La Conspiration des belettes (2019) : le test complet du Blu-ray

El cuento de las comadrejas

Réalisé par Juan José Campanella
Avec Graciela Borges, Oscar Martínez et Luis Brandoni

Édité par Eurozoom

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/12/2021
Critique

Méfiez-vous des vieux : ils peuvent être très dangereux ! C’est la leçon de cette comédie noire, politiquement incorrecte, mais recommandée.

La Conspiration des belettes

Quatre vieux amis, un réalisateur, Norberto, un scénariste, Martín, une actrice, Mara, et son mari, Pedro, partagent une grande demeure à la campagne. Ils y mènent une retraite paisible jusqu’à l’arrivée d’un jeune couple d’agents immobiliers sans scrupules prêt à tout pour récupérer la propriété… Mais c’est sans compter sur la malice des septuagénaires.

La Conspiration des belettes (El cuento de las comadrejas), sorti dans nos salles en juillet 2021, est le septième long métrage du cinéaste argentin Juan José Campanella qui s’était acquis une bonne réputation en 2009 avec Dans ses yeux (El Secreto de sus ojos), Oscar, BAFTA Award et César du Meilleur film étranger.

La Conspiration des belettes, le remake de Los Muchachos de antes no usaban arsénico, film réalisé en 1976 par José A. Martínez Suárez (1925-2019) qui fut le professeur de Juan José Campanella à l’école de cinéma et une de ses plus grandes sources d’inspiration, est une comédie noire au scénario délicieusement retors, à défaut d’être crédible, dans la veine de celui d’À couteaux tirés (Knives Out, Rian Johnson, 2019). Un genre qui passe mieux la rampe avec de bons acteurs.

La Conspiration des belettes

La distribution répond à cette attente. Graciela Borges tient parfaitement le rôle de Mara Ordaz, une ex-actrice cabotine, à l’ego encore démesuré, symbolisé par la récompense de son interprétation de Santa Gaucha, cinquante ans plus tôt, l’Oscar juché en évidence sur une colonne dans l’entrée de la demeure, au pied de l’escalier monumental. Toujours subjuguée par les flatteries, elle finit par céder au chant des sirènes et accepte de vendre la demeure, trop éloignée de Buenos Aires pour qu’elle puisse, comme le suggèrent les deux agents immobiliers, continuer de suivre sa destinée de star. Ses compères sont Oscar Martínez, dans le rôle de l’ex-réalisateur, Luis Brandoni, dans celui du « mari de Mara », deux acteurs très connus des cinéphiles argentins, et, dans celui de Martín Saravia, l’ex-scénariste, Marcos Mundstock, un acteur de théâtre réputé.

La Conspiration des belettes, dans sa première moitié, découvre les personnages, les quatre septuagénaires, très occupés par leurs chamailleries, nourries des regrets du passé, et les deux jeunes loups flagorneurs cherchant à les faire déguerpir, Bárbara et Francisco, interprétés par Clara Lago, l’actrice espagnole révélée par J’ai envie de toi (Twilight Love 2) (Tengo ganas de ti, Fernando González Molina, 2012) et revue dans Au bout du tunnel (Al final del túnel, Rodrigo Grande, 2016) et par Nicolás Francella, fils de deux acteurs argentins.

La Conspiration des belettes, grâce à la photographie de Félix Monti, chef-opérateur d’El Secreto de sus ojos et d’Al final del túnel, à l’exubérant décor du manoir néocolonial, au rythme de dialogues acérés (et des coups de fusils de Roberto qui tente d’assurer la survie des poules en tuant les belettes), à un montage efficace, à un twist final astucieux, et, surtout, à la présence des six acteurs, fait passer un bon moment.

La Conspiration des belettes

Généralités - 3,0 / 5

La Conspiration des belettes (129 minutes) et son supplément (17 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier bleu standard, glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en espagnol, avec sous-titres imposés, mais idéalement placés, en bas du cadre, à cheval sur la bande noire, et dans un doublage en français, avec le choix entre deux formats audio, DTS-HD Master Audio 5.1 et LPCM 2.0 stéréo.

Une édition DVD est disponible avec le même contenu.

Bonus - 3,0 / 5

Entretien avec Juan José Campanella (17’). Il se présente comme le coscénariste, coproducteur, monteur et réalisateur du film, dont le projet remonte à 1997, date à laquelle il écrivit la première version du scénario avec Darren Kloomok. Le film de José A. Martínez Suárez, Los Muchachos de antes no usaban arsénico, sorti deux semaines avant le coup d’état militaire de 1976, eut son audience limitée par le couvre-feu. Le remake répondait au désir de rendre hommage au « film classique », avec ses conventions et ses dialogues recherchés, avec une « diva », le type de personnage qui fait aimer le cinéma. Il lui plaît de mélanger les genres, ici l’humour noir, le thriller et le romantique, avec la survie d’un amour et d’amitiés transformés par le temps, un thème récurrent de ses films, notamment d’El Secreto de sus ojos. Il a choisi quatre grands acteurs argentins : trois d’entre eux cumulent près de 300 rôles au cinéma, le quatrième, Marcos Mundstock, disparu en 2020, était une icône du théâtre. L’affrontement entre les deux camps est plus l’opposition de deux conceptions de la vie qu’un conflit de générations.

La Conspiration des belettes

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (1080p, AVC), au ratio 2.39:1 (noté 2.35 :1 sur la jaquette), très finement résolue, fermement contrastée, déploie une chaude palette de couleurs agréablement saturées qui soulignent l’exubérance des décors.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale (une alternative LPCM 2.0 stéréo est proposée), avec une bonne dynamique et une bande passante assez ouverte assure un bon équilibre entre les dialogues, la belle partition d’Emilio Kauderer (El Secreto de sus ojos) et l’ambiance. Une sollicitation trop timide des canaux latéraux limite la sensation d’immersion dans l’action.

Ces observations valent pour le doublage en français, aux mêmes formats, mais aux dialogues monotones, affectés par un timbre sec. Il n’a pas été pris en compte pour l’attribution de la note.

Crédits images : © 100 Bares, Televisión Federal, Viacom International Studios, Tornasol Films, JEMPSA

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 13 décembre 2021
Septuagénaires contre jeunes loups : le thème d’une comédie noire venue d’Argentine, politiquement incorrecte, réservant de belles surprises. Un bon moment garanti !

Lire les avis »

Multimédia
La Conspiration des belettes
Bande-annonce VF
La Conspiration des belettes
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)