Les Crocs du Diable (1977) : le test complet du Blu-ray

El perro

Réalisé par Antonio Isasi-Isasmendi
Avec Jason Miller, Lea Massari et Marisa Paredes

Édité par Carlotta Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 09/08/2022
Critique

La première édition vidéo du film d’un représentant du cinéma populaire espagnol, sur fond de dictature, tourné après la chute du franquisme.

Les Crocs du Diable

Quelque part en Amérique du Sud, un dictateur fait régner la terreur. Aristides Ungria, un brillant mathématicien, se retrouve ainsi à passer plusieurs années derrière les barreaux de la prison de San Justo. Après une première tentative d’évasion infructueuse, une nouvelle chance s’offre à lui. Traqué par Sancho et son imposant berger allemand, Aristides va pourtant parvenir à mettre hors d’état de nuire le soldat qui va, avant de mourir, ordonner à son chien de tuer le fugitif. Obsédé par la vengeance, le redoutable animal se lance dans une chasse à mort…

Les Crocs du Diable (El Perro), sorti en Espagne en 1977 et dans nos salles en 1980, est l’avant-dernier des seize longs métrages du réalisateur et scénariste espagnol de films de série B, Antonio Isasi-Isasmendi (1927-2017), surtout connu en France pour Scaramouche (La Máscara de Scaramouche, 1963) qui lança la carrière de Gérard Barray, titulaire du rôle-titre.

Con El Perro, 20 años de benestar, progreso y orden

Les Crocs du Diable, assez librement adapté du roman Como un perro rabioso publié en 1975 par Alberto Vázquez Figueroa (une autre adaptation, à oublier, sera faite en 2004 par Brian Yuzna pour son film Rottweiler, avec un chien-robot), est un film d’aventures, le récit de la fuite d’un homme dont la vie est menacée par un chien. Il s’inscrit sur un fond politique, quand, dans la deuxième partie du film, Aristides rejoint des opposants fomentant le meurtre du dictateur local Leónidas Arévalo, surnommé « El Perro », évidemment symbolisé par le féroce berger allemand.

Les Crocs du Diable

Les Crocs du Diable aurait gagné à être contenu dans un format de 90 minutes, quelques longueurs se faisant ressentir malgré une mise en scène et un montage efficace et des changements d’environnement : de marécages (en réalité ceux des rives du Tage, près de Madrid), le scénario nous amène dans une grande ville (celle de Caracas, non identifiée). Une idée bien exploitée : la vision en tunnel du chien dans quelques prises en caméra subjective.

Apparaît dans presque tous les plans, assez peu expressif dans le rôle principal, Jason Miller, acteur de théâtre connu des cinéphiles après son interprétation du père Karras dans L’Exorciste (William Friedkin, 1973), auquel Antonio Isasi fait manifestement un clin d’oeil en faisant revêtir à Aristides un habit de prêtre pour l’aider à échapper à la police. On verra, beaucoup plus tard, à ses côtés, Lea Massari, le réalisateur Juan Antonio Bardem, oncle de Javier Bardem, et Marisa Paredes bien avant sa première collaboration en 1983 avec Pedro Almodóvar pour Dans les ténèbres (Entre tinieblas).

L’édition vidéo de Les Crocs du Diable par Carlotta Films, une exclusivité mondiale, donnera aux cinéphiles curieux l’opportunité de découvrir un réalisateur peu connu et un film de genre sortant des sentiers battus. Correctement restauré, il nous est présenté sous une jaquette originale créée par Doaly.

Les Crocs du Diable

Généralités - 2,5 / 5

Les Crocs du Diable (115 minutes) et ses suppléments (65 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50 logé dans un boîtier glissé dans un fourreau.

Le menu fixe et musical propose les films dans sa version originale, en espagnol, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio DTS-HD Master Audio 1.0.

Une édition DVD est disponible avec le même contenu.

Bonus - 3,0 / 5

Autour des Crocs du Diable (27’, 2022, Filmo et Carlotta Films). Christophe Lemaire et François Coignard, animateurs sur le site web Filmo TV de l’émission Le Bistro de l’horreur, et Mélanie Boissonneau, universitaire, coautrice de plusieurs ouvrages sur le cinéma, dont Héroïnes (Larousse, 2020) et Tim Burton : horreurs enfantines (L’Harmattan, 2016), livrent leurs impressions sur Les Crocs du Diable. Sorti brièvement en salles à une époque où furent distribués d’autres films avec des chiens, The Pack (Robert Clouse, 1977), Les Chiens (Alain Jessua, 1979), White Dog (Samuel Fuller, 1982), Cujo (Lewis Teague, 1983), il n’entre pas comme eux dans le genre horreur. Réalisateur d’un cinéma populaire rappelant celui d’Henri Verneuil, Antonio Isasi-Isasmendi est surtout connu pour Scaramouche (1963) et Les Hommes de Las Vegas (Las Vegas, 500 millones, 1968). Ils passent en revue le casting et évoquent l’adaptation de Brian Yuzna. Une discussion désordonnée.

Féroce (35’, Allerton Films, 2022), une conversation entre le réalisateur Fabrice du Weltz et Fathi Beddiar, historien du cinéma et scénariste de Colt 45. « Stupéfaits par la modernité du film » d’Antonio Isasi qui fut révélé par Meurtres au soleil (Un verano para matar, 1972). Les Crocs du Diable, vendu comme un film d’horreur est un « survival (…) d’une rage viscérale, (…) sans aucune autocensure », avec une dimension politique, souvent présente dans le cinéma populaire d’Antonio Isasi. Estimé par Quentin Tarantino, c’était un « artisan » doué et polyvalent. Entré dans l’univers du cinéma comme monteur, il était reconnu pour la rigueur de ses cadrages et sa capacité à tirer parti de petits budgets. Une appréciation un peu trop systématiquement laudative du film.

Une bonne habitude de Carlotta Films : les noms et titres cités s’affichent sur l’écran.

Bande-annonce (2’41”).

Les Crocs du Diable

Image - 4,0 / 5

L’image (1.66:1, 1080p, AVC), après une restauration respectueuse du grain du 35 mm, apparaît très propre. Stable, hormis quelques vibrations, par exemple à 58’10”, lumineuse, agréablement contrastée avec des noirs assez denses, elle déploie des couleurs naturelles, avec un étalonnage perfectible, certains plans manquant de densité.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 1.0 de la version originale assure une parfaite clarté des dialogues dans un bon équilibre avec l’ambiance qu’une bonne dynamique rend suffisamment présente. L’accompagnement musical est légèrement affecté par un timbre métallique et quelques saturations.

Le doublage en français, avec des dialogues monotones, parfois un peu trop en avant par rapport à l’ambiance, n’a pas été pris en compte dans l’attribution de la note.

Crédits images : © 1984 VICTORY FILMS, S.A. Tous droits réservés.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 10 août 2022
En exclusivité mondiale, après restauration, cette édition d’une aventure de survie dans une dictature sud-américaine filmée après la chute du franquisme, donnera aux cinéphiles curieux l’opportunité de découvrir un cinéaste espagnol réputé pour sa capacité à tirer le meilleur parti de petits budgets.

Lire les avis »

Multimédia
Les Crocs du Diable
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)