynamique, assure un bon équilibre entre dialogues, accompagnement musical et ambiance, dans laquelle une bonne répartition du signal sur les cinq canaux crée un effet immersif discret, mais réaliste.

Le doublage en français, au format compressé DTS-HD High Resolution 5.1, gâché par le manque de naturel de certains dialogues, n’a pas été pris en compte pour l’attribution de la note.

Crédits images : © Bones

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 25 janvier 2022
Josée, le tigre et les poissons, un premier long métrage remarquable, pour l’intérêt de son scénario et pour ses qualités graphiques, a été distribué dans nos salles au plus mauvais moment, en pleine crise sanitaire Cette édition vidéo pourra lui donner une chance de rencontrer le public qu’il mérite..

Lire les avis »

Multimédia
Josée, le tigre et les poissons
Bande-annonce VF
Josée, le tigre et les poissons
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)