The Jacket (2005) : le test complet du Blu-ray

Nouveau Master Haute Définition

Réalisé par John Maybury
Avec Adrien Brody, Keira Knightley et Kris Kristofferson

Édité par L'Atelier d'Images

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/05/2022
Critique

Un mix original de thriller et de science-fiction pour un deuxième long métrage… fortement déconseillé aux claustrophobes !

The Jacket

Jack Starks, un soldat américain engagé dans l’opération Desert Storm en Iraq échappe de justesse à la mort. Mais la balle reçue dans la tête le laisse amnésique. Plus tard, en plein hiver, il marche sur une route du Vermont, répare la voiture tombée en panne d’une jeune femme avec sa fillette, puis est pris en stop par un homme sorti de prison. La voiture est arrêtée par un policier qui sera retrouvé mort. Jack, soupçonné du meurtre du policier, mais jugé irresponsable, est interné dans un asile psychiatrique où le docteur Thomas Becker le soumet à un traitement inhabituel : il l’enferme dans un tiroir de morgue, enserré dans une camisole de force…

The Jacket

The Jacket, sorti en 2005, est le deuxième long métrage de John Maybury, un spécialiste des clips musicaux, réalisateur de plusieurs épisodes de séries, dont l’inoubliable Rome et The Borgias. Il s’était fait connaître des cinéphiles par Love Is the Devil (Love Is the Devil: Study for a Portrait of Francis Bacon), un documentaire-fiction sélectionné à Cannes en 1998 dans la section Un certain regard.

The Jacket, mélange de thriller et de science-fiction, s’appuie sur une histoire originale de Tom Bleeker et Marc Rocco, scénarisée par Massy Tadjedin qui fit son entrée avec le scénario de Leo (Mehdi Norowzian, 2002) puis écrira celui de Last Night, qu’elle réalisera en 2010, avec Keira Knjghtley en tête d’affiche.

Je n’avais que 27 ans la première fois que je suis mort

The Jacket

Le scénario brouille les cartes du temps, comme celui de L’Echelle de Jacob (Jacob’s Ladder, Adrian Lyne, 1990) ou de L’Armée des 12 singes (12 Monkeys, Terry Gilliam, 1995) ou, encore, de Memento (Christopher Nolan, 2000). Une touche d’horreur est ajoutée par les enfermements de Jack dans le tiroir de morgue, dont l’effet traumatisant lui permet de se projeter dans le futur et d’apprendre qu’il ne lui reste plus que quatre jours à vivre pour découvrir la vérité.

The Jacket, s’il vaut largement d’être vu, aurait bénéficié d’une mise en scène plus originale, les effets visuels psychédéliques, malgré leur inventivité, pouvant lasser par leur répétition, sans faire oublier l’aspect finalement conventionnel de la réalisation.

Un point fort du film est sa distribution. Adrien Brody, auréolé par l’Oscar d’interprétation masculine pour Le Pianiste (The Pianist, Roman Polanski, 2002), présent dans tous les plans, sait transmettre la vulnérabilité et la souffrance de Jack. Il est soutenu par Keira Knightley, avec une pointe très crédible d’accent américain, par Kris Kristofferson, inquiétant sous la blouse du docteur Becker, par Jennifer Jason Leigh et Kelly Lynch. On a même la surprise de retrouver, dans une composition inspirée d’un violent psychopathe, Daniel Craig, juste avant qu’on ne lui délivre, l’année suivante, le permis de tuer au service de Sa Majesté pour Casino Royale (Martin Campbell, 2006).

The Jacket

Généralités - 3,5 / 5

The Jacket (103 minutes) et ses suppléments (40 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu, fixe et musical, propose le film dans sa version originale, en anglais, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 5.1.

Une édition DVD est disponible, avec le même contenu.

Bonus - 2,5 / 5

Historique du projet et scènes coupées (29’, 2005). Steven Soderbergh, dans le but d’introduire quelques cinéastes indépendants à Hollywood a soumis à John Maybury le scénario de Massy Tadjedin dans lequel le personnage principal, archétype du militaire américain « entraîné pour être une machine à tuer », engagé au Viet-Nam, allait devenir un soldat de Desert Storm, à l’heure où se préparait la seconde guerre du Golfe. Les réticences du réalisateur à l’encontre de Keira Knightley sont tombées dès le premier essai. Réalisateur, scénariste, Alan McDonald, directeur artistique, Adrien Brody, Keira Knightley, Ben Cosgrove, producteur exécutif, commentent les personnages, les options de style, les décors, le choix des acteurs, les scènes coupées, notamment la scène d’amour… raccourcie pour ne pas heurter le puritanisme du spectateur américain !

L’influence du cinéma d’avant-garde (9’). Un déroulant résume la carrière de John Maybury avant 2005. Intéressé par le cinéma muet expérimental, celui d’Erich von Stroheim par exemple, John Maybury, avec Frazer Churchill, responsable des effets visuels, rappellent le choix d’effets « non technologiques », dans le style de ceux de McCabe & Mrs. Miller (Robert Altman, 1971), un autre film dans un paysage enneigé, ou de Mothlight, un court métrage de Stan Brakhage (1963). Rhian Nicholas, conseillère artistique, détaille la fabrication artisanale des effets avec différents matériaux collés sur la pellicule.

Bande-annonce (2’20”), recadrée au ratio 1.33:1.

Ces suppléments sont repris de la première édition, sortie en 2006.

Espace découverte L’Atelier d’Images, avec les bandes-annonces de Le Loup-garou de Londres (An American Werewolf in London, John Landis, 1981) et de trois films de Sam Raimi : Mort ou vif (The Quick and the Dead, 1995), Darkman (1990) et Evil Dead (1981).

The Jacket

Image - 5,0 / 5

L’image (2.39:1, 1080p, AVC), avec une résolution particulièrement pointue, lumineuse, fermement contrastée, avec des noirs denses, déploie des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées et met en valeur la photo de Peter Deming qui avait attiré l’attention avec Mulholland Drive (David Lynch, 2001). Au top !

Son - 5,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale restitue les dialogues avec une parfaite netteté et avec finesse l’accompagnement musical original de Brian Eno. Une forte dynamique, une large ouverture de la bande passante et une répartition équilibrée du signal sur les cinq canaux immergent le spectateur dans l’action.

Ces remarques valent pour le doublage en français, assez monotone.

Crédits images : © Mandalay Pictures, Warner Independent Pictures, Section Eight, 2929 Productions, VIP 2 Medienfonds, VIP 3 Medienfonds, Rising Star

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,5
5
0
4
1
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 mai 2022
Cette bien étrange histoire, angoissante, étonnant mélange de thriller et de science-fiction brouillant les cartes du temps, est supportée par l’extraordinaire performance d’Adrien Brody, présent dans tous les plans.
Avatar
Franck Brissard
Le 7 novembre 2014
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
The Jacket
Bande-annonce VOST
The Jacket
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)